in

Jimmy Cobb, batteur ‘Kind of Blue’ pour Miles Davis, décède à 91 ans

Jimmy Cobb, percussionniste et dernier membre survivant de l’album de jazz révolutionnaire de 1959 de Miles Davis, qui a transformé le genre et déclenché plusieurs carrières, est décédé dimanche 24 mai.

Son épouse, Eleana Tee Cobb, a annoncé sur Facebook que son mari est décédé à son domicile de New York d’un cancer du poumon. Il avait 91 ans.

Né à Washington, D.C., Cobb a déclaré à l’Associated Press en 2019 qu’il avait écouté des albums de jazz et était resté debout tard pour entendre le disc-jockey Symphony Sid jouer du jazz à New York avant de lancer sa carrière professionnelle. Il a dit que c’était le saxaphoniste Cannonball Adderley qui l’avait recommandé à Davis, et il a fini par jouer sur plusieurs enregistrements de Davis.

Mais le rôle de Cobb en tant que batteur sur la session de confiture Kind of Blue dirigée par Davis allait changer à jamais sa carrière. Cet album a également présenté Adderley et John Coltrane.

L’album, sorti le 17 août 1959, a capturé un moment où le jazz se transformait du bebop en quelque chose de plus récent, plus cool et moins structuré.

Les prises complètes des chansons n’ont été enregistrées qu’une seule fois, à une exception près, a déclaré Cobb. « Freddie Freeloader » devait être joué deux fois parce que Davis n’aimait pas un changement d’accord lors de la première tentative, at-il dit.

Davis, décédé en 1991, avait noté quelques notes, mais il n’y avait pas de pages de partitions. C’était aux improvisateurs de remplir les pages. « Il dirait que c’est une ballade. Je veux que ça sonne comme flottant. Et je dirais: «OK», et c’est ce que c’était », se souvient Cobb.

L’album a reçu de nombreuses éloges à l’époque, mais les critiques, le groupe et le studio ne pouvaient pas savoir qu’il bénéficierait d’une telle longévité. Lui et ses camarades de groupe savaient que l’album serait un succès mais ne se rendaient pas compte à l’époque à quel point il deviendrait emblématique.

« Nous savions que c’était sacrément bon », a plaisanté Cobb.

Il s’est vendu à plus de 4 millions d’exemplaires et reste l’album de jazz le plus vendu de tous les temps. Il a également servi d’album de protestation pour les hommes afro-américains qui se sont tournés vers Davis et les musiciens de jazz pour briser les stéréotypes sur le jazz et l’humanité noire.

Cobb travaillerait également avec des artistes tels que Dinah Washington, Pearl Bailey, Clark Terry, Dizzy Gillespie, Sarah Vaughan, Billie Holiday, Wynton Kelly et Stan Getz. Il sortirait également un certain nombre d’albums par lui-même.

Il a bien joué jusqu’à la fin des années 80 et a joué à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, en 2017, dans le cadre du New Mexico Jazz Festival. Les fans de jazz de tout le sud-ouest américain sont venus rendre hommage à ce que beaucoup ressentaient comme un au revoir.

Cobb a sorti son dernier album, This I Dig of You, avec Smoke Sessions Records en août 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.