in

Neil Peart reçoit un pavillon dans sa ville natale

Le batteur et parolier de Late Rush Neil Peart sera honoré dans sa ville natale après qu’un sondage auprès des résidents eut convenu qu’un pavillon devrait être nommé d’après lui.

Le pavillon Neil Peart est situé dans la région de Port Dalhousie à St. Catharines, en Ontario, près de l’endroit qui a inspiré la chanson «Lakeside Park» de l’album de 1975 de Rush Caress of Steel. Il est décédé en janvier à 67 ans, après avoir souffert d’une forme agressive de cancer.

« Le vote du public sur la dénomination est évidemment assez concluant », a déclaré le conseiller Bruce Williamson au St. Catharines Standard, notant que 81% de ceux qui ont voté étaient d’accord avec le titre. « Neal Peart a été l’une de nos personnalités locales les plus célèbres, et beaucoup de ses chansons ont des racines locales, y compris le parc homonyme. « 

En 1994, Peart a écrit un compte rendu de son éducation à St Catharines. «Port Dalhousie à la fin des années 50 était un moment et un lieu magiques, parfaits pour l’enfance», a-t-il dit. «Des rues tranquilles pour le hockey-balle, le lac pour la baignade, le patinage sur Martindale Pond, la bibliothèque pour nourrir mon appétit croissant pour la lecture et des hordes d’autres enfants «baby-boomers» autour de partager tout cela. « 

Il a noté que, « en règle générale, cependant, je ne suis pas très nostalgique … mais maintenant que je profite de l’occasion pour revenir sur mes débuts, je suis étonné de voir combien de noms et de visages surgissent. De vieux amis et voisins , bien sûr, mais plus important: tant de personnes qui ont marqué ma vie. Les enseignants, les professeurs de batterie, les sauveteurs, les guitaristes, les grands-mères et même maman et papa.… Ma vie, alors et maintenant, pourrait se résumer par la devise de Nietzsche: « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort. » « 

6 personnages Marvel Kaley Cuoco serait parfait pour jouer

Le fondateur du Newport Folk / Jazz Festival publie un message inspirant sur l’inégalité raciale en Amérique: «Aucun de nous ne devrait se reposer avant que la vie des Noirs ne compte»