Accueil International Le chef de l’opposition biélorusse «a déchiré son passeport à la frontière...

Le chef de l’opposition biélorusse «a déchiré son passeport à la frontière ukrainienne» | Biélorussie

La figure de l’opposition biélorusse Maria Kolesnikova a déchiré son passeport afin d’éviter d’être expulsée de son propre pays, selon les médias ukrainiens.

Lundi, des hommes masqués ont enlevé Kolesnikova du centre de Minsk et l’ont chassée. Deux de ses collègues de l’opposition ont également disparu. Les trois militants ont ensuite été conduits à la frontière d’Alexandrovka avec l’Ukraine dans une voiture qui est arrivée mardi vers 4 heures du matin.

Kolesnikova a refusé de traverser et a délibérément déchiré son passeport, selon des informations. « En tentant de l’expulser, elle a déchiré son passeport et n’a pas pu être autorisée à entrer sur le territoire ukrainien par les gardes-frontières », a déclaré une source à l’agence Interfax-Ukraine.

Le vice-ministre de l’Intérieur de l’Ukraine, Anton Gerashchenko, a publié sur Facebook que Kolesnikova avait réussi à empêcher «une expulsion forcée de son pays natal».

Les militants qui l’accompagnaient – Anton Rodnenkov et Ivan Kravtsov – seraient en Ukraine. L’agence de presse officielle Biélorussie Belta a déclaré que Kolesnikova avait été poussée hors de la voiture, qui a continué sans elle à travers la frontière ukrainienne. Les gardes-frontières biélorusses semblent alors avoir repris Kolsenikova. Les autorités n’ont pas confirmé ce qui s’est passé et les événements à la frontière et sa localisation ne sont pas clairs.

«Kolesnikova est maintenant détenue. Je ne peux pas dire concrètement où elle se trouve, mais elle a été arrêtée », a déclaré à . Anton Bychokovsky, un porte-parole des garde-frontières biélorusses. «Elle a été détenue conformément à laquelle ils [the group] a quitté la Biélorussie. »

Kolesnikova était un partenaire de campagne de la candidate de l’opposition Svetlana Tikhanovskaya, qui a remporté la victoire contre le président de longue date, Alexander Lukashenko, lors d’élections contestées le 9 août.

Elle a été saisie lundi avec au moins trois autres membres du conseil de coordination, qui a été mis en place pour rechercher un transfert pacifique du pouvoir dans un contexte de rejet généralisé des résultats officiels des élections, qui ont donné 80% des voix à Loukachenko.

L’Allemagne et la Grande-Bretagne ont demandé des réponses sur les allées et venues de Kolesnikova. Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a tweeté: «Sérieusement préoccupé par le bien-être de Maria Kolesnikova en Biélorussie. Le régime de Loukachenko doit faire de son retour en toute sécurité sa priorité absolue. Le régime doit cesser de brutaliser les manifestants, libérer les prisonniers politiques et entamer le dialogue avec l’opposition.

Guide rapideOù sont-ils maintenant? Les femmes biélorusses qui se sont opposées à Loukachenko

Svetlana Tikhanovskaya

Initialement remplaçante de son mari, un blogueur populaire interdit de se présenter et emprisonné par les autorités, Svetlana Tikhanovskaya est devenue la principale candidate de l’opposition au leader biélorusse, Alexander Lukashenko, dans le cadre d’une campagne d’opposition entièrement féminine menée par elle-même, Maria Kolesnikova et Veronika Tsepkalo.

Elle a fui vers la Lituanie voisine début août, d’où elle a posté une vidéo indiquant qu’elle avait fait face à un ultimatum impliquant sa famille.

En septembre, lors d’une apparition vidéo devant la commission des affaires étrangères du Parlement européen, elle a promis que le mouvement du pays pour un changement démocratique n’abandonnerait pas, même face à l’intimidation et à la violence continues du régime de Loukachenko.

Veronika Tsepkalo

Ancienne employée de Microsoft, elle était à la tête de la campagne de son mari Valery Tsepkalo avant qu’il ne soit contraint de fuir avec les enfants du couple à Moscou avant les élections. Après avoir fait campagne aux côtés de Tikhanovskaya et Kolesnikova, elle l’a rejoint là-bas le jour de l’élection.

Hormis une escale d’une journée en Biélorussie, lorsqu’elle dit avoir été menacée de prison, elle est restée en exil à Moscou. Elle a déclaré à un journaliste de la radio début août: « Je pense que je peux faire plus en étant à Moscou, en étant libre et en étant capable de parler au nom du peuple biélorusse auprès de la communauté internationale ».

Maria Kolesnikova

Kolesnikova était à la tête de la campagne présidentielle d’un autre politicien de l’opposition, Viktor Babariko, également exclu des élections et emprisonné par le gouvernement. Elle était la seule des trois femmes à rester en Biélorussie à la suite des élections contestées d’août.

Le 7 septembre, il a été rapporté qu’elle avait été enlevée par des hommes masqués non identifiés dans la rue de la capitale, Minsk. L’assistant de presse de Kolesnikova, Anton Rodnenkov, a confirmé son enlèvement aux médias, puis se serait évanoui environ 40 minutes plus tard. Kolesnikova avait annoncé le 31 août qu’elle formait un nouveau parti politique, Ensemble.

Photographie: Tatyana Zenkovich / EPA

Faisant part de ses inquiétudes quant au sort de Kolesnikova, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a exigé «des éclaircissements sur le sort et la libération de tous les prisonniers politiques en Biélorussie».

L’Union européenne a également lancé des appels pour que la Biélorussie libère immédiatement plus de 600 personnes arrêtées lors de manifestations contre le régime.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré que 633 personnes avaient été arrêtées dimanche pour des rassemblements de masse illégaux, l’une des plus grandes vagues d’arrestations depuis les premiers jours des manifestations.

«L’UE attend des autorités biélorusses qu’elles garantissent la libération immédiate de tous les détenus pour des raisons politiques avant et après les élections présidentielles falsifiées du 9 août», a déclaré son chef diplomatique, Josep Borrell. «L’UE imposera des sanctions aux personnes responsables de violence, de répression et de falsification des résultats des élections.»

Les partisans de l'opposition participent dimanche à la marche de l'unité près du palais de l'indépendance en Biélorussie.Les partisans de l’opposition participent dimanche à la marche de l’unité près du palais de l’indépendance en Biélorussie. Photographie: Natalia Fedosenko / TASS

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, François-Philippe Champagne, a appelé à la libération des personnes détenues, y compris des membres de l’opposition et des journalistes. «Les arrestations arbitraires les plus récentes des principales voix de l’opposition et les actes de répression sont inacceptables», a-t-il déclaré.

Tikhanovskaya, le principal rival de Loukachenko qui a quitté le pays sous la pression des autorités et s’est vu accorder le refuge en Lituanie, membre de l’UE, a déclaré dans un communiqué: «Plus ils essaient de nous faire peur, plus les gens descendront dans la rue.»

L’élection contestée a déclenché de grandes manifestations dans l’ex-pays soviétique de plus de 9 millions de personnes aux frontières occidentales de la Russie, dans un défi sans précédent à Loukachenko.

Dimanche, plus de 100 000 personnes ont marché sur la résidence du président pour lui demander de démissionner. Des gangs de voyous pro-gouvernementaux ont battu les manifestants sur le chemin du retour.

Les hommes masqués qui ont arraché Kolesnikova lundi l’ont emmenée dans une fourgonnette banalisée dans le cadre de ce qui semblait faire partie d’une tentative ciblée des autorités pour anéantir le mouvement de protestation. On ne sait pas qui a enlevé Kolesnikova.

Son collègue Rodnenkov aurait disparu environ 40 minutes après avoir confirmé que Kolesnikova avait disparu. La police de Minsk a été citée par l’agence de presse russe Interfax comme disant qu’elle ne l’avait pas détenue.

Une femme tient des fleurs et un drapeau blanc-rouge-blanc alors qu'elle se tient devant les forces de l'ordre à Minsk dimanche.Une femme tient des fleurs et un drapeau blanc-rouge-blanc alors qu’elle se tient devant les forces de l’ordre à Minsk dimanche. Photographie: Natalia Fedosenko / TASS

Avant les élections, Kolesnikova s’était associée à Tikhanovskaya et à Veronika Tsepkalo, qui a également quitté le pays depuis lors. Une autre militante de premier plan, Olga Kovalkova, est arrivée en Pologne samedi, affirmant qu’on lui avait dit qu’elle risquerait d’être arrêtée si elle restait en Biélorussie.

Avec l’Agence France-Presse

  • Bermudes Polo manches longues Bermudes Gabriel en coton à opposition de color block bleu marine, bleu clair et blanc - BLEU - L
    BLEU - - Coton (100%)- Manches longues- Col américain fermé par un bouton
  • La supplication : Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse - Prépas scientifiques 2020-2021
  • RAIN BIRD Le programmateur ESP-LXD - Ecu 50 à 200 stations à l'intérieur de la
    Jardin piscine Matériel d'arrosage et récupérateurs d'eau Programmateur et minuterie d'arrosage RAIN BIRD, Le programmateur ESP-LXD contrôleur a été conçu avec le regard, les fonctions et la programmation simple, le programmateur ESP-LXM, mais avec une interface de gestion pour un système à
  • AAA Products®-Adaptateur de voyage de qualité pour conversion d'une prise anglaise en prise américaine à deux broches rondes UK to EU Plug Adapter 5
    Adaptateur de voyage pour conversion d'une prise anglaise en prise américaine à deux broches rondes.
  • L'atelier du miel et de la châtaigne Le schiste - galette dentelle à la farine de châtaigne - Sachet 100g
    Encore une belle création de l'atelier du miel et de la Châtaigne de Florac.Un galette fine et rocailleuse à la couleur sombre typique de la farine de la châtaigne, d'où son nom de schiste.A noter l'utilisation exclusive de farine de châtaigne des Cévennes associée aux fines brisures de noisettes. Un vrai
  • SAS 161 Le programme 111