in

Adrian Smith se souvient d’avoir eu les nerfs d’Iron Maiden

Le guitariste d’Iron Maiden, Adrian Smith, a déclaré qu’il «s’était mis sur les nerfs des autres gars» dans la période qui a précédé son départ du groupe en 1990.

Il a tiré sa révérence pendant que le groupe travaillait sur ce qui serait son huitième album, No Prayer for the Dying, qui représentait une approche de retour aux sources après les LP des années 80 infusés de synthés Somewhere in Time et Seventh Son of a Seventh Son. Il est revenu en 1999 après avoir surmonté les doutes qu’une gamme de trois guitares ne fonctionnerait pas.

«Je pense que sur Somewhere in Time et Seventh Son, nous nous intéressions davantage à un son produit, ce que j’ai aimé – quelque chose d’un peu plus raffiné», a déclaré Smith à Raised à la radio. «Je pense que ce que Steve [Harris] voulait faire, peut-être Bruce [Dickinson] ainsi, c’était pour un vrai son rugueux et prêt. … Pour être honnête, je luttais vraiment.

Smith a noté qu’il «voulait désespérément écrire quelque chose de brillant, comme tout le monde. Je luttais; je ne sais pas pourquoi… J’essayais probablement trop fort. Et nous avons commencé à enregistrer – nous avons en fait commencé à travailler. Je pense que mon manque d’enthousiasme je me suis mis sur les nerfs des autres gars et c’était tout, vraiment.

Vous pouvez écouter l’interview ci-dessous.

Dans une autre interview récente, Smith a expliqué comment «Highway Star» de Deep Purple l’avait convaincu de devenir guitariste comme son ami et futur coéquipier Dave Murray.

« Je voulais faire partie d’un groupe », a-t-il dit. « C’était un moment eureka, c’était ça. Cette chanson a tout déclenché. … [Murray] était un peu plus bas; il avait en fait mis du temps et appris à jouer de la guitare. … Il m’a commencé à jouer. Je lui ai acheté ma première guitare. Je pense que c’était comme cinq livres ou quelque chose comme ça – c’était quelque chose qu’il traînait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.