Accueil Gaming Avec l’Occident en feu, où allons-nous à partir d’ici?

Avec l’Occident en feu, où allons-nous à partir d’ici?

Les bâtiments sont engloutis par les flammes alors qu'un incendie de forêt ravage la ville de Talent, dans le centre de l'Oregon, près de Medford. Des bâtiments sont engloutis par les flammes alors qu’un incendie de forêt ravage la ville de Talent, dans le centre de l’Oregon, près de Medford.Photo: Kevin Jantzer (AP)

Après que le sénateur Ed Markey ait remporté sa primaire dans le Massachusetts plus tôt ce mois-ci, il avait un message: «L’ère de l’incrémentalisme est révolue.»

Il parlait de politique, mais il pouvait aussi bien parler des événements de cette semaine. Un demi-million de personnes sont en fuite rien que dans l’Oregon alors que les incendies ravagent l’État. La métropole la plus moderne de Californie est enfermée dans la fumée des incendies qui brûlent au loin. La côte du golfe est toujours sous le choc de l’ouragan Laura le mois dernier. En termes simples, l’ère de l’incrémentalisme climatique est révolue.

Mesurer le changement climatique en parties par million ou dixièmes de degrés est utile scientifiquement. Mais l’expérience vécue du changement climatique en est une de crise. Les humains ont une capacité d’adaptation étonnante, mais ce que la semaine dernière à elle seule nous a montré, c’est que le changement climatique à 1,8 degré Fahrenheit (1 degré Celsius) au-dessus des niveaux préindustriels nous pousse déjà à la limite. Le monde est sur la bonne voie pour plus de 5,4 degrés Fahrenheit (3 degrés Celsius) de chauffage. En d’autres termes, si vous pensez que cela semble mauvais, vous n’avez rien vu.

L’idée que nous pouvons travailler sur des correctifs incrémentiels aux systèmes en place est une erreur. Grignoter sur le bord de la politique climatique, qu’il s’agisse de décarbonation ou de meilleures réglementations municipales pour conjurer le feu, ne vaut rien face à un monde plus chaud et plus meurtrier. Nous devons réviser chaque chose – et nous devons nous unir pour forcer collectivement les puissances enracinées à abandonner le statu quo destructeur.

La science a laissé tomber les repères sur une carte pour savoir où nous devons aller. Cette décennie, les émissions mondiales de carbone doivent baisser de plus de 7% chaque année pour éviter un réchauffement encore plus catastrophique. D’ici le milieu du siècle, le monde devra atteindre des émissions nettes nulles et travailler à assainir l’atmosphère en aspirant du dioxyde de carbone à l’aide d’une technologie qui n’existe pas encore. Les pays développés – en particulier les États-Unis, qui ont contribué plus à la crise que tout autre pays, historiquement – doivent diriger ce mouvement, à la fois parce qu’ils ont l’argent pour financer la transition et parce qu’ils ont la responsabilité morale de créer massivement la crise en premier lieu. .

G / O Media peut obtenir une commission

Même dans le cadre d’un programme effréné de décarbonisation, la crise climatique va encore s’intensifier. Enfer, réduire les émissions à zéro demain signifierait toujours que nous sommes enfermés dans les conditions qui ont engendré la tempête de feu de la côte ouest pour une génération ou plus à venir. Le climat n’est pas un hors-bord qui peut tourner sur un centime; c’est un cargo lourd qui coupe lentement un nouveau chemin à travers la mer longtemps après que le capitaine ait tourné le volant. Cela signifie que nous devrons exploiter cette capacité humaine à s’adapter malgré tout, en trouvant des moyens de préparer les forêts à un avenir plus chaud et plus sec et les côtes à des ondes de tempête plus violentes.

Il existe également une carte de politique qui relie ces broches. Le Green New Deal offre un cadre, et un certain nombre d’experts politiques ont présenté des plans sur la manière dont les États-Unis peuvent aborder la décarbonisation et créer des emplois avec des outils politiques déjà disponibles. Le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden reprend certaines de ces idées dans son plan climatique et d’infrastructure de 2 billions de dollars, bien qu’il y ait place à amélioration. D’autres propositions, comme la recréation du Civilian Conservation Corps du New Deal pour l’ère du changement climatique, sont extrêmement populaires auprès des Américains et pourraient, entre autres, mettre les gens au travail pour éliminer des décennies de prolifération dans les forêts et réduire le risque d’incendies de haute intensité.

Nous avons donc nos broches sur la carte et les itinéraires pour les relier. C’est un bon début, mais en fin de compte, nous devons nous mettre au travail pour construire les routes (ou si vous vous sentez plus respectueux du climat, des lignes ferroviaires à grande vitesse) pour y arriver. Cela nécessite de la puissance entre de bonnes mains.

Un certain nombre de démocrates ont gravement entonné dans des tweets des images désastreuses des incendies que les Américains devraient voter en pensant aux effets désastreux du climat. Pour maintenir notre analogie (certes tendue) sur la ligne ferroviaire à grande vitesse, le vote se présente sur le chantier avec un casque sous le bras. Aimons-nous le voir? Oui bien sûr. Obtenir les démocrates dans le contrôle du Congrès et de la Maison Blanche est absolument essentiel étant donné le nihilisme qui compte comme politique républicaine aujourd’hui.

Mais jusqu’à récemment, les démocrates n’ont pas non plus fait grand-chose sur le front climatique à l’échelle nationale. Barack Obama, le dernier président démocrate, a supervisé le boom de la fracturation hydraulique et a déclaré que nous devrions le remercier pour cela. Il y a un nombre croissant de champions du climat dans les couloirs du Congrès, mais le statu quo est une force puissante, et même les démocrates modérés sont toujours sous l’illusion de politiques progressives comme la meilleure voie à suivre. Les entreprises de combustibles fossiles et d’autres grandes industries, des constructeurs automobiles à l’agriculture en passant par les entreprises capitalistes en cas de catastrophe qui s’enrichissent de contrats gouvernementaux après une catastrophe, ont toutes investi dans le statu quo. Briser l’emprise de ces industries puissantes sur nos institutions nécessite des bouleversements massifs.

Les plans présentés par les démocrates montrent qu’ils envisagent de prendre la crise au sérieux. Ils ont juste besoin d’être convaincus de donner suite. Comme l’écrivait Varshini Prakash, co-fondateur du Sunrise Movement, dans le récent livre du groupe, Winning a Green New Deal, le moyen d’y parvenir est de mobiliser le pouvoir du peuple.

«Tout comme les grèves du New Deal ont rendu possible la loi Wagner, les grèves des étudiants et des travailleurs rendront le Green New Deal possible», a-t-elle écrit, se référant à une loi adoptée par le Congrès en 1935 qui donnait aux travailleurs le droit de se syndiquer et négocier collectivement.

La construction de l’économie du siècle prochain exigera une pression soutenue et intense pour réaliser les réformes radicales nécessaires pour éviter la pire version de la crise climatique. Il est tout aussi important de comprendre où se situe l’effet de levier sur des pouvoirs qui semblent beaucoup plus importants que chacun de nous individuellement. Cela peut signifier que la société s’arrête.

«Pour fonctionner, les entreprises ont besoin de travailleurs», a récemment écrit Hamilton Nolan dans In These Times, discutant du pouvoir de la grève sauvage des joueurs de la NBA sur l’injustice raciale. «L’action collective est donc la véritable source de votre levier. C’est la capacité de vous et de vos collègues de priver l’entreprise du travail dont elle a besoin pour fonctionner. La solidarité est le pouvoir pour tous. »

L’incrémentalisme n’est pas la seule chose qui doit prendre fin. Il en va de même pour la méfiance les uns envers les autres et la volonté de ne pas agir ensemble dans nos propres intérêts collectifs. Si, comme moi, vous ressentez la rage de voir des compatriotes se disperser alors que le feu leur lèche les talons et détruit leurs maisons, ou d’entendre les histoires d’amis piégés à l’intérieur avec des enfants pendant des jours parce que l’air extérieur est trop toxique pour respirer, alors exploitez-le. Trouvez des personnes qui ressentent la même chose. Et préparez-vous à vous organiser, car le seul moyen de faire passer un pieu au cœur de l’incrémentalisme est de forger une coalition radicalement nouvelle qui se bat pour l’autre.

  • MYCS Canapé d'angle Velours - Taupe Gris, design arrondi, canapé en L ou angle, confortable avec méridienne ou coin - 396 x 72 x 168 cm, modulable
    Beau canapé d'angle en Taupe Gris. Dimensions: 396 x 72 x 168.Base: Taupe Gris. Coussins de siège en: Taupe Gris. Dossier en : Taupe Gris.Nos canapés d'angle vous offrent non seulement un grand confort mais également une esthétique unique. Grâce au configurateur MYCS innovant, vous choisissez votre tissu de
  • MYCS Canapé d'angle - Grège, design arrondi, canapé en L ou angle, confortable avec méridienne ou coin - 396 x 72 x 168 cm, modulable
    Beau canapé d'angle en Grège. Dimensions: 396 x 72 x 168.Base: Grège. Coussins de siège en: Grège. Dossier en : Grège.Nos canapés d'angle vous offrent non seulement un grand confort mais également une esthétique unique. Grâce au configurateur MYCS innovant, vous choisissez votre tissu de prédilection, votre
  • MYCS Canapé d'angle - Aubergine, design épuré, canapé en L ou angle, élégant avec méridienne ou coin - 292 x 75 x 162 cm, modulable
    Beau canapé d'angle Aubergine. Dimensions: 292 x 75 x 162. Pieds: CLASSYC en Noir. Base: Aubergine. Coussins de siège en: Aubergine. Dossier en : Aubergine.Nos canapés d'angle vous offrent non seulement un grand confort mais également une esthétique unique. Grâce au configurateur MYCS innovant, vous
  • MYCS Canapé d'angle - Bleu Nuit, design arrondi, canapé en L ou angle, confortable avec méridienne ou coin - 218 x 72 x 168 cm, modulable
    Beau canapé d'angle en Bleu Nuit. Dimensions: 218 x 72 x 168.Base: Bleu Nuit. Coussins de siège en: Bleu Nuit. Dossier en : Bleu Nuit.Nos canapés d'angle vous offrent non seulement un grand confort mais également une esthétique unique. Grâce au configurateur MYCS innovant, vous choisissez votre tissu de
  • MYCS Canapé d'angle - Vert olive, design épuré, canapé en L ou angle, élégant avec méridienne ou coin - 264 x 75 x 162 cm, modulable
    Beau canapé d'angle Vert olive. Dimensions: 264 x 75 x 162. Pieds: CYRCLE en Noyer. Base: Vert olive. Coussins de siège en: Vert olive. Dossier en : Vert olive.Nos canapés d'angle vous offrent non seulement un grand confort mais également une esthétique unique. Grâce au configurateur MYCS innovant, vous
  • MYCS Canapé d'angle - Gris Pierre, design arrondi, canapé en L ou angle, confortable avec méridienne ou coin - 267 x 72 x 339 cm, modulable
    Beau canapé d'angle en Gris Pierre. Dimensions: 267 x 72 x 339.Base: Gris Pierre. Coussins de siège en: Gris Pierre. Dossier en : Gris Pierre.Nos canapés d'angle vous offrent non seulement un grand confort mais également une esthétique unique. Grâce au configurateur MYCS innovant, vous choisissez votre tissu