in

Zoom sur le sort du compte d’un activiste chinois basé aux États-Unis

Dans une déclaration fournie à Engadget, un porte-parole de Zoom a déclaré:

«Comme toute entreprise mondiale, Zoom doit se conformer aux lois des pays où nous opérons. Nous nous efforçons de limiter les mesures prises à celles nécessaires pour se conformer à la législation locale. Notre plateforme prend de plus en plus en charge des conversations transfrontalières complexes, pour lesquelles le respect des lois de plusieurs pays est très difficile. Nous regrettons que quelques réunions récentes avec des participants à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine aient été négativement affectées et que des conversations importantes aient été interrompues. Zoom n’est pas en mesure de modifier les lois des gouvernements opposés à la liberté d’expression. Cependant, Zoom s’engage à modifier ses processus afin de protéger davantage ses utilisateurs de ceux qui souhaitent étouffer leurs communications. Par exemple, dans les situations où les autorités locales bloquent les communications des participants à l’intérieur de leurs frontières, Zoom développe des capacités supplémentaires qui protègent ces conversations pour les participants en dehors de ces frontières. »

Le zoom est devenu de plus en plus populaire en raison des blocages mondiaux. En avril, il a atteint 300 millions de participants quotidiens, mais il a également fait l’objet d’un examen minutieux pour les failles de sécurité et la décision de ne pas apporter de chiffrement de bout en bout aux utilisateurs gratuits.

La société aurait également suspendu les utilisateurs individuels de l’ouverture de comptes en Chine. Les utilisateurs gratuits existants ne pourront que rejoindre des appels, pas les héberger, et seules les entreprises avec une preuve d’enregistrement et des comptes bancaires d’entreprise pourront acheter le service.

Bien sûr, Zoom n’est pas la seule entreprise technologique à être influencée par la Chine. L’année dernière, nous avons vu le jeu Devotion retiré de Steam après que des responsables chinois se soient impliqués. aurait censuré des vidéos critiquant le gouvernement chinois, et LinkedIn avait précédemment bloqué le compte de Zhou en Chine en raison de «contenu spécifique» sur son profil, mais avait ensuite rétabli le compte. Ce dernier incident ajoute aux inquiétudes croissantes concernant les problèmes de sécurité de Zoom et ses liens avec la Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.