in

Le Japon envisage de lever l’état d’urgence à Tokyo au début de la semaine prochaine – Actualités

Les musées, les théâtres, la plupart des magasins, les parcs à thème peuvent progressivement ouvrir, mais les salles de concert et les grands événements sont exclus

Le Japon envisage de lever l’état d’urgence dans la région métropolitaine de Tokyo au début de la semaine prochaine. Vendredi, les autorités de Tokyo ont signalé trois nouveaux cas de la nouvelle maladie à coronavirus (COVID-19), le nombre quotidien le plus bas des deux derniers mois.

Le gouverneur de Tokyo, Yuriko Koike, a déclaré que la métropole répond aux critères du gouvernement pour lever l’état d’urgence. Les responsables surveillent la situation du COVID-19 avec sept indicateurs tels que le nombre de nouveaux cas et le taux de résultats de tests positifs. L’objectif du gouvernement pour les nouvelles infections est de 0,5 ou moins pour 100 000 personnes en une semaine. Un total cumulatif de 5 136 personnes ont été testées positives pour COVID-19 à Tokyo vendredi.

Le gouvernement de Tokyo a présenté une feuille de route en trois phases pour sa réouverture. Dans la première phase, après que le gouvernement japonais a levé l’état d’urgence, les musées, les installations sportives, les écoles et les installations similaires commenceraient à ouvrir, mais aucun siège pour les spectateurs ne serait autorisé avant la deuxième phase. Le gouvernement a demandé aux bars et autres restaurants de fermer avant 20h00. sous l’état d’urgence, mais leur demanderait de fermer avant 22 heures. après la fin de l’état d’urgence.

Une fois que le gouvernement aura déterminé que les conditions sont réunies, les cinémas et les salles de spectacle, les écoles de tutorat et de conduite, les salles de réunion et d’exposition, les magasins qui proposent des biens et services non essentiels et des installations similaires rouvriront au cours de la deuxième phase. Ensuite, les arcades, les parcs d’attractions, les salons de pachinko, les mangas, les champs de tir, les salles de jeux et les installations similaires rouvriraient au cours de la troisième phase. En outre, le gouvernement demanderait aux bars et autres restaurants de fermer avant minuit au cours de la troisième phase.

Le nombre maximum de participants aux événements serait limité à 50 pendant la phase 1, 100 en phase 2 et 1 000 en phase 3. Le gouvernement demande spécifiquement que les lieux de musique live, les restaurants avec divertissement (comme les boîtes de nuit), les installations de karaoké, les gymnases de fitness et les installations similaires présentant des risques élevés d’infections en grappes doivent rester fermées dans l’une des trois phases.

Les préfectures de Kanagawa et Hokkaido ne répondent pas encore aux critères de levée de l’état d’urgence. Les préfectures voisines de Tokyo, Chiba et Saitama, répondent déjà aux critères. Tokyo, Kanagawa, Chiba, Saitama et Hokkaido sont toujours en état d’urgence depuis vendredi. Le gouvernement japonais a annoncé jeudi qu’il lèverait l’état d’urgence au début des préfectures d’Osaka, de Kyoto et de Hyogo.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré l’état d’urgence à Tokyo, Kanagawa, Saitama, Chiba, Osaka, Hyogo et Fukuoka du 7 avril au 6 mai. Le gouverneur de Kyoto Takatoshi Nishiwaki a demandé au gouvernement japonais le 10 avril d’ajouter Kyoto à l’état de urgence. Le gouverneur d’Aichi Hideaki Ōmura a également demandé au gouvernement japonais le 16 avril d’ajouter sa préfecture à la liste, puis a déclaré indépendamment l’état d’urgence le 17 avril. Hokkaido avait levé son propre état d’urgence de trois semaines le 19 mars, seulement pour déclarer un deuxième état d’urgence le 12 avril.

Abe a ensuite annoncé le 16 avril que le gouvernement national avait étendu l’état d’urgence à l’échelle nationale jusqu’au 6 mai. Comme l’exige la nouvelle loi qui autorisait cette déclaration, Abe a rencontré le groupe de travail d’experts COVID-19 du gouvernement avant d’annoncer officiellement l’extension. . Le gouvernement a ensuite prolongé l’état d’urgence jusqu’au 31 mai, mais la semaine dernière, il l’a levé de 39 des 47 préfectures, Tokyo, Osaka, Kyoto, Chiba, Saitama, Kanagawa, Hyogo et Hokkaido restant en état d’urgence.

Vendredi, le Japon avait signalé 16 543 cas de virus (dont 712 cas à bord du bateau de croisière Diamond Princess), avec 814 décès (sans compter 13 décès à bord du bateau de croisière Diamond Princess).

Sources: NHK World, NHK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.