Accueil Sports Football « Ce n’est pas une option déraisonnable pour le football de base et...

« Ce n’est pas une option déraisonnable pour le football de base et les sports scolaires de commencer en janvier »

María Perrino Peña, née à Salamanque, directrice générale des sports de la Junta de Castilla y León, est confrontée au défi de coordonner le début des compétitions régionales tout en maintenant le niveau de sécurité requis par la pandémie mondiale de coronavirus. La femme de Salamanque demande aux athlètes de la prudence et de la patience et reconnaît qu’à son époque en tant que boxeuse, le fait de ne pas pouvoir concourir l’a affectée de ce qu’elle comprend les athlètes, bien qu’elle insiste sur le fait que la sécurité sanitaire de la population passe avant tout. Il ne voit rien de clair que le sport de base et les jeux scolaires débuteront avant janvier prochain, bien qu’il souligne que s’il n’y a pas de compétition, il est important qu’il n’y ait pas d’arrêt généralisé et qu’il y ait un pari sur l’activité physique et sportive dans un entraînement contrôlé. . Face à tant d’incertitudes, il envoie un message d’optimisme aux clubs et leur demande d’être forts et de tenir bon jusqu’au retour des compétitions.

– Le sport fédéré non professionnel, comme c’est le cas de la deuxième division B, est en attente d’un protocole du Conseil Supérieur du Sport (CSD) convenu avec les autonomies pour savoir à quoi s’attendre la saison prochaine …

Oui, cette semaine, nous avons une autre réunion pour discuter du protocole. Nous en avons eu un la semaine dernière et ce jeudi il y en a un autre. Il y a des questions qui soulèvent des doutes et qui concernent les clubs, par exemple la question des coûts, qui peut être l’un des aspects les plus problématiques.

– Qui va payer les tests du Second B: le CSD, le RFEF, les clubs …?

–Il est difficile pour le CSD ou la Fédération de le payer. Il faudrait voir l’efficacité de ces tests avant le match. Dans les 72 heures précédant la réunion après avoir passé le test, vous pouvez avoir un risque de contagion à moins que vous ne soyez complètement isolé. Il faudra voir si d’autres formules sont plus efficaces, comme les faire de manière aléatoire pour que chacun à sa charge, ce qui est le plus important maintenant, prenne bien soin de son mode de vie.

– Et quand ce protocole qui réglementera les compétitions nationales non professionnelles sera-t-il prêt?

–Je pense qu’ils lui accordent une haute priorité. Je ne sais pas si dans une semaine ou dix jours mais ce sera bientôt et il y a des compétitions qui doivent commencer sous peu. Le gouvernement central lui donne une priorité élevée.

– Avez-vous peur qu’il y ait des différences dans les réglementations entre les communautés et qu’elles affectent le développement de la compétition avec des limitations telles que l’entraînement?

– Nous allons essayer de faire en sorte qu’il n’y ait pas de différences dans les compétitions nationales et c’est pourquoi nous ne nous impliquerons pas dans leur réglementation et nous ne réglementerons que les compétitions régionales. Pourtant, et pour le moment, ces compétitions nationales sont à notre portée. À l’heure actuelle, ils doivent s’en tenir à notre règle. Désormais, les équipes qui comptent des athlètes professionnels, de haut niveau ou de haut niveau peuvent s’entraîner par contact alors que celles qui n’ont pas encore cette possibilité. Lorsque le protocole déjà en vigueur existera, on permettra aux compétitions nationales d’avoir une réglementation homogène.

– Y aura-t-il du football de base à Salamanque?

– Je veux croire que oui, mais dans un futur proche je ne le vois pas en ce moment tel que nous sommes. J’espère que la situation ne deviendra pas trop incontrôlable et que la saison pourra être sauvée d’une manière ou d’une autre. Beaucoup de choses vont changer ou vont prendre du temps pour être les mêmes dans de nombreux domaines et nous devons nous adapter. Il est important que le sport de base puisse se poursuivre et retrouver une relative normalité dès que possible, mais à l’heure actuelle, la sécurité sanitaire de l’ensemble de la population est primordiale. Il faut attendre de voir comment l’année scolaire commence, ce qui va nous donner de nombreux indices pour le meilleur ou pour le pire sur le moment où il est possible de revenir au sport de compétition comme nous l’avions prévu jusqu’à présent.

– Y a-t-il eu des rumeurs selon lesquelles le football de base pourrait revenir en janvier?

– C’est une option qui ne semble pas si exagérée. Si vous me l’aviez demandé il y a deux mois, je ne m’attendais pas à ce que nous soyons tels que nous sommes aujourd’hui.

– Au retour à la compétition de football de base, les enfants seront-ils testés pour le coronavirus?

-Cela semble impossible, honnêtement. La question est qu’au niveau médical, les progrès se poursuivent et qu’un vaccin, un traitement ou une meilleure connaissance de la maladie peuvent être atteints et nous pouvons avoir plus de planification et plus de marge. Bref, plus de sécurité. Espérons que nous pourrons être plus en sécurité à la fin de l’année et avoir la possibilité de planifier un retour à la compétition dans les sports de base et pour les enfants d’âge scolaire. Une activité physique et sportive est nécessaire. Mais la concurrence est-elle nécessaire? Nécessaire, nécessaire, ça ne l’est pas. Il faut que les garçons et les filles déménagent et si dans ces mois il faut attendre pour concourir, c’est quelque chose que tout le monde peut se permettre.

–Si dans l’enseignement, nous parlons de faire des tests PCR aux enseignants, devrions-nous les faire aux arbitres et aux entraîneurs de football des jeunes?

–Un entraîneur ou un arbitre s’il maintient des mesures de sécurité telles que la distance sociale, un masque et autres, n’a pas autant de risques. Les RAP sont plus efficaces lorsqu’il y a eu des cas et c’est dans cette situation qu’il faut agir plus généreusement à cet égard pour réaliser le plus grand nombre de tests possible et maintenir le plus grand contrôle. Nous nous sommes entretenus avec la Santé publique et ils nous disent qu’il faut bien agir quand on le voit et le faire rapidement. Je peux passer un test aujourd’hui et en avoir besoin demain ou après-demain.

-Une des mesures que l’on parle à appliquer à la base, à mon retour, c’est que les enfants ne changent pas dans le vestiaire pour éviter les risques …

– C’est une question facile à répondre. Ce n’est pas la meilleure option, si tout se passe bien, bien sûr, mais maintenant pour éviter les foules dans des espaces fermés c’est une bonne règle et cela pourrait même sortir des fédérations elles-mêmes et qu’ils disent que l’équipe locale ne peut pas utiliser le vestiaire ou même les deux équipes . Ce n’est pas une règle difficile à appliquer.

–Et le public lors des matches de football de base?

– En ce moment, à moins que quelqu’un n’ait besoin d’être accompagné, si vous pouvez éviter d’aller aux jeux, ce serait bien et positif. La présence d’un large public dans ces matchs serait évitée.

– Faites-vous référence à des joueurs plus jeunes ou à des âges dépendants?

–Oui, mais s’ils ont besoin de compagnons au lieu de devenir père, mère, oncle, tante, grand-père ou grand-mère, n’en laissez qu’un, ce serait suffisant. J’ai beaucoup concouru depuis que je suis petite et rien ne se passerait s’ils ne venaient pas me voir et j’étais tout aussi heureuse de faire mon sport. Ce sont des situations qui peuvent être évitées dès maintenant.

–Les Jeux scolaires seraient-ils dans la même situation que le football de base?

– Oui, la même situation problématique. En outre, il existe un problème d’installations municipales dans lesquelles le même volume de concours ne pourrait pas exister pour le moment. Nous attendons si les Jeux Scolaires sont retardés et nous discutons avec les entités et fédérations locales mais il faut faire attention au moment de rentrer. Ce qui ne peut être donné est un arrêt absolu.

– Parlez ensuite de formation mais sans compétitionner …

–C’est une option qui peut être faisable. On verra dans ces deux semaines et au début des écoles ce qui se passe et c’est que dans deux semaines la situation peut être très différente. Nous sommes prêts au cas où la situation s’améliorerait, et nous l’espérons, mais nous devons être très prudents à cet égard.

– Mais dans les sports scolaires et dans les compétitions fédérées il y a aussi des cas comme l’athlétisme, qui est sans contact et qui pourrait avoir moins de risque …

-Oui, en n’ayant pas de contact physique, ils peuvent être pratiqués maintenant et les collectifs ne peuvent pas être faits maintenant. C’est pour commencer, mais les jeux scolaires sont une autre réalité. Il existe des modalités plus faciles pour démarrer des compétitions. Ce que nous évaluons dans les différentes options, c’est dans quelle mesure est-il juste ou équitable pour certaines modalités ou sports de commencer et d’autres pas. Ce qui est clair, c’est que la pratique des sports physiques sans compétition peut avoir lieu avant le début des différentes compétitions.

– En cas de confinement éventuel, dans quelle situation se trouveraient les athlètes de Castilla y León?

– La vérité est que nous avons toujours cette option, ce que nous ne voulons pas, mais dans ce cas de retour en arrière, nous devons apprendre de ce qui s’est passé et nous devons éviter de générer les doutes qui se sont produits à ce moment-là. Nous savons qu’il y a eu beaucoup de doutes et nous essayerions de tout clarifier pour l’athlète. Malheureusement, nous avons déjà une expérience dans ce contexte et nous pourrions répondre plus clairement afin qu’aucun doute ne soit soulevé.

-Il y avait des compétitions régionales comme le basket qui allaient commencer fin septembre et début octobre …

– La situation n’est pas très positive. Les chiffres augmentent dans la Communauté et c’est un scénario trop positif pour démarrer fin septembre. Et c’est que nous sommes déjà au début du mois et qu’ils ne peuvent toujours pas faire de formation, à moins d’avoir des professionnels dans leurs gabarits. Il me semble un peu tôt que les compétitions régionales fédérées peuvent débuter fin septembre ou début octobre.

– Si les clubs doivent faire face à des tests ou à d’autres coûts liés à la pandémie de coronavirus, ils auront besoin de plus d’aide …

–Nous étudions les budgets et nous sommes conscients que le sport de masse a besoin d’aide. Nous allons étudier comment nous pouvons le faire. Pour le moment, je ne peux pas avancer beaucoup. Nous sommes conscients que le sport de base a besoin d’aide, ainsi que des clubs nationaux. En général, les clubs ont besoin de soutien.

– Que diriez-vous à un club en ce moment? Qu’est-ce qu’ils ont à voir avec tant d’incertitude?

– La pratique du sport est nécessaire pour tout le monde. Je leur dirais de tenir en équipe et dans les sports individuels également. J’ai toujours concouru individuellement mais je me suis toujours considéré comme une équipe. Ils doivent être forts et je sais déjà que l’on voulait concourir et ce ne sera pas possible. J’espère que nous ferons tout notre possible pour nous entraîner en toute sécurité. Ils doivent rester dans l’équipe.

– De nombreux athlètes seront-ils perdus à cause de cette situation?

-Je ne crois pas. Les vrais athlètes savent s’adapter avec résignation mais avec positivité quand ils montent mal. Nous devons avoir le point de vue positif que dans quelques mois cela va décoller et ne s’arrêtera pas.

– La Junta de Castilla y León envisage-t-elle de promouvoir Salamanque avec des centres performants?

–La réalité nous fait voir que des choses désormais inabordables ne peuvent pas être envisagées en termes de centres de haute performance ou d’installations sportives. Nous devons étudier les besoins de la Communauté pour tous les sports fédérés et de haut niveau et voir ce qui est le plus nécessaire et où cela est nécessaire. La réalité budgétaire n’est pas très là avec la pandémie de coronavirus. Nous n’avons pas encore examiné la nature des installations d’intérêt régional, mais dans un proche avenir, il n’est pas prévu de s’attaquer aux projets de nouvelles installations.

  • Sportive américaine Classique Football Fans D'oakland L'équipe Arc Base Fierté Coton T-Shirt Graphique
    n/a - n/a - Sportive américaine Classique Football Fans D'oakland L'équipe Arc Base Fierté Coton T-Shirt Graphique
  • Sportive américaine Classique Football Fans Pittsburgh L'équipe Arc Base Fierté Coton T-Shirt Graphique
    n/a - n/a - Sportive américaine Classique Football Fans Pittsburgh L'équipe Arc Base Fierté Coton T-Shirt Graphique
  • Sportive américaine Classique Football Fans Tennessee L'équipe Arc Base Fierté Coton T-Shirt Graphique
    n/a - n/a - Sportive américaine Classique Football Fans Tennessee L'équipe Arc Base Fierté Coton T-Shirt Graphique
  • Garçons de Course Legging Collants Actifs Évacuant L'humidité Pantalon De Football Base Couche Bas
    n/a - n/a - Garçons de Course Legging Collants Actifs Évacuant L'humidité Pantalon De Football Base Couche Bas
  • LUCEPLAN lampe de table FORTEBRACCIO LED D33N.led (LED - Blanc - Bras en tôle, base en ABS)
    Avec une consommation de moins de 8 W, LED version de Fortinbras offre un rendement lumineux étonnant et la température de couleur blanc chaud. Un objectif appliqué à le dissipateur de chaleur est utilisée pour régler le faisceau d'un minimum de 45 ° à un maximum de 80 °.Dimensions: bras L 44 + 35,5 cm tête Ø
  • Couleur Caramel Base de Teint Sublimatrice Bio N°20 Blanche 30ml
    Couleur Caramel Base de teint Sublimatrice n°20 Blanche 30ml est formulée avec de l'huile d'abricot bio et des pigments naturels pour unifier et illuminer la peau.