in

Les flics ont souri après avoir déclaré au journaliste qu’ils avaient réduit ses pneus de voiture lors de la manifestation de George Floyd

Des officiers de Minneapolis, au Minnesota, ont été vus en train de couper des pneus de voiture, y compris ceux de journalistes couvrant les manifestations de George Floyd. (Photo: Mère Jones)

Deux services chargés de l’application des lois à Minneapolis ont reconnu avoir réduit les pneus des voitures garées près des manifestations contre la mort de George Floyd.

Des agents ont été surpris par une caméra coincant des couteaux dans des pneus de voiture dans des vidéos publiées par Mother Jones et de nombreux médias ont également signalé que leurs voitures avaient été endommagées pendant que des journalistes couvraient les manifestations.

L’un de ces journalistes, Luke Mogelson, a déclaré que les policiers lui ont souri et se sont moqués de lui en lui disant que ses pneus avaient été dégonflés.

Mogelson, qui couvre généralement les zones de guerre du New Yorker mais a récemment été posté à Minneapolis, a déclaré qu’il était allé vérifier sa voiture dimanche lorsque la police a gazé des manifestants pacifiques, provoquant le chaos dans la ville où Floyd a été tué par la police le Jour du souvenir.

Il a dit avoir montré son laissez-passer de presse aux officiers en cours de route et un officier a pris une photo de celui-ci et a dit qu’il « la transmettrait par radio à la chaîne pour que tout le monde sache que la voiture appartenait à la presse ».

Cependant, quand il est revenu récupérer sa voiture plus tard dans la soirée, les agents lui ont dit que ses pneus avaient été tailladés – mais leur comportement est ce que Mogelson a trouvé le plus inquiétant.

«Ils riaient. Ils avaient le sourire aux lèvres », a-t-il déclaré à Mère Jones.

Mogelson n’est pas le seul journaliste dont la voiture a été endommagée par la police.

Mardi, le producteur de documentaires, Andrew Kimmel, a tweeté une vidéo montrant les quatre pneus de sa voiture de location endommagés, ainsi que toutes les autres voitures garées à proximité. La séquence a depuis été visionnée plus de 1,2 million de fois.

Le journaliste de Radio-Canada, Philippe Leblanc, a tweeté une photo de ses pneus dégonflés et a écrit que des témoins lui avaient dit avoir vu la police crever les pneus.

Le porte-parole du ministère de la Sécurité publique de Minneapolis, Bruce Gordon, a depuis déclaré que des soldats de l’état avaient sabré des pneus dans «quelques endroits» dans une interview accordée au Star Tribune.

«Les soldats de la patrouille d’État ont dégonflé les pneus de manière stratégique… afin d’arrêter des comportements tels que les véhicules conduisant dangereusement à grande vitesse dans et autour des manifestants et des forces de l’ordre.»

Gordon a poursuivi en disant que les soldats ciblaient des véhicules «qui contenaient des objets utilisés pour causer des dommages lors de manifestations violentes» et a ajouté: «Bien que ce ne soit pas une tactique typique, les véhicules étaient utilisés comme des armes dangereuses et entravaient notre capacité à nettoyer les zones et à garder les zones sûres étaient des manifestations violentes se produisaient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.