in

Des utilisateurs de Facebook ont ​​signalé une milice du Wisconsin avant la fusillade d’hier soir

Facebook a déclaré dans un communiqué qu’il n’avait «aucune preuve», l’adolescent faisait partie du groupe Facebook Kenosha Guard ou de son événement. Mais l’entreprise a eu l’occasion de prendre des mesures sur l’événement Facebook du groupe de milice avant la fusillade meurtrière, selon les utilisateurs.

Un résident de Kenosha nommé Nathan, qui a demandé à n’utiliser que son prénom, a déclaré à Engadget qu’il avait rapporté la page de l’événement pour la garde de Kenosha mardi après-midi. «J’étais nerveux à l’idée qu’ils prennent les armes contre les manifestants à Kenosha», a-t-il déclaré. «Je ne savais pas si je pouvais le classer comme crime de haine ou violence, mais Facebook ne vous donne qu’une seule option, alors j’ai choisi la violence.»

Une heure plus tard, il a reçu une réponse de Facebook: « L’événement a été examiné et bien qu’il ne soit pas contraire à l’un de nos standards communautaires spécifiques, nous comprenons que l’événement ou quelque chose qui y est partagé peut encore être offensant pour vous. »

Les utilisateurs de Facebook qui ont signalé l'événement de la Kenosha Guard se sont fait dire qu'il n'enfreignait pas les règles de l'entreprise.

Engadget

Il n’était pas le seul à rapporter l’événement et à recevoir une telle réponse. La capture d’écran correspond à une autre publiée sur Twitter, et à une partagée par The Verge, qui a rapporté que «au moins deux» personnes avaient signalé l’événement avant le tournage de mardi soir.

Suite aux informations faisant état de la fusillade et de l’implication des milices lors des manifestations, Facebook a confirmé que le groupe avait enfreint ses règles, qui ont été mises à jour la semaine dernière pour s’adresser aux organisations de milices et aux partisans de QAnon. Selon la dernière politique, Facebook dit qu’il supprimera les pages et les groupes associés à ces mouvements s’ils appellent à la violence.

Dans un communiqué, un porte-parole de Facebook a déclaré que la société avait qualifié la fusillade de «meurtre de masse» et avait supprimé les pages Facebook et Instagram du tireur. La société a également confirmé qu’elle avait supprimé le groupe Kenosha Guard et la page de l’événement.

« Nous avons désigné cette fusillade comme un meurtre de masse et avons supprimé les comptes du tireur de Facebook et Instagram », a déclaré le porte-parole. «Pour le moment, nous n’avons pas trouvé de preuves sur Facebook suggérant que le tireur a suivi la page de garde de Kenosha ou qu’il a été invité sur la page d’événement qu’ils ont organisée. Cependant, la page de garde de Kenosha et sa page d’événement ont enfreint notre nouvelle politique concernant les organisations de milice et ont été supprimées pour cette raison.

La déclaration de Facebook n’a pas expliqué pourquoi l’entreprise n’avait pas donné suite aux rapports des utilisateurs si l’événement Kenosha Guard violait en fait ses règles. Mais l’entreprise a été critiquée dans le passé pour l’application inégale de ses normes communautaires. Un audit des droits civils des politiques de l’entreprise, publié plus tôt cette année, a mis en garde contre les dangers de l’extrémisme sur sa plateforme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.