in

Des responsables américains saisissent des comptes de crypto-monnaie liés à al-Qaïda et à Daech

Selon une autre plainte de confiscation, al-Qaïda et ses affiliés ont utilisé Telegram et d’autres canaux de médias sociaux pour solliciter des dons de Bitcoin. Dans certains cas, les groupes auraient prétendu agir en tant qu’organismes de bienfaisance. Les agents ont découvert 155 comptes de crypto-monnaie liés à cette campagne de financement du terrorisme.

Quant à l’Etat islamique, une personne liée au groupe aurait commis une escroquerie d’équipement de protection COVID-19. Murat Cakar, que le DoJ décrit comme «un facilitateur de l’EI», vendait de faux masques respiratoires N95 et d’autres équipements de protection via un site Web, selon une plainte. Un client basé aux États-Unis a tenté d’acheter du matériel pour les hôpitaux, les maisons de soins infirmiers et les services d’incendie. Les responsables ont saisi ce site, ainsi que quatre pages Facebook connexes.

Au total, les agents ont récupéré environ 2 millions de dollars de crypto-monnaie, selon le New York Times. Une fois l’affaire close, le Fonds pour les victimes du terrorisme parrainé par l’État peut recevoir tout ou partie des fonds saisis. Les responsables ont également mis sur liste noire certains portefeuilles cryptographiques privés qui contiendraient des millions de dollars de plus en monnaie virtuelle, ce qui rendra plus difficile pour les propriétaires de comptes d’encaisser ces fonds via les institutions financières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.