Accueil Sports Football Guillermo Giménez: «J’ai beaucoup donné la barre pour raconter les matchs de...

Guillermo Giménez: «J’ai beaucoup donné la barre pour raconter les matchs de la NBA»

Après plusieurs mois d’arrêt dû au coronavirus, Guillermo Giménez (Madrid, 47 ans) a une nouvelle fois raconté les matchs NBA que Movistar émet, qui se jouent dans la «  bulle  » que la ligue a préparée à Disney World. Le journaliste sportif, qui avoue avoir été « trop ​​lourd » pour arriver là où il est aujourd’hui, est le couple habituel d’Antoni Daimiel dans les émissions, et fait généralement sourire les téléspectateurs, surtout les nostalgiques du tandem formé par Andrés Montes et Daimiel lui-même, capables de parler de citrouilles et de pommes à la crème dans un temps mort.

– Avez-vous ressenti ce retour?

– Nous vivons en diffusant des matchs de la NBA, et quand cela s’arrête depuis près de cinq mois, vous dites: Mais que fais-je de ma vie maintenant? Il y avait donc beaucoup de désir, oui.

– Comment avez-vous vu la gestion par la NBA de cette crise sanitaire? Serait-ce la seule compétition qui a pratiquement garanti de terminer le cours sans trop de frayeur?

– Je pense que rien n’est garanti, mais il est vrai que toutes les mesures nécessaires sont en train d’être mises en place et, en plus, elles le font depuis longtemps. Les compétitions nationales de football sont déjà terminées et la NBA vient de reprendre. Il concentrera 22 équipes pendant trois mois dans une installation de parc à thème, testant tout le monde, avec confinement. C’est formidable. C’est très strict et je pense que cela se passera bien.

– Qu’attendez-vous du reste de la saison?

– Tout d’abord, que tout se passe bien en termes de problèmes de santé. Ne parlons pas seulement du coronavirus, mais du spectacle et de l’émotion des matchs. Les éliminatoires viendront bientôt, ce qui sera normal, avec sept matchs, et je pense que le fait qu’ils n’aient pas à bouger pendant la série va les rendre plus énergiques sur le court, donc on va voir beaucoup égalité.

– Alors, y a-t-il des favoris ou est-ce que ça change tout?

– Je pense que oui. Nous avons vu d’autres compétitions, comme l’ACB, qui se sont disputées en très peu de temps et ont donné lieu à d’autres surprises, mais ici nous allons avoir quelques tours de qualification. Certains auront plus de mal à accélérer le rythme, mais ils ont encore 15 jours pour cela, donc je ne pense pas que cela affectera trop le fait qu’ils soient tous impliqués dans Disney World, à Orlando.

– Quel serait le vôtre?

– Dès le premier jour, j’ai parié sur les Clippers, et je ne devrais pas descendre du bateau pour le moment. Je n’ai aucune raison d’arrêter. Je pense qu’ils sont les meilleurs favoris, avec les Lakers et les Milwaukee Bucks. Les Clippers sont une équipe expérimentée et Kawhi Leonard a montré à maintes reprises qu’il était un type de joueur fait pour les minutes décisives et les matchs importants. Je pense qu’ils sont clairement préférés, sans nuire au reste.

– D’où vient votre style de narration particulier?

– Mon style de narration n’est pas préconçu. C’est une manière ludique d’appréhender ce produit qu’est la NBA. Souvent, les jeux ne sont pas excitants, car la saison régulière est très longue, avec des matchs de peu d’importance, et il faut garder cet esprit des gens qui sont de l’autre côté de la télé, que ce que vous voulez, c’est vous amuser. Que le parti ne vous le donne pas? Eh bien, nous devons être ceux qui font notre part. De cet esprit d’amusement et de divertissement naît cette façon de raconter.

– Vous êtes arrivé après le départ d’Andrés Montes. Faites-vous partie de ceux qui pensent que votre duo avec Antoni Daimiel a été le meilleur d’Espagne?

– Il y a eu de nombreux et très bons couples en Espagne. Je me souviens aussi d’autres, comme Ramón Trecet et Esteban Gómez, ou Valentín Requena et Ángel Nieto à moto, mais j’étais un fan de Montes et Daimiel, bien sûr.

– Comment ça va marcher la nuit?

– Ce que j’ai été fatal depuis l’enfance, c’est de me lever tôt. C’est peut-être pour ça que je me consacre à la diffusion de la NBA, car c’est la nuit. J’étais un garçon de dix ans qui, quand les gens dormaient, regardait des jeux. Et cela m’a amené là où je suis maintenant. C’est le merlan qui se mord la queue. Vous ne savez pas si c’est l’instinct de ne pas vous lever tôt ou votre penchant pour la NBA. Tout est renvoyé et je suis ravi de ce mode de vie.

– Avez-vous étudié le journalisme parce que vous vouliez être commentateur ou êtes-vous venu par hasard?

– A douze ans, j’avais décidé que je voulais étudier le journalisme. En fait, à 14 ans, lors d’un examen de mathématiques, j’ai dit à l’enseignant que les dérivés et les intégrales dans le métier de journaliste sportif ne me seraient d’aucune utilité, ce que j’allais pratiquer. Je voulais me consacrer à cela, et j’ai été très lourd. Il faut donner beaucoup de douleur et avoir beaucoup de détermination. Pour moi, ce n’était pas un accident, et me consacrer à la NBA, moins. Lorsque Canal + a commencé à le diffuser, j’étais déjà devant la télévision. Allez, tous les chemins mènent à ça.

– Et avez-vous décidé de raconter les jeux, ou êtes-vous devenu journaliste sportif avec une chanson entre les dents?

– Nous tous qui nous consacrons à cela nous donnons une chanson entre nos dents pour avoir un peu de travail dans ce métier. Ce n’est pas facile maintenant, ni ne l’était il y a 20 ans. Quand j’ai étudié, on disait déjà que cela n’avait pas d’issue, que c’était très difficile. Avec quoi, au début, j’étais satisfait. En fait, je n’ai même pas commencé dans le journalisme sportif. Je l’ai fait dans Diario 16 en 94, et c’était dans la section Télévision. Ensuite, je suis allé au bureau des sports de Canal +, et là je me suis vraiment engagé et j’ai donné assez de bar pour raconter des matchs, notamment la NBA, ce que je voulais. En plus, Andrés Montes est allé à La Sexta, donc un énorme écart a été fait pour le faire. Et me voici.

  • Good Smile Company Bon sourire Haganai je n'ai pas beaucoup d'amis Figure d'action Nendoroid Kobato Hasegawa - Moyenne figurine
    Fnac.com : Bon sourire Haganai je n'ai pas beaucoup d'amis Figure d'action Nendoroid Kobato Hasegawa - Moyenne figurine. Achat et vente de jouets, jeux de société, produits de puériculture. Découvrez les Univers Playmobil, Légo, FisherPrice, Vtech ainsi que les grandes marques de puériculture : Chicco, Bébé
  • PROPOLIA Complément Alimentaire Energie Vitale - J'ai la Pêche - Pot de 120 g
    Le Complément Alimentaire Énergie Vitale Propolia apporte sa concentration en Propolis et son cocktail de Vitamine C et de Ginseng. Formulée à partir de Miel, propolis, gelée royale, papaye et ginseng. A prendre à la cuillère ou bien de façon plus gourmande, à tartiner ! Sans gluten et riche en Vitamine C.
  • DOODERM Tee-shirt garçon apaisant - J'ai des super pouvoirs - Peaux sujettes à eczéma 2-3 ans
    2-3 ans - Vous avez des démangeaisons ? Enfin une solution naturelle, imaginée pour améliorer la qualité de vie de votre enfant.Un tee shirt manches longues, idéal pour APAISER durablement la peau sensible et irritée de ses bras, de son ventre ou de son dos. Il est parfait comme haut de pyjama ou comme maillot de
  • DOODERM Tee-shirt garçon apaisant - J'ai des super pouvoirs - Peaux sujettes à eczéma 4-5 ans
    4-5 ans - Vous avez des démangeaisons ? Enfin une solution naturelle, imaginée pour améliorer la qualité de vie de votre enfant.Un tee shirt manches longues, idéal pour APAISER durablement la peau sensible et irritée de ses bras, de son ventre ou de son dos. Il est parfait comme haut de pyjama ou comme maillot de
  • DOODERM Tee-shirt garçon apaisant - J'ai des super pouvoirs - Peaux sujettes à eczéma 6-8 ans
    6-8 ans - Vous avez des démangeaisons ? Enfin une solution naturelle, imaginée pour améliorer la qualité de vie de votre enfant.Un tee shirt manches longues, idéal pour APAISER durablement la peau sensible et irritée de ses bras, de son ventre ou de son dos. Il est parfait comme haut de pyjama ou comme maillot de
  • DOODERM Tee-shirt garçon apaisant - J'ai des super pouvoirs - Peaux sujettes à eczéma 10-12 ans
    10-12 ans - Vous avez des démangeaisons ? Enfin une solution naturelle, imaginée pour améliorer la qualité de vie de votre enfant.Un tee shirt manches longues, idéal pour APAISER durablement la peau sensible et irritée de ses bras, de son ventre ou de son dos. Il est parfait comme haut de pyjama ou comme maillot de