in

Des gaz lacrymogènes ont été tirés et des poubelles incendiées alors que les manifestations des «  gilets jaunes  » reviennent à Paris

Les manifestants gilets jaunes sont rentrés à Paris samedi
Les manifestants se sont affrontés avec la police et ont dressé des barricades (Photo: .)

Plus de 250 personnes ont été arrêtées hier à Paris alors que la police affrontait des manifestants «gilet jaune» visant à relancer un mouvement de protestation anti-gouvernemental.

Les officiers ont tiré des gaz lacrymogènes à Paris alors que les «  gilet jaunes  » revenaient après avoir été touchés par le verrouillage du coronavirus cette année.

Le mouvement, nommé d’après les vestes haute visibilité des automobilistes, est apparu fin 2018 pour protester contre les taxes sur les carburants et le coût de la vie, mais s’est transformé en un défi majeur pour le gouvernement du président Emmanuel Macron, alors que les manifestations se propageaient dans toute la France.

Des poubelles, une voiture et une moto ont été incendiées alors que des manifestants sont sortis malgré une recrudescence des cas de coronavirus.

A midi samedi, des centaines de manifestants s’étaient rassemblés aux points de départ de deux marches autorisées à Paris.

Alors que l’une s’est déroulée sans incident, l’autre marche a été interrompue car la police a affronté des groupes qui ont quitté l’itinéraire désigné et ont déclenché des incendies.

Certains manifestants portaient des vêtements noirs et arboraient un drapeau du mouvement antifasciste – suggérant la présence de manifestants radicaux surnommés «  blocs noirs  », souvent accusés de violence lors des marches de rue françaises, ainsi que de la police.

Les policiers ont utilisé à plusieurs reprises des gaz lacrymogènes pour contrer de petits groupes de manifestants itinérants, avant de se disperser vers la fin de l’après-midi après avoir installé des barricades et des fusées éclairantes.

Pour visionner cette vidéo, veuillez activer JavaScript et envisager de passer à un navigateur Web prenant en charge la vidéo HTML5

Les manifestants des Gilets jaunes (Gilets Jaunes) se sont rassemblés place Wagram pour manifester contre le gouvernement français, à Paris, France le 12 septembre 2020.
Des affrontements ont éclaté entre la police et les manifestants et des incendies ont été déclenchés (Photo: NurPhoto)

Des manifestants gilets jaunes portant des masques protecteurs par mesure de précaution contre le conoravirus lèvent la main lors d'une marche à Paris, samedi 12 septembre 2020.
Les manifestants en gilet jaune lèvent la main alors que la police anti-émeute les bloque (Photo: AP)


Les manifestants endommagent un véhicule alors qu’ils affrontent les forces de sécurité (Photo: Anadolu)

Un manifestant des Gilets jaunes, ou gilet jaune, se moque de la police alors que le retour aux manifestations après des semaines de silence est devenu violent le 12 septembre 2020 à Paris, en France.
Un manifestant se moque de la police alors que le retour aux manifestations devient violent (Photo: .)


Un manifestant tient un drapeau national français entouré de fumée de gaz lacrymogène (Photo: .)

À 18 heures, heure locale, la police avait procédé à 256 arrestations, dont beaucoup portaient des objets comme des outils pouvant être utilisés comme armes.

Une forte présence policière a empêché les manifestants d’atteindre les Champs-Elysées, le célèbre quartier commerçant qui a été le théâtre d’émeutes au plus fort du mouvement des gilets jaunes. De nombreux magasins avaient été fermés samedi.

Le retour des manifestations intervient alors que le pays a été frappé par un nouveau record quotidien de cas de coronavirus samedi, lorsqu’il a enregistré 10561 nouvelles infections confirmées.

La police avait appelé les manifestants de samedi à respecter les mesures contre les coronavirus à Paris, qui fait partie des «  zones rouges  » à haut risque de la France et où il est obligatoire de porter un masque facial dans la rue.

Contactez notre équipe de nouvelles en nous écrivant à [email protected].

Pour plus d’histoires comme celle-ci, consultez notre page d’actualités.

PLUS: la France paiera les parents pour qu’ils restent à la maison avec leurs enfants si les écoles doivent fermer à nouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.