in

Un haut responsable de Trump «  dégoûté  » du gaz lacrymogène des manifestants pour une séance photo présidentielle

Les manifestants ont reçu des gaz lacrymogènes et ont été chassés du parc Lafayette de manière agressive alors que le président se dirigeait vers l’église épiscopale de Saint-Jean pour une séance de photos. (Photo: AP / .)

Un haut responsable de Trump a déclaré qu’ils étaient «dégoûtés» lorsqu’ils ont vu des gaz lacrymogènes être déployés sur les manifestants de George Floyd pour ouvrir la voie au président alors qu’il se rendait à l’église pour une séance de photos.

Le haut fonctionnaire anonyme de la Maison Blanche s’est exprimé scandalisé après que la police militaire et les gardes du parc de Washington DC aient utilisé la force physique et des gaz lacrymogènes sur les manifestants pour faire place à Trump afin qu’il puisse «  rendre hommage  » à l’église épiscopale de St John, qui est à quelques pas de la Maison Blanche, après avoir été endommagé par un incendie dimanche.

Trump venait de finir de menacer de libérer l’armée américaine sur le pays en réponse aux protestations avant de se rendre à l’église avec un grand entourage. Une fois arrivé, il a fait une brève déclaration puis a pris une photo devant l’église avec une Bible, puis est parti sans prendre de questions.

«Je n’ai jamais eu plus honte. Je suis vraiment honnêtement dégoûté  », a déclaré l’assistant principal à Axios, se référant au moment où ils ont vu des manifestants gazés aux larmes et malmenés.

«Je suis malade à l’estomac. Et ils le célèbrent tous. Ils sont très fiers d’eux. »

Le procureur général des États-Unis, Bill Barr, s'entretient avec les services secrets américains et d'autres fonctionnaires dans le centre de Lafayette Park peu avant que la police anti-émeute n'efface le parc et les environs en face de la Maison Blanche pour que le président Donald Trump puisse se rendre à pied à une séance de photo devant de l'église épiscopale de St. John's, lors d'un rassemblement contre la mort en garde à vue de George Floyd à Minneapolis, à Washington, aux États-Unis, le 1er juin 2020. REUTERS / Ken Cedeno

Le procureur général des États-Unis, Bill Barr, s’entretient avec les services secrets américains et d’autres fonctionnaires dans le centre de Lafayette Park peu avant que la police anti-émeute n’efface le parc et les environs en face de la Maison Blanche pour que le président Donald Trump puisse se rendre à pied à une séance de photo devant de l’église épiscopale St. John’s (photo: .)

TOPSHOT - Des policiers se heurtent à des manifestants près de la Maison Blanche le 1er juin 2020 alors que les manifestations contre la mort de George Floyd se poursuivent. La police a tiré des gaz lacrymogènes à l'extérieur de la Maison Blanche dimanche soir alors que les manifestants anti-racisme descendaient de nouveau dans les rues pour exprimer la fureur de la violence policière, et les grandes villes américaines ont été mises sous couvre-feu pour supprimer les émeutes. émeutes en tant que terroristes nationaux, il y a eu plus de confrontations entre manifestants et policiers et de nouvelles flambées de pillages. Les dirigeants américains locaux ont appelé les citoyens à exprimer leur colère de manière constructive face à la mort d'un homme noir non armé à Minneapolis, tandis que des couvre-feux nocturnes ont été imposés dans des villes comme Washington, Los Angeles et Houston. (Photo de Jose Luis Magana / AFP) / ALTERNATE CROP (Photo de JOSE LUIS MAGANA / AFP via Getty Images)

Des policiers se heurtent à des manifestants près de la Maison Blanche le 1er juin 2020 alors que les manifestations contre la mort de George Floyd se poursuivent (Photo: .)

Le président américain Donald Trump parcourt Lafayette Park pour visiter l'église épiscopale St.John's en face de la Maison Blanche pendant les manifestations en cours contre l'inégalité raciale à la suite de la mort de George Floyd alors qu'il était en garde à vue à Minneapolis, à la Maison Blanche à Washington, États-Unis, 1 juin 2020. REUTERS / Tom Brenner

Le président américain Donald Trump parcourt le parc Lafayette pour visiter l’église épiscopale de St. John’s en face de la Maison Blanche pendant les protestations en cours contre les inégalités raciales. (Photo: .)

Un autre assistant de l’église aurait débordé d’enthousiasme et aurait dit aux autres que la photo de Trump devant l’église était un moment «emblématique» pour le président.

L’évêque du diocèse épiscopal de Washington, Mariann Budde, a regardé la scène se dérouler sous le coup de la tactique anti-émeute utilisée contre les manifestants alors que le président marchait aux côtés de son gendre, Jared Kushner, de sa fille aînée Ivanka. , Le procureur général William Barr, le chef de cabinet Mark Meadows et autres.

Plus: Monde

« Il n’a pas prié », a déclaré Mgr Budde au New York Times, ajoutant qu’elle regardait l’événement alors qu’elle était loin de l’église et rendait visite à sa mère.

« Il n’a pas mentionné George Floyd, il n’a pas mentionné l’agonie des gens qui ont été soumis à ce genre d’expression horrible de racisme et de suprématie blanche pendant des centaines d’années. »

«Nous avons besoin d’un président capable d’unifier et de guérir. Il a fait le contraire et nous devons ramasser les morceaux. »

Dans un communiqué publié lundi, l’évêque président de l’Église épiscopale, Michael Curry, a dénoncé la manière dont Trump a utilisé la Bible pour la séance photo, affirmant que le président « a utilisé un bâtiment de l’église et la Sainte Bible à des fins partisanes ».

« Cela a été fait dans une période de profonde souffrance et de douleur dans notre pays, et ses actions n’ont rien fait pour nous aider ou nous guérir. »

Contactez notre équipe de nouvelles en nous envoyant un e-mail à [email protected]

Pour plus d’histoires comme celle-ci, consultez notre page d’actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.