L’économie est un gâchis. Alors pourquoi la Bourse n’est-elle pas?

Nous l’avons déjà dit: la bourse n’est pas l’économie.

Habituellement, cela signifie simplement que les fluctuations des marchés peuvent avoir peu ou pas d’incidence réelle sur les réalités sous-jacentes que nous considérons comme constituant l’économie. Ou qu’il existe de nombreux facteurs structurels importants qui rendent les perspectives des marchés différentes de la façon dont les citoyens ordinaires perçoivent la santé économique globale du pays.

Mais maintenant, ces bromures habituels risquent de sous-estimer la déconnexion. À l’époque de COVID-19, le marché boursier ne pouvait pas être plus dissocié de la situation économique générale des États-Unis. Bien que le S&P 500 ait fortement chuté en mars, alors que le coronavirus fermait de vastes pans de l’économie, il avait récupéré la quasi-totalité de ses pertes au cours de la première semaine de juin – avant de plonger à nouveau puis de rebondir rapidement encore une fois.

Même au-delà des marchés, certaines données suggèrent que les pires craintes concernant l’économie fin mars et avril étaient trop pessimistes. (Prenez le rapport sur l’emploi de May, par exemple, qui a montré une baisse surprenante du chômage même après avoir pris en compte un problème de classification des travailleurs licenciés.) Mais l’état général du chômage est encore assez mauvais par rapport aux normes historiques, ce qui reflète de nombreux indicateurs économiques importants qui sont presque uniformément en baisse – dans une large mesure – depuis l’été dernier:

De toute évidence, tous les indicateurs de base ne sont pas tombés d’une falaise face à cette récession. L’inflation, mesurée par l’indice des prix à la consommation des prix collants (à l’exclusion des dépenses alimentaires et énergétiques toujours volatiles), a chuté depuis février – de 2,8% en glissement annuel à 2,1% – mais reste dans une fourchette relativement normale. Les nouveaux permis de construire (signe d’investissement et d’activité dans la construction) ont rebondi après une baisse initiale et sont presque de retour au niveau de l’an dernier. Et les mesures du risque de crédit, telles que l’écart TED, se sont stabilisées, indiquant un faible risque implicite de défaillance des banques commerciales.

Mais les taux d’emploi, les prix du pétrole, la confiance des consommateurs et bien d’autres mesures brossent un tableau clair de la récession. Même les bénéfices des sociétés – qui, en théorie, aident à dicter les prix des actions sur le marché – ont subi leur pire trimestre depuis 2008. (C’est ce qui a conduit les prévisions prospectives du ratio cours-bénéfice pour le S&P vers le ciel.)

Et pourtant, les indices boursiers continuent de rebondir beaucoup plus rapidement que le reste de l’économie.

Pourquoi? Comme c’est généralement le cas en économie, c’est compliqué – et tout le monde a une théorie pour animaux de compagnie. Quelques-uns incluent l’idée que les investisseurs parient sur une reprise rapide en « V » (plutôt que sur la forme plus longue et plus lente de « swoosh » que de nombreux économistes ont prédit) et que les bénéfices des entreprises rebondissent finalement à moyen et long terme. (Et pourquoi pas? Les actions de la Réserve fédérale ont clairement indiqué qu’il s’agit d’une priorité.)

Certaines sociétés technologiques de premier plan sur le marché (telles que Microsoft, Apple et Alphabet) ont en fait des raisons de penser que la pandémie pourrait déplacer les affaires en leur faveur, en mettant tellement l’accent sur les achats, la communication et le divertissement numériques. Et la montée du commerce basé sur des algorithmes a quelque peu isolé les marchés des chocs qui pourraient être créés par les grands événements d’actualité, tels que les développements politiques ou les protestations contre l’injustice raciale qui balayent actuellement le pays, car les algorithmes impartiaux ne s’inquiètent pas et n’ont pas peur. par les nouvelles comme le font les humains.

Mais Tara Sinclair, professeur d’économie à l’Université George Washington et chercheur principal au Indeed Hiring Lab, m’a dit qu’elle pensait que les marchés fournissaient également un meilleur endroit aux riches pour cacher leur argent que des alternatives comme les obligations ou les banques.

« Les gens, en particulier les riches, ont réduit leurs dépenses, ils doivent donc garer leurs fonds quelque part comme la bourse (d’autant plus que les taux d’intérêt sont au plus bas) », a-t-elle déclaré dans un e-mail. «L’inégalité peut signifier que même avec des millions de chômeurs, il pourrait y avoir une surabondance de fonds des individus à haut revenu et / ou à forte richesse.»

Comme l’a souligné Paul Krugman du New York Times relativement tôt dans la crise, le rendement des bons du Trésor est si bas (voir le graphique ci-dessus) que les actions sont une option attrayante – même au milieu d’une récession causée par une entrée unique -une pandémie d’une génération.

«La performance récente du marché boursier pourrait être davantage liée à une surabondance d’épargne qu’à un optimisme quant à la valeur future des entreprises», m’a dit Sinclair. « Il peut être plus question que le S&P 500 soit meilleur que n’importe où ailleurs pour mettre des fonds plutôt que de l’optimisme réel. »

Cela ne signifie pas nécessairement qu’il n’y a pas d’optimisme dans les actions des investisseurs. « Peut-être (espérons-le?) Que les gens investissent à plus long terme et considèrent la situation économique actuelle comme essentiellement temporaire », a écrit Sinclair.

Et il convient de noter que, malgré tout, les marchés ne sont pas totalement séparés du virus qui continue d’affliger tous les coins du monde.

Lorsque la nouvelle du coronavirus a fait son apparition, le VIX – une mesure de la volatilité du marché peut-être mieux connue sous le nom d ‘«indice de peur» – a atteint un sommet à 82,7, son plus haut niveau jamais atteint. (Le sommet précédent était de 80,9, qu’il a atteint en novembre 2008, lorsque la Grande Récession a déclenché une liquidation massive.) La nouvelle d’une résurgence du COVID-19 plus tôt ce mois-ci a fait grimper le VIX à 40,8, un autre nombre anormalement élevé – en dehors des récessions. , le VIX oscille généralement entre 10 et 20. Malgré la hausse des indices, l’incertitude règne actuellement sur le marché boursier.

Ce que cela signifie en fin de compte, c’est la supposition de quiconque. Mais pour l’instant, Wall Street a montré une résilience choquante alors que presque tous les autres indicateurs économiques se sont effondrés. À tout le moins, que ce soit la confirmation finale que, une fois pour toutes, le marché boursier n’est pas l’économie.

Abonnez-vous à notre podcast sur les coronavirus, PODCAST-19

Code intégré

  • Mondial Tissus Livre - Le tricot c'est tendance n° 10 snoods
    Lassée des antiques écharpes ? Cathy Carron vous propose dans ce guide une collection de modèles inspirés de l’accessoire le plus en vogue actuellement : le col. Elle révèle sa créativité dans ces 40 déclinaisons adaptées aux tricoteuses de tous niveaux et de tous styles ! Un col roulé coquet, Un tour de cou
  • La nature, combien ça coûte ? Pourquoi l'écologie n'est pas l'ennemi de l'économie - Frédéric Denhez - Livre
    Ecologie & Environnement - Occasion - Etat Correct - Livre Bibliothèque avec étiq, tampon intérieur, Co - Changer d'ère - 2007 - Grand Format - Société coopérative d\'insertion à but non lucratif.
  • TRISTAR Rafraîchisseur d'air mobile Tristar AT-5450 – Économie d'énergie –
    Plomberie chauffage Chauffage et climatisation Climatisation et pompe à chaleur Rafraîchisseur d'air, Votre ventilateur ne suffit pas et vous trouvez le coût de l'installation d'un climatiseur trop élevé ? Le climatiseur mobile Tristar est alors l'appareil qu'il vous faut. Le rafraîchisseur refroidit
  • Paco Rabanne Black XS pour Elle
    Une princesse rebelle. Un fruité floral boisé tout en sensualité.  Black XS pour Elle est un parfum tout en contraste, qui incarne l'innocence mystérieuse et la radiance sensuelle. Son flacon Barock'n Roll renferme un élixir spécialement créé pour les princesses rebelles, impertinentes et sexy qui aiment
  • C'est moi qui l'ai fait Brosse à cheveux en C'est moi qui l'ai fait
    Brosse a cheveux en bambou C est moi qui l ai fait La brosse a cheveux en bambou C est moi qui l ai fait allie efficacite et bien-etre. Grace a ses picots, elle permet un coiffage a la fois doux et efficace. La brosse a cheveux en bambou n accroche en effet pas les cheveux. Elle permet ainsi de demeler
  • Payot Crème N°2 L'Essentielle Baume Apaisant Réconfortant Lot de 2 x 40 ml - Lot 2 x 40 ml
    Payot Crème N°2 L'Essentielle Baume Apaisant Réconfortant Lot de 2 x 40 ml est un baume à la texture fondante qui réconforte les peaux intolérantes et surmenées, en apportant à la peau l'essentiel dont elle a besoin.Ce baume calme et apaise