in

Trump ordonne au propriétaire de TikTok de vendre son entreprise américaine

Microsoft est en pourparlers pour acheter l’application.

Trump avait précédemment émis une ordonnance toujours en attente pour interdire les transactions avec ByeDance et le propriétaire de WeChat Tencent aux États-Unis et a déclaré qu’il y avait une date limite pour une vente le 15 septembre. Il a également insisté sur le fait que le Trésor américain devrait bénéficier directement de toute acquisition.

« Il existe des preuves crédibles qui me portent à croire que ByteDance … pourrait prendre des mesures qui menacent de porter atteinte à la sécurité nationale des États-Unis », déclare l’ordre. Il oblige également ByteDance à détruire les données des utilisateurs américains, tout en donnant aux autorités américaines le pouvoir d’inspecter ses livres et ses systèmes pendant les négociations de vente.

Comme le déclare CNBC, «la commande a été considérée comme une bonne nouvelle pour TikTok» car «le précédent décret aurait pu obliger les magasins d’applications basés aux États-Unis à cesser de distribuer l’application TikTok si ByteDance n’était pas parvenu à un accord pour la céder en 45 jours.» En d’autres termes: la dernière commande crée une voie plus claire pour ByteDance pour négocier une vente à un acheteur américain. L’administration Trump a utilisé une tactique similaire l’année dernière lorsqu’elle a utilisé le CFIUS pour forcer le propriétaire chinois de Grindr à vendre l’application de rencontres à une société américaine.

Lorsqu’il a été contacté pour commenter, un porte-parole de TikTok s’est référé à la déclaration précédente de la société en réponse au décret précédent de Trump. «Nous nous engageons à continuer d’apporter de la joie aux familles et des carrières significatives à ceux qui créent sur notre plateforme pendant de nombreuses années à venir», a déclaré le porte-parole,

Microsoft n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Le contrôle est simple dans la prochaine mise à jour

Le tabagisme public interdit dans certaines régions d’Espagne «  car il propage le coronavirus  »