Accueil France En France, les étudiants étrangers aux prises avec les retombées d’une pandémie

En France, les étudiants étrangers aux prises avec les retombées d’une pandémie

Publié le: 22/05/2020 – 17: 55Modifié: 22/05/2020 – 17:59

Depuis le début de l’isolement le 17 mars 2020, des milliers d’étudiants étrangers se sont retrouvés bloqués en France, loin de leur famille et même de leurs amis proches. Avec leur vie quotidienne bouleversée par la pandémie de Covid-19, beaucoup sont aux prises avec le stress, l’isolement et l’insécurité. Nos journalistes ont rencontré certains de ces étudiants pour en savoir plus sur les difficultés qu’ils rencontrent.

Loin de leurs proches, vivant dans des salles universitaires ou des studettes exiguës, des milliers d’étudiants étrangers ont dû s’adapter du jour au lendemain à la crise sanitaire et au blocage qui en a résulté de la part du gouvernement français. Après avoir perdu des emplois et des revenus pour les étudiants, beaucoup n’avaient d’autre choix que de rationner leurs repas. D’autres se sont retrouvés sans diplôme, sans perspective de stage ou d’emploi et dans certains cas sans visa valide pour résider en France.

Ludwig Lebon, 18 ans originaire de la Réunion, est arrivé en France métropolitaine en août pour suivre des cours d’histoire. Lorsque le verrouillage a commencé, il s’est retrouvé confiné dans sa chambre de neuf mètres carrés sur un campus universitaire, à 9 000 kilomètres de chez lui et souffrant de dépression.

L’étudiant ivoirien Aristide Zadi, 28 ans, étudiait la finance internationale avant la crise sanitaire. Son stage a été annulé et il lui reste 150 euros sur deux mois pour se nourrir. Pour aggraver la situation, son visa de résidence était presque arrivé à expiration.

Des services caritatifs sans précédent ont vu le jour pour répondre à la forte demande d’aide d’étudiants étrangers comme Lebon et Zadi. À la Maison de la Tunisie, le chef et les bénévoles aident à nourrir ceux qui ne peuvent pas acheter de nourriture. Pendant le mois de Ramadan, ils ont servi près de 230 repas par jour – une bénédiction pour les nombreux étudiants endurant des difficultés.

Rapport d’Aurélie Simon, Antoine Boddaert, Alexandre Adam

Voix et traduction par Josh Vardey