in

L’histoire des Crossovers Led Zeppelin avec les Rolling Stones

« Scarlet », le jam de Jimmy Page à paraître prochainement avec Keith Richards, n’est pas la première fois que les Rolling Stones et Led Zeppelin travaillent ensemble.

En fait, la première collaboration de Page avec les Stones remonte à une démo pour leur single « Heart of Stone » de 1965, bien que cette version n’ait été officiellement publiée que lorsque la compilation Metamorphosis est arrivée une décennie plus tard.

Le futur multi-instrumentiste de Led Zeppelin, John Paul Jones, a fourni l’arrangement à cordes distinctif pour « She’s a Rainbow », de l’album de 1967 des Rolling Stones, Leur Satanic Majesties Request, tandis que Page a ajouté la guitare à la bande originale contemporaine de Brian Jones pour A Degree of Murder.

Ian Stewart, un membre non officiel des Stones, a ajouté le piano à « Rock and Roll » de Led Zeppelin IV de 1971, puis a repris un bébé à queue délabré sur « Boogie With Stu », qui est apparu plus tard sur Physical Graffiti de 1975.

« Il n’avait probablement pas été réglé depuis 20 ans et c’était vraiment poussiéreux », a déclaré Page à Rolling Stone en 2015, « mais Stu s’est assis là et a commencé à déployer ce merveilleux boogie-woogie. Il était un maître dans ce style de piano. Il avait une connaissance et une compréhension incroyables de cela. Stu ne ferait pas un album solo – il était très timide à ce sujet – alors j’ai pensé: « Le voici, faisons-le enregistrer » parce que c’était tellement amusant. « 

Écoutez Led Zeppelin interpréter ‘Rock and Roll’

La décennie suivante a vu Page assis avec Bill Wyman et Charlie Watts au concert de charité ARMS en 1983, puis prendre part à Willie and the Poor Boys, un amalgame lâche dirigé par Wyman qui a enregistré un album éponyme de 1985 au studio Sol de Page. . (Wyman y fit aussi un travail en solo en 1981.) Pourtant, Page finit par ajouter un solo à « One Hit (To the Body) », le single des Rolling Stones dans le Top 40 1986, par pur hasard.

Le guitariste était à New York après la conclusion d’une tournée avec le cabinet, son ancien super groupe avec Paul Rodgers, lorsque Ron Wood a demandé à Page de s’arrêter pour une session. À ce moment-là, les Stones étaient à bout de souffle, et Page supposait qu’il participait à un projet solo.

« En fait, la session n’était pas pour l’album de Keith – c’était les Rolling Stones », a révélé Page plus tard dans un post Instagram, « et j’ai ajouté un certain nombre de solos sur le morceau. Je pense que ça a plutôt bien marché. Keith m’a gentiment envoyé un magnum de champagne après la séance. « 

Regardez la vidéo des Rolling Stones pour ‘One Hit (To the Body)’

Malgré une si longue histoire ensemble, Richards a en fait admis qu’il n’était pas un grand fan de Led Zeppelin. «J’adore Jimmy Page, mais en tant que groupe, non», dit-il. « Alors que John Bonham fonçait sur l’autoroute dans un 18 roues incontrôlé, il avait acculé le marché là-bas. Jimmy est un joueur brillant, mais j’ai toujours senti qu’il y avait quelque chose d’un peu creux à ce sujet, vous savez? »

Ils sont restés amis. « Je ne suis pas sûr de ce qu’il veut dire en appelant Led Zeppelin creux », a répondu Page plus tard. « Je pense qu’il a sa langue dans sa joue. Ce que nous avons fait était vraiment cool. »

Découvrez Keith Richards au fil des ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings