in

La star de «  Bosch  », John Marshall Jones, éteint le feu et attrape un incendie criminel présumé

Exclusif

Les flics appellent John Marshall Jones un héros … non seulement pour s’être précipité hors de sa maison en sous-vêtements pour éteindre un incendie, mais pour avoir pourchassé l’incendie présumé derrière l’incendie.

John, qui a joué l’agent spécial Jay Griffin sur le hit d’Amazon « Bosch », a déclaré à TMZ … qu’il regardait la télévision tôt mardi matin quand il a regardé par la fenêtre pour voir la voiture de son voisin, le porche et la porte d’entrée en feu.

L’acteur vétéran dit qu’il a immédiatement réagi – en contournant les pantalons – et s’est précipité pour attraper un tuyau d’arrosage pour éteindre les flammes. Pendant qu’il était là-bas, John dit qu’un homme portant un masque de ski et une veste épaisse a couru jusqu’au porche et a essayé d’attraper quelque chose avant de s’enfuir.

Une fois de plus, Johnny-on-the-spot s’est enfui après le mystérieux gars … qui, selon lui, a attrapé une batte de baseball. John – qui pèse 6 pieds 3 pouces et 240 livres – dit qu’il l’a jeté au sol, et l’a tenu jusqu’à l’arrivée des flics.

Des sources policières ont confirmé une grande partie du récit de John sur l’incendie de 6 heures du matin et sa poursuite du suspect. On nous dit que les voisins de John ont pu s’échapper de la maison en feu, y compris un adolescent et le chien de la famille.

Maintenant, John est salué comme un véritable héros pour avoir sauvé des vies et attrapé le suspect. Les flics affirment que le gars a allumé le feu avec de l’essence … ils ont trouvé un conteneur dans sa voiture et l’ont arrêté pour incendie criminel avec de graves blessures corporelles.

Alors que vous avez probablement vu John en action dans de nombreux films ou émissions de télévision … nous ne savions pas qu’il était si dur à cuire en dehors du plateau?

Quand Rosh Hashanah se termine-t-il et quand est Yom Kippour 2020?

Rita Wilson révèle comment la lutte contre le COVID-19 l’a aidée à enfin comprendre les conseils que ses parents avaient l’habitude de donner