in

Plusieurs cadres supérieurs d’Ubisoft démissionnent suite à des allégations d’abus

Serge Hascoet, Yannis Mallat et Cecile Cornet – trois cadres supérieurs d’ – se retirent au milieu d’accusations généralisées d’abus et de promotion d’une culture de travail toxique à l’encontre de l’entreprise et de ces individus spécifiques.

Dans une déclaration publiée à GameSpot, Ubisoft a confirmé les départs, affirmant que Hascoet a « choisi de démissionner de son poste de directeur de la création, avec effet immédiat ». Bien qu’il ne soit pas aussi ouvert au public que les autres dirigeants d’Ubisoft, Hascoet a exercé une influence significative au sein de l’entreprise, ayant essentiellement le pouvoir de donner le feu vert aux projets de développement de jeux et de prendre également des décisions créatives clés. Bien sûr, cela signifiait également qu’il avait une influence significative sur le personnel, que de nombreuses personnes ont indiqué avoir abusé au point d’encourager un environnement de travail toxique. Le poste laissé vacant par Hascoet sera repris par Yves Guillemot, co-fondateur et actuel PDG d’Ubisoft, dans l’intérim.

Yannis Mallat, qui était directeur général des studios canadiens d’Ubisoft, quittera ses fonctions et quittera également Ubisoft. La déclaration d’Ubisoft se lit comme suit: « Les récentes allégations qui ont été révélées au Canada contre plusieurs employés l’empêchent de continuer à occuper ce poste. » Tout comme Hascoet, Mallat est accusé d’avoir permis une culture d’abus qui a créé un environnement de travail extrêmement toxique.

Interrogé, un porte-parole d’Ubisoft a confirmé qu’Hascoet quittait l’entreprise, avec Mallat.

Enfin, la responsable mondiale des RH Cecile Cornet sera également remplacée. Selon le communiqué, elle « a décidé de se retirer de ce rôle, car elle pense que c’est dans le meilleur intérêt de l’unité de l’entreprise ». Les rapports provenant d’Ubisoft à la veille des récentes allégations suggèrent que Cornet a également joué un rôle important en permettant à la culture du travail de se détériorer et pour les personnes au pouvoir de continuer à abuser de leur autorité.

« La société restructure et renforce sa fonction RH afin de l’adapter aux nouveaux défis de l’industrie du jeu vidéo. Ubisoft est dans les dernières étapes de l’embauche d’un cabinet international de conseil en management pour auditer et remodeler ses procédures et politiques RH, comme annoncé précédemment « , poursuit le communiqué.

Ubisoft n’a pas indiqué que Cornet quittait l’entreprise, ce qui suggère qu’elle resterait une partie de la main-d’œuvre à un certain titre.

L’annonce susmentionnée fait référence au changement structurel au sein d’Ubisoft qui a été décrit le 2 juillet, dans lequel Guillemot a déclaré que des changements fondamentaux devaient se produire à tous les niveaux d’Ubisoft. « Nous ne recherchons pas une solution rapide, mais plutôt un changement structurel chez Ubisoft qui s’aligne pleinement sur nos valeurs – des valeurs qui ne tolèrent pas les comportements toxiques et où tout le monde se sent en sécurité pour s’exprimer », a déclaré Guillemot. « Nous devons faire tout notre possible pour que personne ne se retrouve plus jamais dans ces situations. »

Ubisoft a été au centre des accusations d’abus au sein de l’industrie du jeu au cours des dernières semaines. En plus des trois dirigeants nommés ci-dessus, le vice-président Maxime Beland a démissionné de son poste au sein de la rédaction de l’entreprise à la suite d’accusations d’agression et de harcèlement sexuel. Tommy François, co-vice-président, a été mis en congé disciplinaire lors d’une deuxième enquête.

Un employé d’Ubisoft Toronto aurait été licencié. Andrien Gbinigie, agent de commercialisation de produits et de marque Watch Dogs, qui a été accusé d’agression sexuelle en juin, a travaillé à Ubisoft, à Toronto. Cependant, Ubisoft n’a pas confirmé s’il était l’employé congédié en question. Le directeur créatif d’Assassin’s Creed Valhalla, Ashraf Ismail, a également quitté Ubisoft le 24 juin à la suite d’accusations d’infidélité.

En réponse à ces accusations, Ubisoft a publié un communiqué le 25 juin, déclarant: « Nous avons commencé par lancer des enquêtes sur les allégations avec le soutien de consultants externes spécialisés », a déclaré le studio. « Sur la base des résultats, nous nous engageons pleinement à prendre toutes les mesures disciplinaires appropriées. Comme ces enquêtes sont en cours, nous ne pouvons pas commenter davantage. Nous vérifions également nos politiques, processus et systèmes existants pour comprendre où ceux-ci se sont brisés. vers le bas, et pour nous assurer que nous pouvons mieux prévenir, détecter et punir les comportements inappropriés. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.