in

Justin Sylvester et Nina Parker parlent de protestation et de Black Lives Matter

Une expérience émotionnelle.

Le lundi, Justin Sylvester a pris un moment sur Daily Pop pour parler de son expérience de protestation à Los Angeles ce week-end en réponse à la mort de George Floyd. Alors que des images de pillages et de violences ont inondé la presse, le E! l’hôte a précisé que la manifestation « avait commencé comme une expérience incroyable ».

« Juste pour voir l’unité avec des gens d’horizons différents, d’âges différents, de familles qui se réunissaient d’une manière extrêmement pacifique était émouvante pour moi, pour être complètement honnête », se souvient-il. « Et je voulais le partager avec tout le monde, c’est pourquoi j’ai posté toutes ces photos sur les réseaux sociaux et publié cette vidéo. »

Nina Parker, qui a parlé hier avec Justin et « d’autres personnes qui étaient là-bas », a ajouté que « tout était pacifique pendant des heures » avant que les choses ne dégénèrent.

« Oui, je pense que c’est tout à fait correct », a déclaré Justin en accord. « Je veux juste m’assurer que les gens comprennent, les gens qui pillaient et ceux qui protestent sont deux groupes différents. »

Ajoutant à ce point, Nina a souligné que « les gens qui ne soutiennent pas la manifestation courent avec ce récit. »

« Par exemple, tous ceux qui protestaient ont simplement décidé de fermer leurs sacs à dos et de commencer à piller », a-t-elle ajouté. « Je n’ai vraiment pas l’impression que c’est ce que nous avons vu. »

En fait, Nina a qualifié ce récit de « distrayant » du vrai problème en question.

« C’est comme avec n’importe quoi, quand on va à un événement sportif, il y a toujours des gens qui viennent profiter d’une situation », a-t-elle ajouté.

Quant à l’expérience directe de Justin lors de la manifestation, lui et ses camarades manifestants ont quitté Rodeo Drive à 16 heures. pour la marche pacifique « et a marché jusqu’à The Grove » à Los Angeles, at-il dit.

« Et vers 19 heures, lorsque les tensions sont montées, des gaz lacrymogènes sont sortis, [rubber] « Les balles ont commencé à voler, les voitures de police ont mis le feu », a-t-il relayé. « Vous savez, quand les choses sont allées à gauche, je suis rentré chez moi. »

De plus, Justin ressentait une urgence à se rendre dans un « endroit paisible » car il pouvait « dire que cela allait dégénérer en quelque chose » dont lui et les autres « ne cherchaient pas à faire partie ».

L’importante conversation ne s’est pas arrêtée là car Justin et Nina ont eu une conversation franche sur Black Lives Matter. Alors que des célébrités aiment Jennifer Lopez et d’autres ont partagé un mème qui se lit comme suit: « Ce n’est pas blanc contre noir, c’est tout le monde contre les racistes », Nina a partagé que les critiques sur les médias sociaux ont sonné sur le post pour avoir manqué le point.

En réponse, Nina s’est demandé pourquoi les gens avaient si peur d’appeler cela « un problème noir ». Pour Justin, en raison du climat politiquement correct, il estime que les gens trouvent plus facile de « faire de cela une question de droits humains ». Justin a compris cet état d’esprit en réfléchissant à sa participation à la Marche des femmes.

« Quand je suis allée à la Marche des femmes, ce n’est pas parce que j’avais un ovaire ou j’ai même vécu quelque chose de proche de ce que certaines femmes avaient vécu à Me Too, j’étais là parce qu’elles n’étaient pas entendues et qu’elles n’étaient pas traités sur un pied d’égalité « , at-il dit. « Et j’y suis allé et j’ai soutenu et c’est ce que j’ai ressenti. Ce n’était pas un problème féminin pour moi. »

Alors que Nina comprenait ce point, elle a souligné la nécessité de ne pas atténuer le problème en effaçant le mot noir. Comme Justin l’a noté, l’utilisation du hashtag « All Lives Matter » « defendre[s] ce qui se passe dans ce pays. « 

Alors que la conversation se poursuivait, Nina a contribué: «J’ai l’impression que, dès que quelqu’un publie quelque chose qui dit« Black Lives Matter », vous êtes instantanément inondé de hashtags qui disent« All Lives Matter ». Et c’est fou pour moi parce que … si nous marchons pour le sida, il n’y a pas de gens qui viennent avec des affiches qui disent: « Et le cancer? » « 

Nina s’est retrouvée frustrée et confuse par la réponse à l’utilisation du hashtag Black Lives Matter.

« La plupart des gens n’admettront pas d’être racistes! Si vous vous adressez à la majorité des gens, ils diront qu’ils ne sont pas racistes », a-t-elle poursuivi à propos du mème problématique. « C’est juste un moyen facile de s’échapper sans dire: » Je soutiens Black Lives Matter « . »

Pour ces informations importantes et plus encore, assurez-vous de regarder les faits saillants du Daily Pop ci-dessus.

« E! Est solidaire de la communauté noire contre le racisme systémique et l’oppression subis chaque jour en Amérique », a déclaré le réseau dans un communiqué le 31 mai. « Nous devons à notre personnel noir, nos talents, nos partenaires de production et nos téléspectateurs d’exiger des changements et la responsabilité. Se taire, c’est être complice. #BlackLivesMatter. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.