in

La police menace par erreur les bons samaritains noirs essayant de protéger la boutique des pillards

Moment, les policiers menottent par erreur des bons samaritains noirs en direct à la télévision

La police a menotté par erreur un groupe de bons samaritains noirs essayant de protéger un magasin au lieu de pillards qui le visaient (Photos: Fox11)

C’est le moment où un groupe de policiers a menotté trois bons samaritains afro-américains qui tentaient de protéger un magasin d’alcools des pillards. Les deux hommes et une femme qui sont entrés pour essayer d’aider l’une des entreprises de leur quartier ont été contraints en direct à la télévision à Van Nuys, en Californie, lundi soir.

Un manifestant pacifique a pu être entendu pour protester contre les officiers et leur dire qu’ils avaient ciblé les mauvaises personnes. Elle a dit: «Ce sont les propriétaires de magasins. ils protégeaient le magasin. Les pillards sont là-bas. Vous perdez les pillards. »

La femme a continué de demander au policier de libérer le propriétaire du magasin et les bons samaritains, un policier la poussant à obtenir une description des pillards. Elle a confirmé que le groupe de six à huit hommes avait fui les lieux dans une voiture grise qui était poursuivie par la police.

Les Bons Samaritains mal menottés ont ensuite été libérés. L’une des trois, une femme qui a donné son nom à Monet, a déclaré que les problèmes ont explosé lorsqu’elle et ses amis ont tenté d’arrêter un groupe de pillards visant une bijouterie voisine.

Pour visionner cette vidéo, veuillez activer JavaScript et envisager de passer à un site Web
navigateur qui
prend en charge HTML5
vidéo

Monet a raconté à Fox11 comment elle avait été menottée après qu’elle et d’autres habitants aient essayé de signaler la police. Elle a dit: «J’ai été menottée, jetée contre un mur avec mon mari et mon beau-frère, et je me dis:« Qu’est-ce qui se passe? »

« Les journalistes sont là et vous disent que ce n’est pas elle, elle essaie d’arrêter la situation. »

Malgré son calvaire, Monet a déclaré qu’elle n’était pas de mauvaise volonté envers l’officier qui l’avait menottée, disant: «Je comprends. Je comprends qu’ils sont (les officiers) fatigués. Ils sont usés aussi. Nous sommes épuisés. J’ai 55 ans, nous sommes fatigués aussi.

« La même injustice que vous nous avez faite il y a des années, et mon père et mes ancêtres, vous faites à nos jeunes hommes noirs et à nos jeunes femmes noires, y compris les Latinos. »

Et elle a soutenu les manifestations pacifiques en cours contre la mort de l’homme noir non armé George Floyd à Minneapolis – mais a déclaré que le pillage n’a fait que souffrir davantage les communautés déjà confrontées à l’injustice.

Monet a expliqué: «Je comprends la protestation. Je comprends de quoi il s’agit. J’ai compris. Je comprends cela – je me bats pour la même protestation. Mais nous ne voulons pas que des gens d’autres villes viennent déchirer (à part) où nous vivons parce que nous devons reconstruire cela. Nous l’avons fait une fois auparavant. Je comprends la colère. »

Le commandant de la police de Los Angeles, Andy Neiman, s’est précipité sur les lieux après avoir vu les bons samaritains se retenir en direct à l’antenne. Il a déclaré que des malentendus peuvent parfois se produire lorsque des agents arrivent sur une scène de crime active.

Neiman a déclaré: «(Les officiers) ont des citoyens qui les signalent, ne sachant pas ce qui se passe, et tant qu’ils n’ont pas tout réglé, ils ne savent pas à qui ils ont affaire.

« Ils ne savent pas si ce sont des bons, des méchants et nous devons donc tout d’abord contrôler, puis tout régler. »

Contactez notre équipe de nouvelles en nous envoyant un e-mail à [email protected]

Pour plus d’histoires comme celle-ci, consultez notre page d’actualités

Le festival de Madrid Puro Reggaeton est reporté à 2021 mais double sa durée | .

Minneapolis PD Enquête sur la mort de George Floyd et dépôt d’une accusation en matière de droits civils