in

100000 personnes défient les soldats avec du fil de fer barbelé alors que d’énormes manifestations se poursuivent au Bélarus

Des manifestants défilent lors d'un rassemblement pour protester contre les résultats de l'élection présidentielle à Minsk, en Biélorussie, le 20 septembre 2020.
Les manifestations entrent dans leur septième semaine (Photo: EPA)

Des milliers de personnes ont de nouveau marché sur la capitale de la Biélorussie malgré les soldats armés érigeant des barrières de barbelés et tirant des canons à eau.

Les manifestants appellent à la démission du président autoritaire Alexander Lukashenko alors que la vague de manifestations du pays entre dans sa septième semaine.

Les tensions continuent de mijoter dans tout le pays, des centaines de soldats bloquant le centre de Minsk, tandis que des manifestations ont également eu lieu dans plusieurs autres villes, dont Brest et Grodno.

Environ 100 000 personnes ont défilé à Minsk, selon Ales Bialiatski, le chef de l’organisation de défense des droits humains Viasna. Il a déclaré que des dizaines de manifestants avaient été arrêtés là-bas et à Grodno.

Les manifestations ont commencé dans le pays le 9 août après une élection qui, selon les résultats officiels, a donné au président Alexander Lukashenko un sixième mandat.

Les opposants, les observateurs internationaux et certains agents électoraux ont mis en doute les résultats.

M. Loukachenko, qui a réprimé l’opposition et les médias d’information indépendants au cours de ses 26 années au pouvoir, a rejeté les appels à des pourparlers avec les manifestants.

De nombreux membres du Conseil de coordination qui a été formé par l’opposition pour faire pression pour une transition de pouvoir ont été arrêtés ou ont fui le pays.

Une femme âgée s'entretient avec des policiers biélorusses lors d'un rassemblement pour protester contre les résultats de l'élection présidentielle à Minsk, en Biélorussie, le 20 septembre 2020.
Une femme âgée s’entretient avec des policiers biélorusses lors d’un rassemblement dimanche (Photo: EPA)

MINSK, BELARUS - 20 SEPTEMBRE: Des partisans de l'opposition biélorusse participent à un rassemblement contre les résultats de l'élection présidentielle, dans le centre de Minsk, en Biélorussie, le 20 septembre 2020. Grâce à un compte de médias sociaux, un appel a été lancé pour bloquer le palais présidentiel et la Cour suprême à Minsk et organiser des manifestations dans tout le pays.  (Photo par Marina Serebryakova / Agence Anadolu via Getty Images)
Des milliers de partisans de l’opposition biélorusse ont pris part au dernier rassemblement (Photo: .)

Une femme se bouscule avec des agents des forces de l'ordre alors qu'ils bloquent la route lors d'une manifestation appelée par le mouvement d'opposition pour la fin du régime du chef autoritaire à Minsk le 20 septembre 2020.
Les forces de l’ordre bloquent la route et entrent en contact avec une femme (Photo: .)

Les manifestants de Minsk arboraient les drapeaux rouges et blancs qui étaient la norme nationale du Bélarus indépendant avant d’être remplacés en 1995, au début du mandat de M. Loukachenko.

Bien que des manifestations aient eu lieu quotidiennement depuis les élections, les rassemblements du dimanche à Minsk ont ​​été de loin les plus importants, attirant des foules allant jusqu’à 200 000 personnes.

S’exprimant depuis son exil en Lituanie, Sviatlana Tsikhanouskaya, qui était le principal opposant aux élections de M. Loukachenko, a déclaré: « Chaque dimanche, vous montrez à vous-même et au monde que le peuple biélorusse est le pouvoir. »

Les manifestants ont également porté une photo de Maria Kolsenikova, une figure de l’opposition qui fait face à des accusations d’atteinte à la sécurité de l’État et peut-être à une peine de cinq ans de prison.

Mme Kolesnikova affirme que les forces de sécurité l’ont conduite à la frontière ukrainienne pour essayer de la faire quitter le pays, mais qu’elle a déchiré son passeport pour éviter d’être expulsée.

Des forces de l'ordre accompagnées d'un camion de canons à eau bloquent la route lors d'une manifestation appelée par le mouvement d'opposition pour la fin du régime de leader autoritaire à Minsk le 20 septembre 2020.
Des officiers armés et un camion de canons à eau bloquent la route à Minsk (Photo: .)

Des policiers biélorusses arrêtent un participant lors d'un rassemblement pour protester contre les résultats de l'élection présidentielle à Minsk, en Biélorussie, le 20 septembre 2020.
Des policiers biélorusses en civil arrêtent un manifestant (Photo: EPA)

Une femme fait des gestes en forme de cœur alors qu'elle se tient devant des agents des forces de l'ordre bloquant la route lors d'une manifestation appelée par le mouvement d'opposition pour la fin du régime du chef autoritaire à Minsk le 20 septembre 2020.
Un geste en forme de cœur est fait alors que les forces de l’ordre bloquent la route (Photo: .)

Dans une déclaration relayée par son avocat, Mme Kolsenikova a exhorté les manifestants à continuer.

Elle a déclaré: «  La liberté vaut la peine de se battre. N’ayez pas peur d’être libre.

«Je ne regrette rien et je referais la même chose.

Pendant ce temps, la porte-parole du ministère de l’Intérieur, Olga Chemodanova, a déclaré qu’une enquête avait été ouverte sur la divulgation par des pirates informatiques des informations personnelles de plus de 1000 employés du ministère, qui dirige les forces de police du pays.

Contactez notre équipe de nouvelles en nous écrivant à [email protected].

Pour plus d’histoires comme celle-ci, consultez notre page d’actualités.

PLUS: Des dizaines d’arrestations alors que les manifestations en Biélorussie se poursuivent dans la quatrième semaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.