in

Le Japon annonce quand les concerts et les événements pourront reprendre après l’état d’urgence de COVID-19 – Actualités

Jusqu’à 1000 personnes à partir du 19 juin, jusqu’à 5000 à partir du 10 juillet, avec conditions

Le gouvernement japonais a présenté lundi des lignes directrices pour reprendre provisoirement les concerts, événements et autres activités, alors que l’état d’urgence du Japon pour la nouvelle maladie à coronavirus (COVID-19) se lève mardi. Les participants aux concerts, expositions et autres événements devraient être limités à 100 personnes (ou 200 personnes si à l’extérieur) jusqu’au 18 juin. Ensuite, les événements peuvent avoir jusqu’à 1 000 participants du 19 juin au 9 juillet, et jusqu’à 5 000 participants du 10 juillet au 31. Les limites du nombre de participants à un même événement peuvent alors être levées le 1er août.

Tout au long des phases de réouverture du Japon, les événements en salle devraient limiter le nombre de participants à 50% de la capacité du lieu. Cette restriction se poursuivra même après le 1er août. Pour les événements en plein air, les participants doivent maintenir « une distance suffisante de deux mètres si possible ». De plus, les sports professionnels peuvent reprendre le 19 juin, mais les matchs ne devraient avoir aucun spectateur jusqu’au 10 juillet.

Les gens peuvent reprendre leurs déplacements entre la plupart des préfectures le 1er juin. Cependant, le gouvernement demande aux gens de ne pas voyager vers ou depuis Tokyo, Kanagawa, Saitama, Chiba et Hokkaido – qui lèvent tous l’état d’urgence mardi – jusqu’au 19 juin. Le tourisme dans les préfectures peut reprendre à partir de lundi, et les déplacements entre les préfectures à l’exception du tourisme peuvent être autorisés à partir du 19 juin. Toutes les limites sur le tourisme peuvent être levées le 1er août.

Le gouvernement japonais a indiqué qu’il n’appliquerait pas légalement les nouvelles directives et que les gouverneurs préfectoraux pourraient adresser des demandes formelles supplémentaires aux citoyens et aux hommes d’affaires en fonction de la situation dans chaque préfecture. Par exemple, Tokyo demande aux maisons de live (petites salles de musique live à l’intérieur) de rester fermées jusqu’à nouvel ordre. Si les statistiques COVID-19 augmentent à nouveau, le gouvernement central peut reporter les mesures de réouverture ou ajouter plus de restrictions.

Le Premier ministre japonais Shinzō Abe a annoncé lundi que le gouvernement japonais avait décidé de lever l’état d’urgence pour COVID-19 des cinq préfectures restantes, supprimant ainsi l’état d’urgence de toute la nation mardi à minuit. La déclaration est intervenue six jours plus tôt que la levée de l’état d’urgence prévue le 31 mai dans tout le pays.

Vendredi dernier, le gouvernement de Tokyo a présenté une feuille de route en trois phases pour sa réouverture. Dans la première phase après que le gouvernement japonais a levé l’état d’urgence, les musées, les bibliothèques, les écoles ordinaires, les installations sportives et autres installations similaires commenceraient à ouvrir, mais aucun siège pour les spectateurs ne serait autorisé avant la deuxième phase. Le nombre maximum de participants aux événements serait limité à 50 pendant la phase 1, 100 en phase 2 et 1 000 en phase 3. Tokyo demande spécifiquement que les plus petits lieux de musique live en intérieur, les restaurants avec divertissement (comme les boîtes de nuit), les installations de karaoké, le fitness les gymnases et les installations similaires présentant des risques élevés d’infections en grappes doivent rester fermés dans l’une des trois phases.

Abe a déclaré l’état d’urgence à Tokyo, Kanagawa, Saitama, Chiba, Osaka, Hyogo et Fukuoka du 7 avril au 6 mai. Le 10 avril, le gouverneur de Kyoto, Takatoshi Nishiwaki, a demandé au gouvernement japonais d’ajouter Kyoto à l’état d’urgence. Le gouverneur d’Aichi Hideaki Ōmura a également demandé au gouvernement japonais le 16 avril d’ajouter sa préfecture à la liste, puis a déclaré indépendamment l’état d’urgence le 17 avril. Hokkaido avait levé son propre état d’urgence de trois semaines le 19 mars, seulement pour déclarer un deuxième état d’urgence le 12 avril.

Abe a ensuite annoncé le 16 avril que le gouvernement national avait étendu l’état d’urgence à l’échelle nationale jusqu’au 6 mai. Conformément à la nouvelle loi qui autorisait cette déclaration, Abe a rencontré le groupe de travail d’experts COVID-19 du gouvernement avant d’annoncer officiellement l’expansion. . Le gouvernement a ensuite prolongé l’état d’urgence jusqu’au 31 mai, mais deux semaines l’ont levé de 39 des 47 préfectures, et la semaine dernière, il a levé l’état d’urgence de toutes les préfectures sauf cinq.

Dimanche, le Japon a signalé 16 550 cas de virus (sans compter 712 cas du bateau de croisière Diamond Princess), avec 820 décès (sans compter 13 décès du bateau de croisière Diamond Princess).

Sources: Mainichi Shimbun, NHK

Les fans de Taylor Swift pensent qu’elle a dominé le scooter Braun avec cette couverture

Alerte vente Memorial Day: l’Apple Watch 5 atteint le prix le plus bas jamais enregistré chez Best Buy