in

Frankie Banali de Quiet Riot meurt: les rockers réagissent

Le monde du rock est en deuil après la mort de Frankie Banali, le batteur de Quiet Riot qui a courageusement combattu le cancer du pancréas pendant plus de 16 mois.

Alors que la nouvelle du décès du rockeur se répandait, de nombreux collègues musiciens se sont tournés vers les médias sociaux pour partager leurs condoléances.

« Tellement triste d’apprendre la perte de Frankie Banali », a déclaré le leader de Twisted Sister Dee Snider via Twitter. «Il s’est battu dur jusqu’à la fin. Son esprit de jeu et de rock ‘n’ roll vivra pour toujours. Un compatriote new-yorkais, Frankie était la vraie affaire. RIP mon ami. « 

Sebastian Bach se souvenait du batteur comme «d’un vrai rockeur qui a consacré sa vie au rock n ‘roll», tandis que Mikkey Dee de Motorhead qualifiait Banali de «gars sympa et batteur respecté dans le monde du rock n roll».

Wendy Dio, dont le mari Ronnie James est également décédé à la suite d’une longue bataille contre le cancer, a publié un hommage sincère à Banali via les comptes officiels des médias sociaux Dio. «Frankie était une personne incroyable, non seulement il était un artiste talentueux, mais il avait le plus grand cœur», a expliqué Wendy. «Même lorsqu’il suivait ses traitements de chimiothérapie, il a assisté à notre événement caritatif et a parlé de l’importance de se faire dépister. Mon cœur va à sa femme, Regina, qui a été une sainte tout au long de sa bataille contre cette terrible maladie.

Le guitariste Gilby Clarke se souvient avoir travaillé aux côtés de Banali, se référant au défunt batteur comme un «mec droit», dont il respectait «la détermination et la passion inébranlable pour jouer de la batterie». L’ancien coéquipier de Guns N ‘Roses de Clarke, Slash, a laissé un hommage simple mais poignant à Banali, en publiant une photo du batteur avec le message «RIP».

Lisez plus de réactions à la mort de Banali ci-dessous.

Gal Gadot porte un bling «  inestimable  » dans Death On The Nile

Écoutez le nouvel album de Maluma ‘Papi Juancho’