Home Sports Rugby Chronique de Stefan Terblanche du mag: Age of destruction

Chronique de Stefan Terblanche du mag: Age of destruction

27
0

Le dernier incident d’élèves excédentaires jouant dans des équipes scolaires a fait plus de dégâts au beau jeu, écrit l’ancien Springbok STEFAN TERBLANCHE.

Pour moi, le rugby a toujours été l’un des meilleurs et des plus agréables sports d’équipe à pratiquer. Comme toute relation, elle a ses bons et ses mauvais jours, et parfois elle m’a blessé et désillusionné, mais je n’ai jamais cessé d’aimer le jeu.

Pourtant, je suis à nouveau au point où je suis à nouveau déçu par le jeu et ce qui se passe dans et autour de lui. Début mars, la Glenwood High School a confirmé qu’elle avait expulsé quatre élèves qui avaient déformé leur âge pour être admis, dont deux qui se sont présentés pour KZN à la semaine U13 Craven. Il a été constaté que les garçons de 8e année avaient falsifié leurs pièces d’identité. Cet incident fait suite à la décision de Durban High School de rompre tous les liens sportifs et culturels avec Glenwood High.

Pendant ce temps, Glenwood Preparatory School a présenté des excuses dans une lettre aux parents qui a confirmé les deux élèves ont été inscrits à l’école en 6e année en 2018 et alignés dans les équipes sportives de l’école en 2018 et 2019.

A LIRE AUSSI: Stefan Terblanche répond à vos questions

Certains m’ont dit que je réagis de manière excessive et que je devrais m’en remettre. Je vous entends, mais dans ce cas, je ne réagis certainement pas de manière excessive et si vous pensez que je le suis, vous devez sortir la tête du sable et regarder les dommages causés par le dernier coup porté au beau jeu. Laissez-moi expliquer.

Le rugby est assez jeune en ce qui concerne le professionnalisme et au cours des dernières années, disons simplement 25 ans, nous avons connu la merveilleuse partie du rugby professionnel avec de meilleurs salaires des joueurs, de meilleures opportunités d’assister à des matchs en direct et une meilleure visualisation à la télévision nationale et internationale. Avec la croissance et les amateurs se transformant en professionnels, nous avons également vu le pire de ce que le jeu peut apporter aux gens.

Récemment, dans le rugby de l’école primaire, nous avons vu l’exposition d’enfants en bas âge jouant au rugby contre certains qui ont de quatre à cinq ans leurs juniors. Oui c’est correct. Pour mettre les choses en perspective, imaginez Frans Steyn remportant la Coupe du monde en 2007, puis retournant la semaine prochaine pour jouer au rugby U16 au niveau de l’école. C’est des hommes contre des garçons!

Non seulement ces équipes ont revendiqué le statut d’équipe de rêve, joui de saisons invaincues et remporté des championnats nationaux, mais en cours de route, elles ont également détruit les rêves et les espoirs d’autres enfants qui aimaient le jeu sans condition.

Beaucoup d’argent a été investi dans le développement de ces enfants, avec les frais de scolarité, les frais de pension, les visites guidées, le coaching et d’autres coûts. Mais pour moi, le plus de dégâts ont été causés lorsque d’autres enfants ont perdu des sélections ou ont été cassés après avoir été injustement battus avec des scores record.

Le rugby peut difficilement se permettre de perdre des joueurs et des supporters, et lorsque cela se produit au niveau de l’école primaire, nous déchirons le cœur, l’éthique et tout ce que le jeu représente, pour ne jamais être rendus ou récupérés.

Je ne pointe pas du tout le doigt vers une école, une association ou des individus qui ont été dupés et trompés en cours de route, car j’ai également été victime, et c’est probablement pourquoi je suis tellement en colère.

Nous sommes bénis dans ce pays avec le talent junior le plus incroyable et des milliers de jeunes joueurs assez bons pour grandir et représenter n’importe quel pays. Il suffit de regarder le nombre de joueurs à l’étranger et les Sud-Africains représentant leurs pays d’adoption. Ajoutez ensuite la victoire de trois Coupes du monde et vous réalisez à quel point nous sommes vraiment bénis.

Ce n’est certainement pas une image sombre et sombre que j’essaie de peindre du rugby sud-africain, mais nous devons nous assurer que cela ne se reproduise plus.

Avant qu’il ne soit trop tard, les gens doivent prendre leurs responsabilités afin que nous puissions une fois pour toutes éliminer ceux qui tentent de nuire à notre beau jeu.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here