in

Charlie Hebdo réimprime le dessin animé du prophète Mohammed avant le procès contre le terrorisme

Charlie Hebdo a réimprimé des caricatures du prophète Mahomet pour marquer le début d’un procès pour terrorisme (Photo: .)

Un journal satirique français dont les bureaux parisiens ont été attaqués par des extrémistes islamiques en 2015 a réimprimé des caricatures du prophète Mahomet pour marquer le début d’un procès cette semaine.

Douze membres du personnel, dont certains des dessinateurs les plus célèbres de France, ont été tués lorsque les hommes armés islamistes Cherif et Said Kouachi ont pris d’assaut les bureaux le 7 janvier. Ils ont ensuite tué un policier blessé à l’extérieur du bâtiment avant de crier «nous avons vengé le prophète» en fuyant.

Deux jours plus tard, Amedy Coulibaly, une connaissance de la prison des frères, a attaqué un supermarché casher voisin à la veille du sabbat juif et tué quatre otages et une policière. Lui et les frères Kouachi ont ensuite été tués lors de descentes de police.

Charlie Hebdo a maintenant réimprimé des caricatures controversées du prophète Mahomet dans un éditorial publié cette semaine alors que des complices présumés des attaques sont jugés.

Treize hommes et une femme sont accusés d’avoir fourni aux assaillants des armes et de la logistique, et font face à des accusations de terrorisme devant le tribunal mercredi.

Le directeur de Charlie Hebdo, Laurent «Riss» Sourisseau, a déclaré à propos de la décision de republier les images: «Nous ne nous coucherons jamais. Nous n’abandonnerons jamais.

epa04986302 ANNÉE 2015 JANVIER Le cercueil de Bernard Verlhac, alias Tignous, défunt caricaturiste français du journal satirique Charlie Hebdo, quitte la mairie de Montreuil après un service funèbre, France, 15 janvier 2015. Douze personnes ont été tuées dans la fusillade au siège de Paris de Charlie Hebdo le 07 janvier.  EPA / YOAN VALAT
Le réalisateur Laurent ‘Riss’ Sourisseau a déclaré à propos des images: «  Nous n’abandonnerons jamais  » (Photo: EPA)

DOSSIER - Sur cette photo d'archive du 14 janvier 2015, des fleurs gisaient devant le siège de Charlie Hebdo à Paris.  Les attaques de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et, deux jours plus tard, un supermarché casher, ont déclenché une vague de meurtres revendiqués par le groupe État islamique à travers l'Europe.  Dix-sept personnes sont mortes avec les trois assaillants.  Treize hommes et une femme accusés d'avoir fourni aux assaillants des armes et de la logistique sont jugés pour terrorisme mercredi 2 septembre 2020 (AP Photo / Jacques Brinon, dossier)
Des fleurs gisaient devant le siège de Charlie Hebdo à Paris (Photo: AP)

La couverture du numéro montre des caricatures publiées pour la première fois dans le quotidien danois Jyllands-Posten, avant d’être réimprimées par Charlie Hebdo en 2006, suscitant la colère dans le monde islamique.

Une caricature centrale sur la couverture a été dessinée par Jean ‘Cabu’ Cabut qui a perdu la vie dans le massacre. Les mots qui l’accompagnent se lisent: «Tout ça, juste pour ça».

miniature pour le post ID 13205927Grand-père, 84 ans, meurt après avoir été battu et frappé avec un miroir dans son jardin

Dans l’article, l’équipe a écrit que les caricatures «appartiennent à l’histoire et que l’histoire ne peut être réécrite ni effacée».

M. Sourisseau, l’un des rares membres du personnel à avoir survécu à l’attaque, a nommé chacune des victimes dans son avant-propos sur l’édition.

Il a poursuivi: «Rares sont ceux qui, cinq ans plus tard, osent s’opposer aux revendications toujours aussi pressantes des religions en général, et de certaines en particulier.

Contactez notre équipe de nouvelles en nous écrivant à [email protected].

Pour plus d’histoires comme celle-ci, consultez notre page d’actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.