in

Rosalind Elias, mezzo-soprano qui a fait ses débuts à Broadway à 81 ans, est décédée

Rosalind Elias, une mezzo-soprano américaine qui a créé des rôles dans deux premières mondiales de Samuel Barber et a fait ses débuts à Broadway à 81 ans, est décédée. Elle avait 90 ans.

Elias avait été ralentie par une insuffisance cardiaque congestive au cours des six derniers mois, selon son manager, Robert Lombardo, mais elle assistait toujours aux répétitions générales au Metropolitan Opera aussi récemment que le 28 février.

Elle a été admise à l’hôpital Mount Sinai West jeudi en raison de problèmes respiratoires. Le coronavirus a été exclu et elle est décédée dimanche, a déclaré Lombardo.

« Je sens que nous avons tous été mis sur terre pour un but et le mien chantait », a déclaré Elias au New York Times en 1984. « Si je ne tombe pas malade, je serai toujours dans un aspect du théâtre. La chose que je veux ne jamais être, c’est de m’ennuyer avec ma vie. « 

Né à Lowell, Massachusetts, le 13 mars 1930, Elias faisait partie des 13 frères et sœurs dont les parents sont venus du Liban aux États-Unis. Elle a écouté les émissions de radio du Metropolitan Opera samedi après-midi quand elle était jeune.

« Fantasmer que j’étais sur cette scène, en train de chanter », a-t-elle déclaré à Opera News dans un article publié l’année dernière. «Je chanterais juste dans la maison. Finalement, ma mère a persuadé mon père de me laisser prendre des cours de chant. Il a dit: «Alors quoi, laissez-la s’inscrire à des cours – elle n’y ira jamais. Elle ira au cinéma à la place. « Mais je ne suis pas allé au film – je suis resté avec le chant! »

Elle a fréquenté le Conservatoire de la Nouvelle-Angleterre à Boston, l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia de Rome, puis le Berkshire Music Center de l’Orchestre symphonique de Boston, maintenant connu sous le nom de Tanglewood. Elle a étudié auprès du directeur, chef d’orchestre et commentateur Boris Goldovsky, mentor de plusieurs générations de chanteurs.

Elias est apparu sur « Metropolitan Opera of the Air », une compétition de radiodiffusion, lorsque le Met l’a signée pour remplacer une chanteuse malade comme Grimgerde, l’une des sœurs Valkyrie dans « Die Walküre » de Wagner. Elias a déclaré qu’elle avait appris le rôle en une semaine et qu’elle avait fait ses débuts au Met le 23 février 1954 avec le chef d’orchestre Fritz Stiedry et un casting comprenant Astrid Varnay, Hans Hotter, Set Svanholm, Margaret Harshaw et Blanche Thebom.

Elle a ensuite chanté 687 performances de 54 rôles au Met pendant 42 ans, ainsi que les performances du Requiem de Verdi qui ont suivi l’assassinat du président John F. Kennedy.

Elle était mince et frappante, et ses performances notées comprenaient le rôle-titre dans Bizet « Carmen », Octavian dans Strauss « Der Rosenkavalier », Dorabella dans Mozart « Cosí fan tutte », Laura dans Ponchielli « La Gioconda » et Preziosilla dans Verdi  » La Forza del Destino. ”

Elias a créé Erika dans « Vanessa » de Barber, qui a été créée au Met le 15 janvier 1958 – Barber a ajouté l’air « Must the Winter Come So Soon » à sa demande. Elle était Charmian dans « Antony and Cleopatra. » De Barber, qui a ouvert la nouvelle maison du Met au Lincoln Center, le 16 septembre 1966.

En dehors de New York, elle a chanté une seule représentation de Carmen à l’Opéra d’État de Vienne le 12 novembre 1972 et a été Baba la Turque dans « The Rake’s Progress » de Stravinsky pour des tournées au festival britannique de Glyndebourne en 1975 et en 1977.

Au plus fort de la guerre froide, Elias aurait dépensé 5 $ en 1961 et se serait fait tatouer le bas du ventre de son nom et de son numéro de sécurité sociale.

« En ce jour de catastrophe possible à grande échelle, nous devons tous porter une pièce d’identité », a-t-elle déclaré au magazine Time.

Elle a sorti une publicité d’une demi-page dans le New York Times pour 2 880 $ le 11 octobre avec un message « Je n’ai pas peur » signé par elle pour signaler son opposition à l’abri en réponse à parler de guerre nucléaire.

«Si je pouvais me le permettre, j’aurais diffusé le même message dans tous les journaux du pays», a-t-elle déclaré au journal.

Elle a chanté Mme Lovett dans la première de l’Opéra de New York de « Sweeney Todd » de Stephen Sondheim en 1984 et dans la comédie musicale off-Broadway « Pearls » au Jewish Repertory Theatre en 1985. Elle est revenue à Sondheim en tant que Madame Armfeldt dans « A Little » Musique de nuit »au Hawaii Opera Theatre d’Honolulu en 2008, puis en 2011 a joué le rôle de Heidi Schiller dans« Follies »de Sondheim, d’abord au Kennedy Center à Washington puis sur Broadway au Marquis Theatre.

«Je sens que je peux m’identifier à Heidi parce que j’ai l’âge de« ne jamais regarder en arrière », a-t-elle déclaré à Playbill. «Ce n’est pas une chose facile à faire, car je continue de regarder en arrière, mais j’essaie de ne pas le faire. Quand je regarde en arrière, je ne suis pas amer. Je suis heureux parce que j’ai eu un chemin béni. « 

En 2013, elle a chanté le rôle de camée de Madelon dans « Andrea Chenier » de Giordano avec Roberto Alagna et l’Opera Orchestra de New York au Avery Fisher Hall du Lincoln Center.

Elle a épousé Zuhayr Moghrabi, un avocat de l’Union Carbide Corp. et professeur de faculté de droit, en 1969. Il est décédé en 2015. Elle a été précédée par ses 12 frères et sœurs et n’a pas de survivants, selon Lombardo.