in

Beenie Man et Bounty Killer parlent de leur carrière et de la bataille très attendue de Verzuz

« Je le fais pour le plaisir, pas pour les fonds. »

L’ultime affrontement de célébration aura lieu le samedi 23 mai à 20 h. ET entre les titans de la musique dancehall Beenie Man et Bounty Killer. Les sons du champion jamaïcain sonneront à travers le monde via Instagram pour les masses amoureuses du reggae.

Depuis que Swizz Beatz et Timbaland ont créé la plate-forme de bataille des médias sociaux, Verzuz wave a démarré, apportant une étincelle de joie et d’excitation bien nécessaire à la terrible pandémie, ceux d’entre nous qui aiment et respectent la musique dancehall et la culture du système de son jamaïcain ont été se demandant quand (si jamais) le monde reconnaîtrait enfin que toute cette sensation numérique était basée sur le concept de choc sonore. Ce qui veut dire que tout est enraciné dans la riche histoire de la musique jamaïcaine, qui nous a donné des icônes culturelles comme Bob Marley (le respect est toujours dû) et Kool Herc, qui est devenu le parrain du hip hop en transplantant des tactiques de système de son de style Yard / techniques / technologie dans le Bronx, et King Tubby le Dub master (qui a vraiment inventé le remix bien avant Puff Daddy) et Daddy U-Roy, qui est devenu la première «star du rap» au monde en enregistrant trois hits en tête des charts en 1969 qui ont servi à « Wake The Town and Tell The People » que la musique « deejay » n’était pas seulement une question de grillage et de vantardise dans le dancehall, c’était une forme d’art en soi.

Comme Buju Banton l’a dit un jour: «Je pourrais continuer encore et encore, on ne me l’a jamais dit.» Disons simplement que cette bataille de Bounty Killer «contre» Beenie Man a été longue à venir – pas étonnant que certains prédisent qu’elle pourrait être la plus grande à ce jour. Beenie et Bounty sont deux des icônes les plus légendaires du dancehall. Qui de mieux pour représenter l’Art de la Guerre en direct sur le Gram? Leur rivalité est une légende, mais elle a toujours été régie par le respect les uns des autres, de la musique et de la culture.

Inutile de dire que Beenie et Bounty se balancent avec VIBE et Boomshots depuis le début. Lorsque nous sommes allés à la Jamaïque en 1998 pour tourner un grand reportage photo V Styles avec le système audio Stone Love, le docteur et le seigneur de guerre se sont réunis pour une photo emblématique qui est toujours republiée des décennies plus tard. Il était donc normal qu’ils nous contactent via IG Live pour un raisonnement la nuit avant leur bataille historique de Verzuz en 2020.

Malgré quelques difficultés techniques, Beenie et Bounty ont suffisamment respecté Boomshots pour donner à Reshma B des interviews classiques. Écoutez attentivement et vous apprendrez peut-être comment leur rivalité est née, comment ils se sont inspirés le long du chemin et ce qui empêche ces jeunes du ghetto de la partie difficile de Kingston, en Jamaïque, alors qu’ils la mettent au monde. Comme l’a dit Killer, « Nous ne faisons pas cela pour les fonds, nous le faisons pour le plaisir. » L’ensemble du dancehall massif est prêt pour la guerre * lyrique *. Mais n’oubliez pas que le choc de ce samedi est une question de respect.

Cet article a été initialement publié sur Vibe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.