in

Le Top 10 de Motley Crue après-‘Dr. Chansons Feelgood

Motley Crue a passé les années 80 à grimper vers le succès, mais leur vol est devenu cahoteux une fois que les années 90 sont arrivées.

Le groupe a sorti cinq albums à succès au cours de sa première décennie, dont quatre se sont vendus à plus de 4 millions d’exemplaires. Cette séquence a culminé avec la sortie en 1989 de leur point culminant commercial, le Dr. Feelgood de 1989.

Au cours des trois décennies et plus qui ont suivi, Motley Crue n’a sorti que quatre albums, et seuls deux d’entre eux présentaient la programmation originale et l’un de ceux-ci, Generation Swine de 1997, mettait en vedette un Vince Neil malheureux ajoutant sa voix à des chansons mal ajustées que ses camarades de groupe. enregistré sans lui et destiné à un autre chanteur.

Malgré ces circonstances loin d’être idéales, le groupe a réussi à livrer de superbes morceaux et de nouveaux rebondissements sur son son depuis 1989. Ci-dessous, nous décrivons la valeur d’un album du meilleur post-Dr de Motley Crue. Feelgood chansons.

10. « 1er groupe sur la lune »

De: Nouveau tatouage (2000)

Après avoir passé une grande partie des années 90 à expérimenter avec leur son et leur gamme d’une manière qui s’est avérée infructueuse sur le plan commercial, Motley Crue a commencé sa troisième décennie avec un album de retour aux sources attendu depuis longtemps. Dans l’autobiographie du groupe The Dirt, Nikki Sixx a appelé New Tattoo « l’album qui aurait dû être le successeur de Dr. Feelgood. » Alors que New Tattoo n’avait pas l’ambition surdimensionnée ou le son poli de cet album de 1989 – et était également le seul album de Motley Crue sans le batteur fondateur Tommy Lee – c’était un retour bienvenu au riff rock dépouillé. Outre l’excellent travail du guitariste Mick Mars, « 1st Band on the Moon » présente un sens de l’humour conscient de lui-même, alors que le groupe aspire à échapper à la Terre de plus en plus politiquement correcte et à trouver un endroit où les filles « agissent toujours étourdies, portant des minijupes. « 

9. « Rock ‘n’ Roll Junkie »
De: Les aventures de Ford Fairlane Soundtrack (1990)

Oui, « Rock ‘n’ Roll Junkie » est un peu un tricheur puisqu’il est sorti entre Dr. Feelgood et le déclin qui a suivi la compilation Decade of Decadence de 1991. Même si Motley Crue a été épuisé par la tournée massive de 10 mois à l’appui du Dr Feelgood, leurs problèmes interpersonnels et créatifs n’ont vraiment commencé qu’après avoir contribué à cette chanson au véhicule vedette d’Andrew Dice Clay, The Adventures of Ford Fairlane.

8. « Les vacances de Hooligan »
De: Motley Crue (1994)

Peu de temps après la signature d’un nouveau contrat lucratif, Motley Crue s’est séparé du chanteur fondateur Vince Neil et a recruté un parent inconnu John Corabi pour remplir ses chaussures. La nouvelle composition, les temps changeants et le désir de croissance créative du groupe ont abouti à un son et un look plus sérieux et moins fastueux qui méritaient plus d’amour de la part des fans et des acheteurs de disques du groupe. « Hooligan’s Holiday » était la chanson la plus familière, donc c’était un choix évident comme premier single. C’est dommage qu’ils ne l’ont jamais ajouté aux listes depuis le retour de Neil.

7. « L’enfer sur les talons hauts »
De: Nouveau tatouage (2000)

La création longue et troublée de l’album qui a commencé sa vie sous le nom de Personnalité n ° 9 à la tête de John Corabi et s’est terminée en 1997 sous le nom de Generation Swine, dirigée par Vince Neil, a été particulièrement difficile pour le guitariste Mick Mars, qui a déclaré dans The Dirt que ses contributions étaient régulièrement critiquées. et même remplacé par ses camarades de groupe. «J’étais vraiment convaincu que je n’étais pas bon en tant que guitariste», a-t-il noté. La psyché de Mars a finalement guéri et il a été libéré pour faire ce qu’il fait de mieux sur New Tattoo des années 2000. Les résultats ont été quelques-unes des meilleures chansons du groupe et des plus crues en une décennie, y compris le single principal sans vergogne et indéniablement accrocheur « Hell on High Heels ».

6. « Incompris »
De: Motley Crue (1994)

Chaque groupe de hard-rock essaie finalement de faire son « Stairway to Heaven »; Motley Crue n’a pas fait la moitié de sa tentative. Ils tirent tous les tours du livre au cours de cette épopée acoustique-électrique-puis-back-again de près de sept minutes, de la manipulation de bandes Beatlesque à l’emploi de musiciens de l’Orchestre symphonique de Vancouver. Le résultat est étonnamment glorieux et aide à expliquer pourquoi l’album Motley Crue, à la façade de Corabi, a gagné un culte de défenseurs dévoués au fil des ans.

5. « Mutherfucker de l’année »
De: Saints of Los Angeles (2008)

Saints of Los Angeles a été le premier album que les quatre membres fondateurs de Motley Crue ont commencé et terminé d’enregistrer ensemble depuis le Dr Feelgood 20 ans plus tôt. Racontant vaguement l’histoire de leurs nombreux hauts et bas de carrière, le disque présente le groupe sous une forme confiante et inspirée. Le « Mutherfucker of the Year » est un moment fort, et l’un des rares post-Dr. Feelgood Motley Crue pour gagner une place permanente dans les set lists de concerts du groupe.

4. « Elle a besoin de Rock N Roll »
De: Nouveau tatouage (2000)

« She Needs Rock N Roll » est de loin la meilleure chanson de New Tattoo et est un morceau percutant et accrocheur qui n’essaie pas d’enseigner à n’importe qui qui aurait été un ajout bienvenu à l’un des albums classiques des années 80 du groupe .

3. « Fumez le ciel »
De: Motley Crue (1994)

Probablement le morceau le plus lourd jamais enregistré dans la gamme de Motley Crue, « Smoke the Sky » trouve John Corabi en train de crier enroué en faisant l’éloge de la marijuana, tandis que Mick Mars, Tommy Lee et Nikki Sixx montrent qu’ils ont écouté du Pantera.

2. «Saints de Los Angeles»
De: Saints of Los Angeles (2008)

Aussi bon que soit New Tattoo, il manquait le son grandiose et l’ambition grand écran des plus grands disques des années 80 de Motley Crue. Les deux étaient de retour en force dans la chanson titre des autobiographiques Saints of Los Angeles. Le groupe a déclaré que l’album de 2008 serait son dernier long-métrage en studio; si c’est vrai, ils sont sortis sur une note positive.

1. « Primal Scream »
Tiré de: Decade of Decadence 81-91 (1991)

L’âge d’or de Motley Crue n’a pas pris fin ni même culminé avec le Dr Feelgood. Juste avant que le groupe ne se sépare amèrement en deux camps et n’entre dans une décennie de chaos, de frustration et de sous-performance, ils ont livré l’un de ses meilleurs singles, « Primal Scream ». Commençant avec des basses grondantes de Nikki Sixx, la chanson trouve le groupe en ajoutant un nouveau niveau de sophistication sans sacrifier son énergie de signature ou sa sottise. Il est tentant de penser qu’ils auraient peut-être pu livrer un album entier aussi fort et maintenir leur séquence de victoires s’ils avaient juste fait une pause au lieu de se séparer.