Accueil Economie - Business Les investissements des investisseurs immobiliers dans les bureaux de Londres chutent de...

Les investissements des investisseurs immobiliers dans les bureaux de Londres chutent de 74% alors que le coronavirus perturbe les transactions

Le montant investi par les investisseurs immobiliers dans les immeubles de bureaux de Londres a chuté de près de 75% en mars, alors que la crise des coronavirus s’intensifiait.

Les restrictions de voyage, au Royaume-Uni et à l’étranger, ont rendu les visites et les signatures de transactions difficiles ce mois-ci, et seulement 534 millions de livres sterling d’achats de bureaux dans la ville et le West End ont été convenus selon de nouvelles recherches.

Les chiffres sont provisoires, car des ventes à la dernière minute pourraient avoir lieu avant la fin du mois ce soir, mais l’estimation est bien inférieure à environ 2,1 milliards de livres sterling de transactions achevées en mars 2019. Cependant, il est entendu que le chiffre de l’année dernière a été en partie flatté par un particulier grande vente.

L’agent immobilier Avison Young, qui a compilé la recherche pour l’Evening Standard, calcule environ 2,4 milliards de livres sterling d’achats qui ont été convenus au cours du premier trimestre au 31 mars, en baisse de 13%.

Chris Gore, de l’équipe d’investissement d’Avison Young’s City, a déclaré que la demande de bâtiments avait augmenté après la victoire électorale des conservateurs. Il a déclaré que la dernière chute « n’est pas une grande surprise étant donné les circonstances actuelles auxquelles nous sommes tous confrontés ».

Gore a ajouté: « Malgré cela, il y a toujours une forte demande d’actifs de trophées bien loués, et il y a toujours une répartition géographique de l’argent sur le marché en attendant à la fois une plus grande certitude sur les prix et la suppression des restrictions de voyage. »

Les locations de bureaux dans le centre de Londres ont également baissé ce mois-ci. Environ 450 000 pieds carrés de baux ont été signés en mars, contre 1,7 million de pieds carrés un an plus tôt.

Jeremy Prosser, de l’agence de bureau d’Avison Young’s City, a déclaré: «Le marché a calé inévitablement en mars, alors que les implications de Covid-19 devenaient apparentes, laissant le T1 2020 prendre 30% de moins qu’au T1 2019.»

Prosser a ajouté: «Nous nous attendons à ce que le deuxième trimestre soit à un bas niveau à mesure que les entreprises feront le point. L’offre reste cependant limitée et, par conséquent, si les marchés peuvent revenir à un semblant de normalité au cours du second semestre, il n’y a aucune raison pour que la reprise ne soit pas très forte. »

Plus à propos:
                  
                    |
                    
                      Propriété commerciale
                    
                  
                    |
                    
                      Entreprise