Accueil Economie - Business Les organisations de santé publique échouent, car elles se répartissent trop largement...

Les organisations de santé publique échouent, car elles se répartissent trop largement sur trop d’activités – Institute of Economic Affairs

Si, comme moi, vous avez célébré la chute de l’inutile et autoritaire quango Public Health England, vous ne pourrez peut-être pas vous débarrasser de la peur qu’il s’agisse d’une victoire à la Pyrrhus. Son remplaçant, l’Institut national pour la protection de la santé, pourrait mieux lutter contre la prochaine épidémie virale, mais il y a un risque que le personnel de l’État nounou de PHE se rassemble sous un logo différent et se fasse à nouveau une nuisance. Le mieux que nous puissions espérer est peut-être une légère amélioration.

L’échec institutionnel des agences de santé publique ne se prête pas facilement à des solutions de libre marché. La plupart des libéraux classiques conviendraient que les maladies infectieuses et les risques environnementaux nécessitent une action collective qui, dans la pratique, signifie généralement une action gouvernementale. Cependant, le financement des agences de santé publique ne doit pas nécessairement provenir de l’État et il y a place pour un élément de concurrence. Cela est particulièrement vrai de l’autre agence de plusieurs milliards de livres qui nous a si mal échoué sur Covid-19: l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

À l’instar de Public Health England, l’OMS s’est trop répandue sur trop de questions, faisant campagne sur les soins de santé universels, le logement, le changement climatique et l’égalité des sexes tout en étant obsédée par les boissons gazeuses, le sel et l’alcool, pour n’en citer que quelques-unes. Lorsque le test du coronavirus est arrivé, il a laissé tomber la balle, tout comme lors de l’apparition d’Ebola en 2014.

Et Donald Trump a raison lorsqu’il accuse l’OMS d’être pro-Chine. Comme je le montre dans mon nouveau rapport de l’IEA You Had One Job, l’OMS semblait volontairement naïve dans ses relations avec le gouvernement chinois au cours des premiers mois de 2020, sous-estimant le risque de Covid-19 et répétant les affirmations invraisemblables de Pékin. Il était trop lent pour admettre qu’il y avait une transmission interhumaine et trop lent pour déclarer une pandémie. Il a découragé à plusieurs reprises les gouvernements d’imposer des interdictions de voyage qui auraient pu sauver de nombreuses vies et il a écarté Taiwan, conformément aux souhaits de la Chine.

Dans un monde idéal, les États membres feraient à l’OMS ce que Matt Hancock a fait à SPE et le remplaceraient par une agence rationalisée qui se concentre uniquement sur les maladies infectieuses. En pratique, cela serait extrêmement difficile à faire en un seul balayage. Une proposition plus réaliste a été avancée par David Cameron, qui reconnaît que l’OMS est au-delà de la réforme, mais ne peut être remplacée du jour au lendemain. Au lieu de cela, il suggère de créer une nouvelle organisation pour s’occuper de la surveillance des nouvelles maladies et du partage d’informations, deux domaines dans lesquels l’OMS a échoué mortellement. Il aimerait voir une «nouvelle organisation agile, mondiale, ouverte et indépendante» appelée Global Virus Surveillance Organization. Cette idée mérite d’être explorée, même si elle devrait être élargie pour inclure les maladies bactériennes infectieuses. Alternativement, une organisation existante, telle que la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations, pourrait être renforcée pour remplir le rôle de chien de garde et de lanceur d’alerte en cas de pandémie mondiale.

Cela pourrait impliquer une certaine duplication du travail dans un premier temps, mais avoir une autre paire de globes oculaires sur les menaces virales émergentes ne serait pas une mauvaise chose. Si la nouvelle agence s’est montrée plus capable que l’OMS, tant mieux. Si l’arrivée de la compétition incite l’OMS à relever son niveau de jeu, ce serait aussi une victoire.

Cela pourrait être réalisé si les gouvernements, les philanthropes et les entreprises donateurs détournaient des fonds de l’OMS vers la nouvelle organisation. Les États-Unis ont déjà pris des mesures dans ce sens. Sous Trump, il a annulé le financement de l’OMS, retirant sa contribution de 450 millions de dollars par an en vue de «réorienter ces fonds vers d’autres besoins mondiaux urgents et méritants en matière de santé publique».

Le Royaume-Uni est également bien placé pour prendre les devants. Avec les États-Unis en dehors du tableau, la Grande-Bretagne est le plus gros donateur de l’OMS et pourtant nous n’avons pas réussi à utiliser le «soft power» que nos largesses sont censées acheter. Le Royaume-Uni est de loin le plus gros contributeur aux projets de «lutte antitabac» de l’OMS, par exemple, et pourtant la position de l’OMS sur le vapotage est diamétralement opposée à celle du Royaume-Uni; même pendant la pandémie, l’OMS tweetait des ordures non scientifiques sur le vapotage causant des maladies cardiaques et la peau brûlant des liquides de cigarette électronique. L’argent parle à l’Organisation mondiale de la santé et si la Grande-Bretagne ne peut pas se faire entendre malgré le versement de plus de 200 millions de dollars par an, elle devrait sérieusement envisager de réduire sa contribution.

La corruption et l’incompétence à l’OMS sont profondes. Une réforme sérieuse est probablement impossible, et l’abolition n’est pas faisable à court terme, mais détourner de l’argent de cette organisation en difficulté et le placer vers un organisme de surveillance mondial politiquement neutre serait un bon début.

Cet article a été publié pour la première fois sur CapX.

Lisez le nouveau document de Christopher Snowdon «You Had One Job» ici.

  • Petit Béguin Gigoteuse d'été Sur la Croisette - Taille - 6/18 mois (Long. 85cm)
    6/18 mois (Long. 85cm) - Pour dormir sur ces deux oreilles, quoi de mieux qu'une gigoteuse d'été Petit Béguin trop stylée ?        Votre petite puce se rêvera en vacances sur la croisette avec de belles lunettes ! En 100% coton, cette gigoteuse à rayures sera l'alliée de bébé pour les gros dodos de l'été.      Si bébé a envie de
  • Petit Béguin Gigoteuse d'été Sur la Croisette - Taille - 0/6 mois ( Long. 75cm)
    0/6 mois ( Long. 75cm) - Pour dormir sur ces deux oreilles, quoi de mieux qu'une gigoteuse d'été Petit Béguin trop stylée ?        Votre petite puce se rêvera en vacances sur la croisette avec de belles lunettes ! En 100% coton, cette gigoteuse à rayures sera l'alliée de bébé pour les gros dodos de l'été.      Si bébé a envie de
  • Petit Béguin Gigoteuse d'été Sur la Croisette - Taille - 18/36 mois (Long. 102cm)
    18/36 mois (Long. 102cm) - Pour dormir sur ces deux oreilles, quoi de mieux qu'une gigoteuse d'été Petit Béguin trop stylée ?        Votre petite puce se rêvera en vacances sur la croisette avec de belles lunettes ! En 100% coton, cette gigoteuse à rayures sera l'alliée de bébé pour les gros dodos de l'été.      Si bébé a envie de
  • Charbon végétal super activé poudre instantanée - 150g bio - Vecteur Santé
    Le Charbon végétal est idéal pour les cures de détoxification car il se dissémine bien au niveau du tube digestif, il est également très efficace pour lutter contre les gaz intestinaux, l'aérophagie, les éructations ainsi que pour les aigreurs d'estomac. Ce charbon poudre 100% soluble se présente sous forme
  • Brasserie Carteron La Trop - Bière blonde de Provence 5.5% - 24 bouteilles de 33cl
    Les bières de la gamme La Trop n'ont pas volé leur nom. Elles sont nées dans un chai à Saint Claude, sur la route de Saint-Tropez. La brasserie Carteron est maintenant basée sous le soleil de Hyères.Découvrez ici la Trop blonde. Une blonde de garde, légérèment épicée, fraîche et peu amère. Elle se caractérise
  • Brasserie Carteron La Trop - Bière blonde de Provence 5.5% - 6 bouteilles de 33cl
    Les bières de la gamme La Trop n'ont pas volé leur nom. Elles sont nées dans un chai à Saint Claude, sur la route de Saint-Tropez. La brasserie Carteron est maintenant basée sous le soleil de Hyères.Découvrez ici la Trop blonde. Une blonde de garde, légérèment épicée, fraîche et peu amère. Elle se caractérise