in

New York AG demande à Google et Apple de contrôler les applications tierces de suivi des contacts COVID-19

«Alors que les entreprises rouvrent leurs portes et que les Américains s’aventurent à l’extérieur, la technologie peut être un outil inestimable pour nous aider à lutter contre le coronavirus … Mais certaines entreprises peuvent chercher à tirer parti des consommateurs et à utiliser des informations personnelles pour faire de la publicité, extraire des données et profiter de manière contraire à l’éthique. cette pandémie. Apple et Google peuvent être des partenaires inestimables pour éliminer ces mauvais acteurs et faire en sorte que les consommateurs ne profitent pas de ceux qui cherchent à capitaliser sur la peur de cette crise de santé publique. »

Le procureur général souligne que si la propre technologie de recherche des contacts des entreprises a été conçue pour protéger la vie privée des consommateurs, il n’en va pas de même pour les programmes tiers. À ce titre, elle demande aux entreprises de s’engager à une plus grande surveillance en autorisant uniquement les applications affiliées aux agences de santé publique fédérales ou étatiques à collecter des informations personnelles sur la santé, telles que les résultats des tests COVID-19. Elle souhaite également qu’ils interdisent aux applications tierces de recherche de contacts d’utiliser les données des consommateurs pour des publicités ciblées et pour identifier des utilisateurs anonymes. James souhaite qu’ils exigent également des applications de suivi des contacts tierces qu’elles suppriment également les informations des consommateurs sur une base continue et sur 14 jours.

En outre, le procureur général demande aux géants de la technologie de préciser aux utilisateurs quelles applications ont été lancées par le gouvernement et qui ont été déployées par des développeurs aléatoires. Selon Business Insider, les entreprises ont maintenant jusqu’au 19 juin pour accuser réception de la lettre de James. Pour l’instant, le procureur général demande aux utilisateurs de «rester vigilants» et de «vérifier auprès de l’App Store d’Apple ou d’Android Play Store pour savoir quelle entité exploite l’application et si l’application collecte des informations de géolocalisation ou d’autres données».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.