in

Baker Boy, star australienne du hip-hop, partage une déclaration puissante sur le racisme «rampant»

Baker Boy, le rappeur australien indigène primé, a partagé une déclaration puissante sur la nature insidieuse du racisme dans le monde et dans sa patrie.

S’adressant à Instagram, l’artiste hip-hop explique qu’il a été appelé pour « ne pas partager publiquement ma rage sur ce qui se passe en ce moment ».

Baker (de son vrai nom Danzal Baker) dit qu’il choisit un «chemin de positivité et de lumière» avec son personnage musical, et laisse généralement la politique hors de son dialogue sur les médias sociaux.

Il n’y a aucun doute là-dessus, il ressent de la douleur comme tant d’autres. «Chaque putain de jour», écrit-il.

«Je suis un Yolngu Man du nord-est d’Arnhem Land», écrit-il. « Je suis faché. J’ai peur. Je ressens toutes les émotions négatives que l’on ressent à propos de ce qui est arrivé à George Floyd. »

Il continue: «Je ressens ces émotions CHAQUE JOUR, pas seulement en ce moment, quand elles sont à la une des actualités ou des tendances sur Twitter et Instagram. C’est ma vie et j’ai peur, j’ai peur d’aller dans des endroits inconnus comme un café différent de mon habituel, sans parler du défi de faire des tournées par peur du racisme, qui, oui, est toujours aussi répandu ici en Australie. « 

Baker continue en disant qu’il espère que les Australiens non autochtones s’instruisent sur les préjugés raciaux qui existent toujours dans le système Down Under.

«J’espère que ce que vous voyez en Amérique en ce moment vous ouvre les yeux sur la terre volée sur laquelle vous vivez ici en Australie, sur votre privilège, sur ces« blagues », sur ces« blagues »que vous n’appelez pas , à votre oncle ou tante ou cousin raciste ou ami ou collègue de travail raciste et, plus dévastateur, en ouvrant les yeux sur plus de 400 morts en détention d’Australiens autochtones sans qu’un seul officier ne soit inculpé. »

Baker Boy, qui a été nommé Jeune Australien de l’année 2019, est reconnu comme le premier artiste indigène à remporter un grand succès en rappant dans la langue Yolngu Matha.

Désormais signé chez Island Records Australia, Baker a remporté le prix de l’artiste de l’année des National Indigenous Music Awards 2019 et a été nominé l’année dernière pour trois prix ARIA.

«Alors que vos yeux s’ouvrent», écrit-il sur Instagram, «et vous vous éveillez lentement aux réalités de ce que c’est que d’être une personne de couleur, un Afro-américain, un Australien indigène, j’espère vraiment que votre activisme va plus loin que votre social médias. L’activisme commence à la maison, avec des conversations difficiles. »

Voir l’article complet ci-dessous.

Voir ce post sur Instagram

J’ai eu un certain nombre de personnes qui m’ont appelé pour ne pas partager publiquement ma rage sur ce qui se passe en ce moment. En tant que personnage de Baker Boy, je choisis un chemin de positivité et de lumière et choisis de ne pas parler politiquement avec cette plate-forme. Je ne suis pas sûr non plus d’avoir quelque chose de nouveau ou de perspicace à dire. Je ne pense pas que ce soit la place de qui que ce soit pour pousser la culpabilité ou remettre en question l’activisme d’une personne des Premières Nations en cette période traumatisante. Mais je dirai; Je suis un homme yolngu du nord-est d’Arnhem Land. Je suis faché. J’ai peur. Je ressens toutes les émotions négatives que l’on ressent à propos de ce qui est arrivé à George Floyd. Je ressens ces émotions CHAQUE JOUR, pas seulement en ce moment quand elles font la une des actualités ou des tendances sur Twitter et Instagram. C’est ma vie et j’ai peur, j’ai peur d’aller dans des endroits inconnus comme un café différent de mon habituel, sans parler du défi de faire des tournées par peur du racisme, qui, oui, est toujours aussi répandu ici en Australie. Pour tous mes frères et sœurs balanda (non indigènes), j’espère que ce que vous voyez en Amérique en ce moment vous ouvre les yeux sur la terre volée sur laquelle vous vivez ici en Australie, à votre privilège, à ces « blagues », à ces «  blagues  » que vous n’appelez pas, à votre oncle ou tante raciste ou à votre cousin ou ami ou collègue et, plus dévastateur, en ouvrant les yeux sur plus de 400 morts en détention d’Australiens autochtones sans qu’un seul officier ne soit inculpé. Alors que vos yeux s’ouvrent et que vous vous éveillez lentement aux réalités de ce que c’est que d’être une personne de couleur, un Afro-américain, un Australien indigène, j’espère vraiment que votre activisme ira plus loin que vos médias sociaux. L’activisme commence à la maison, avec des conversations difficiles. Réfléchissez à la façon dont vous communiquez avec POC autour de vous, surtout à cette époque, car ceux qui m’ont contacté se considéraient comme des alliés tout en amplifiant mon traumatisme, ma colère et ma tristesse. Amour et paix, Danzal.

Un post partagé par Baker Boy (@dabakerboy) le 2 juin 2020 à 00h05 PDT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.