in

Amazon perd son offre pour reprendre la vente de produits non essentiels en France

À la mi-avril, un tribunal français a statué qu’Amazon ne peut exécuter les commandes de produits essentiels que pour protéger ses travailleurs contre le COVID-19. Le géant du e-commerce a contesté la décision, mais il a fini par perdre (PDF) son appel vendredi. Selon le New York Times, la Cour d’appel de Versailles a confirmé la décision d’un tribunal inférieur de limiter les livraisons d’Amazon aux «articles de santé, aliments, aliments pour animaux de compagnie et appareils électroniques» jusqu’à ce qu’elle procède à une évaluation des risques de ses sites avec les syndicats français. Pour chaque livraison non conforme aux exigences du tribunal, l’entreprise devra payer 100 000 euros, soit environ 108 000 dollars.

Le tribunal de Versailles a également soutenu les conclusions du tribunal inférieur selon lesquelles Amazon n’avait pas fourni aux travailleurs des conditions sanitaires adéquates dans certaines zones, telles que leurs vestiaires. Il a confirmé la demande des syndicats que l’entreprise tienne également compte du bien-être mental des travailleurs lors de la réorganisation des horaires de travail et des équipes.