in

Comment le projet Alan Parsons est devenu la bande originale de Jordan’s Bulls

Pour chaque match à domicile des Chicago Bulls au cours de la carrière de Michael Jordan, d’abord au stade de Chicago puis au United Center, il a été accueilli sur le terrain avec la même chanson d’introduction: «Sirius» du Alan Parsons Project.

Parsons avait sorti le morceau instrumental en 1982, l’utilisant comme chanson d’ouverture de son album Eye in the Sky. Deux ans plus tard, un disc-jockey de Chicago nommé Tommy Edwards s’installait dans une salle de cinéma locale lorsque «Sirius» a commencé à jouer sur le système de haut-parleurs du cinéma.

« Je connais cette chanson », a rappelé la personnalité de la radio de longue date à NBC Sports. « C’est‘ Sirius ’du Alan Parsons Project. » Edwards, qui a également été annonceur de l’AP pour les Chicago Bulls, a commencé à réfléchir profondément à la chanson. «Plus je l’écoutais, plus je pensais:« Attendez une minute. Ce pourrait être la chanson des Bulls. »»

Le lendemain, Edwards a acheté Eye in the Sky sur vinyle et a commencé à répéter son annonce de départ sur ses tons.

Écoutez « Sirius » par The Alan Parsons Project

À ce stade de l’histoire de la NBA, les introductions d’ouverture étaient de simples routines avec un minimum de fanfare. En 1977, deuxième année d’Edwards avec les Bulls, l’équipe a commencé à atténuer les lumières lors des annonces de programmation – un mouvement qui était considéré comme révolutionnaire pour l’époque. Lentement, le vétéran de la radio a commencé à mélanger la musique dans la formule. Les premières expériences ont consisté à annoncer la programmation des Bulls pour « Thriller » de Michael Jackson ou la chanson thème de Miami Vice. Rien ne créait l’effet de picotements sur la colonne vertébrale qu’Edwards recherchait – jusqu’à ce que « Sirius » apparaisse.

« Et parce qu’il a tellement de bonnes parties à son introduction – une nouvelle partie de guitare ou un crescendo – cela a très bien fonctionné », a expliqué l’annonceur.

Avec le troisième choix au repêchage de 1984, les Chicago Bulls ont sélectionné Michael Jordan. Sa saison de recrue marquera également le début de « Sirius » comme hymne d’ouverture de l’équipe.

« Je savais juste que ça allait marcher », a admis Edwards au Chicago Sun-Times. « Et puis quand cela s’est réellement produit, et la façon dont la foule y a répondu, je me sentais tellement bien à ce sujet. »

« Les Bulls ont immédiatement adoré », a révélé l’annonceur. «Michael a adoré. C’est la musique d’ouverture depuis. « 

Alors que «Sirius» était en train de devenir l’hymne de la prochaine dynastie de basket-ball, le compositeur de la chanson n’était absolument pas au courant. « Finalement, le fait que les Bulls l’utilisaient s’est répercuté sur moi, car il est devenu plus populaire », a rappelé Parsons lors d’une conversation avec Variety. « Je pense que 75% des personnes qui l’ont entendu n’avaient aucune idée de qui a écrit et enregistré ce morceau de musique. »

Bien que Parsons admette que «cela aurait été bien d’avoir été contacté» avant l’utilisation de la chanson, il était satisfait de la façon dont les choses se sont déroulées – en particulier compte tenu de la distance entre la chanson et ses origines. « Je suis venu avec ce petit riff, le considérant littéralement comme une introduction instrumentale cool à Eye in the Sky », a expliqué le musicien, ajoutant qu’il « certainement » ne l’avait jamais envisagé comme une chanson thème d’une équipe de basket-ball.

Regardez la présentation de la programmation des Chicago Bulls sur « Sirius »

En raison d’un accord de licence global avec les ligues sportives professionnelles, les musiciens tirent très peu de profit des chansons jouées à l’intérieur des stades. En tant que tel, Parsons n’a pas reçu la manne financière de « Sirius » à laquelle on pouvait s’attendre. Pourtant, la chanson a récemment reçu un coup de projecteur grâce à la série documentaire The Last Dance, faisant la chronique de Jordan lors de sa sixième et dernière course de championnat avec les Bulls.

« Ils ont clairement indiqué qu’ils allaient faire un usage substantiel de » Sirius  » [in The Last Dance], donc pour une fois, je suis payé pour ça », a plaisanté Parsons.

Bien que le musicien ne suive pas le sport, il est très fier de son lien avec l’histoire de la NBA. « C’est incroyable. Je suis tellement fier que ce soit le cas, d’autant plus qu’un thème sportif était la toute dernière chose que je pensais quand je l’ai écrit. Bien que (les fans) ne connaissent peut-être pas l’identité de l’artiste, c’est sans aucun doute le morceau de musique le plus joué que j’aie jamais enregistré. « 

Regardez une bande-annonce de «The Last Dance» avec «Sirius»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.