in

Claude Heater, chanteur d’opéra qui a joué Jésus dans «Ben-Hur», décède à 92 ans

Son visage n’est jamais vu dans le classique de Charlton Heston, lauréat de 11 Oscars.

Claude Heater, le célèbre chanteur d’opéra qui est apparu avec son visage invisible comme Jésus-Christ dans la production épique de William Wyler de Ben-Hur en 1959, est décédé. Il avait 92 ans.

Un ténor wagnérien remarquable, Heater est décédé le 28 mai au St. Mary’s Medical Center de San Francisco de causes naturelles après une longue maladie, selon une annonce publiée sur le site de sa fondation.

Alors qu’il se produisait à Rome, Heater a été repéré par le directeur de production de Ben-Hur, Henry Henigson, qui a été frappé par la « magnifique » voix et le « beau visage spirituel » de la chanteuse, écrivait la chroniqueuse de potins hollywoodienne Louella Parsons en 1958.

Heater a ensuite été testé et embauché pour jouer à Jésus dans la fonction MGM. « Maintenant, voici la partie étrange: ils ont dû aller en Europe pour trouver ce garçon, qui est né à Oakland, en Californie », a écrit Parsons.

« Principalement, ils étaient intéressés par les mains. Ils voulaient des mains fortes mais sensibles », a déclaré Heater au journal Marin Independent Journal en 1992. Pendant la production, il a noté qu ‘ »il y avait des gens sur le plateau qui me verraient, tomber à une genou et faire le signe du Christ. « 

Au fur et à mesure du tournage, Heater a eu plus de temps devant la caméra et quelques lignes, mais la loi britannique de l’époque interdisait à Jésus de parler ou de voir son visage s’il était un « personnage secondaire ». Ainsi, Heater comme Jésus n’apparaît que par derrière, comme lorsqu’il donne de l’eau à Judah Ben-Hur, esclave de Charlton Heston.

Dans le documentaire de 1993 Ben-Hur: la fabrication d’une épopée, Heater est montré au centre sur une photo test de costume. Et en 2003, lui et Heston se sont réunis lors d’une projection à la Motion Picture Academy de Los Angeles, les deux derniers acteurs restants du film, lauréat de 11 Oscars, dont celui de la meilleure image.

Né à Oakland le 25 octobre 1927, Heater a servi comme missionnaire et dans le Corps des Marines des États-Unis avant d’étudier la voix à Los Angeles. Il s’installe à New York en 1950, rejoint l’American Theatre Wing et apparaît à Broadway en tant que chanteur et jongleur dans Top Banana, une comédie avec Phil Silvers et Jack Albertson.

En 1952, le 6 pieds 4 pouces est le baryton du trio lors de la première mondiale de Trouble à Tahiti de Leonard Bernstein, remporte le premier prix du programme Talent Scouts d’Arthur Godfrey et se produit à La Traviata et Faust avec l’Opéra Amato à New York.

Après avoir terminé ses études à Milan, Heater s’est produit en Espagne, en Allemagne et en Suisse avant d’être engagé au renommé Staatsoper de Vienne pendant trois ans sous la direction du chef Herbert Von Karajan. Ses dernières performances en tant que baryton sont venues en 1961 avec l’Opéra de San Francisco.

Heater a recyclé sa voix de ténor, et en 1964, il a joué le rôle-titre dans König Hirschat de Hans Werner Henze à l’Opéra d’État de Bavière, servant de ténor dramatique de premier plan à cet opéra jusqu’en 1968. Il jouerait souvent comme Tristan dans Tristan und de Wagner Isolde, y compris à la télévision belge en 1967-68.

Après s’être retiré de la scène dans les années 70, Heater a enseigné l’opéra pendant 30 ans dans son studio de San Francisco; a été directeur général de l’Oakland Opera de Californie; a couru pour le Congrès en tant que candidat républicain écrit en 1992; et a écrit un livre de 2007, Fatal Flaws of the Most Correct Book on Earth, sur ce qu’il ressentait comme des incohérences avec son expérience mormone.

En 2018, il a cofondé la Fondation Claude Heater pour «nourrir, encourager et soutenir les voix dramatiques de l’opéra, les musiciens classiques et les artistes par le biais de programmes de développement, éducatifs et d’opportunités de performance de niveau professionnel».

Les survivants incluent son partenaire de longue date, Juyeon Song, un chanteur d’opéra; les enfants Christian, Steven, Evelyn, Erika, Claudia et Michele; petits-enfants Nicolas, Alexander, Lauren, Joshua, Cecilia, Zachary et Valentina; et les arrière-petits-enfants Fiamma et Priscilla.

Un don à sa mémoire peut être fait à sa fondation.

Rhett Bartlett a contribué à ce rapport.

Cet article a été initialement publié sur The Life Reporter.

Écoutez la nouvelle chanson d’Elvis Costello «No Flag»

Les flics ont filmé en poussant un homme âgé au sol au milieu des manifestations de George Floyd