Accueil Sports Football « Nous rendons fou le football espagnol »

« Nous rendons fou le football espagnol »

Augusto Cesar Lendoiro, ancien président du Deportivo de la Coruña, a fait un résumé de la situation du football espagnol dans une lettre ouverte adressée à OKDIARY. Le haut président historique de l’équipe de Galice a une fois de plus rappelé la situation qui subsiste dans le championnat national après la polémique générée par l’affaire Fuenlabrada.

Lettre ouverte de Lendoiro

Après les événements récents, il est difficile pour quiconque de nier que nous rendons le football espagnol fou, fou, fou. Entre Covid-19, la folie d’un leader et le silence complice de beaucoup, ils permettront à ceux qui ne failliront jamais, les fans, de disparaître, car ils sont les seuls qui restent, malgré les plus grands abus à notre sport. . Le football montre qu’il peut gérer presque tout, comme si de rien n’était.

On est déjà en mesure d’admettre que le dernier jour décisif de la Ligue ne se joue pas de manière unifiée, à cause d’une équipe forcée de voyager sur ordre du même président qui avait imposé la règle du calendrier et fixé le protocole Covid.

Ou nous voyons déjà comme normal que personne n’explique pourquoi le public sera autorisé sur les terrains de football Second B et Third, du moins en Galice, alors que nous interdisons aux supporters de fréquenter les stades des catégories élites. Le Celta B pourra jouer avec des spectateurs dans un Barreiro, adapté pour 1500 … mais le Celta de la Ligue de Santander, devra jouer à Balaidos, également de Vigo, avec une licence pour 29000, sans public, malgré le protocole exigeant de LaLiga. Est ce que tu comprends ça? Moi non.

Ou il est frappant que l’on ne demande pas à Irene Lozano ce qui est arrivé au « Pacte de Viana » qui garantissait la cessation de l’affrontement continu entre la FEF et la Liga, alors que cette dernière continue de signaler les matchs lundi et vendredi, pour rectifier, quelques jours de plus tard … jusqu’à la semaine suivante.

Et, pour arrondir la tâche, la FEF, qui avait largement échappé aux cas précédents en raison du rôle de LaLiga et de CSD, rejoint le non-sens général – en profitant en partie de l’interrègne pour les élections fédératives – en approuvant un format Second B , qui semble conçu par l’ennemi de Luis Rubiales.

En raison de l’impact que cette restructuration du curieusement appelé «football non professionnel» aura dans toute l’Espagne, je me concentrerai sur l’évaluation du triste avenir immédiat que nous avions déjà prédit dans les articles précédents et qu’aujourd’hui, malheureusement, nous certifions.

« Comment apporter du professionnalisme à [email protected] »Et » Le gourou de [email protected], un cheval de Troie »dans la FEF, mes publications de mai étaient intitulées et dans lesquelles je défendais déjà ma thèse, rarement aussi convaincu de l’échec du format qui nuira au [email protected]

La réalité est que je n’ai pu contribuer qu’à sauver un point des trois fondamentaux qui composaient alors la proposition fédérative: la conformation des groupes par proximité géographique et non par le score sportif du 2019-20, comme cela avait été imaginé. Il est dommage que mes demandes de maintien des systèmes traditionnels des 4 groupes et du Play Off final aient été bien moins bonnes.

La demande des 4 groupes n’était pas un caprice. Quiconque a déjà organisé des compétitions de groupe avant les étapes ultérieures n’en douterait jamais. Je rejetterais immédiatement 5 groupes, car ils détruisent les combinaisons ultérieures, tandis que 4 groupes, avec le nombre d’équipes qui devaient correspondre à chacun, permettraient de maintenir la promotion Play Offs comme ils l’ont été jusqu’à présent.

2020-21 était appelé à être la saison historique de Second B – et c’est pourquoi cela semblait une énorme erreur de rompre avec le système de base déjà assumé par les clubs, les fans et les médias – et ce sera le cas. Finalement, ils nous ont imposé «Operation Nonsense». 5 groupes et 102 clubs! Quelques nombres, de groupes et de clubs, issus d’une improvisation totale (il est passé de 80, à 98, à 100, pour finir en 102 équipes) sans prévoir les conséquences que cela aurait dans une compétition dans laquelle deux, des dix sous-groupes , ils joueront 4 jours de plus que les huit autres, ce qui obligera le reste du reste à être le même, ou classera le meilleur du quatrième classé pour se qualifier pour une promotion en deuxième, pour ne citer que quelques cas. Une folie.

Je soupçonne que beaucoup n’ont même pas été conscients des risques qui menacent les clubs forts de cette Ligue, car le silence des clubs dans un système compétitif qui ressemble plus à une «Coupe Express» est frappant. Et ce n’est pas… mais il semble que oui, car les jours décisifs ne peuvent pas être joués en un seul match dans une ville neutre. Il reste beaucoup de dates et les fans et les clubs se voient voler un Play Off très attractif avec un public et avec des revenus plus que nécessaires.

Résolvons au moins ce qu’il nous reste du temps: jouer l’intégralité du Play Off dans un double jeu. Il ne faudrait que deux jours de plus pour déterminer les promotions et quelques autres pour rejeter la catégorie avec un Champion de la dernière seconde B.

J’ai raté une opposition publique retentissante de la part de nombreux clubs qui, je le sais, ont fait un effort financier extraordinaire pour tenter de réussir une promotion dans une saison très spéciale. Je fais référence aux filiales historiques Deportivo, Hércules, Racing, Murcie, Recreativo, Numancia, Cordoue, Salamanque, Nastic, Burgos, Lleida, Cultural, Badajoz, Extremadura, Baleares … à Madrid, Barcelone, Atléticos en tête … et mes chers Pontevedra, Racing, Compostela, Coruxo et Celta, luttent pour ne pas risquer leur promotion à la SmartBank League et au First RFEF après la chute des années.

Cette approche du football professionnel commence mal si l’on coupe les jours et, avec elle, les possibilités des clubs économiques les plus puissants de configurer une Ligue similaire à la «League One» anglaise. La FEF a raté la belle opportunité de faire une bonne restructuration de cette catégorie. Il était difficile d’empirer les choses. Et il y parvient. Je pense qu’ils ont échoué dans tout: dans leur format pour le présent – je comprends que la Ligue 2020-21 est folle – et dans la restructuration du futur, en gardant ces 80 équipes de la [email protected] traditionnelle – maintenant dans le deuxième RFEF – une division qui est coûteuse économiquement et peu attrayante dans le sport, au lieu de renforcer la [email protected] Division.

Il faudrait ressusciter « La Quaorniz », qui se vantait d’être « le magazine le plus audacieux, pour le lecteur le plus intelligent », d’envoyer à « La Cárcel de Papel » le créateur « ingénieux » qui a donné naissance à cette monstruosité qui mettra fin à la historique Deuxième B, bien que ce soit peut-être peu de punition compte tenu des dommages causés. Moi, si j’étais le juge Rubiales réélu, je n’en douterais pas: je condamnerais le cerveau de l ‘ »Opération Nonsense » aux galères.

  • Pop! Vinyl Figurine Pop! Kepa Arrizabalaga - Football - Chelsea FC
    Le gardien espagnol de Chelsea est désormais disponible en figurine Funko Pop!Cette figurine Funko Pop mesure environ 9cm et vient dans sa boîte fenêtre Funko.Veuillez noter que le produit final peut être différent du concept-art fourni actuellement par Funko.
  • Fou de football - Colin McNaughton - Livre
    3-6 ans - Occasion - Bon Etat - Folio Benjamin GF - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Nous jouons au football - Roger Quinche - Livre
    Jeunesse - Occasion - Bon Etat - OSL - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Comment ils nous ont volé le football. La mondialisation racontée par le ballon - Antoine Dumini - Livre
    Football - Occasion - Bon Etat - Fakir poches - Poche - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Les grands noms du football mondial des origines à nous jours - Jean Eskenazi - Livre
    Football - Occasion - Bon Etat - Famot GF - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Fou de foot : 100 % équipe de France - Valentin Verthé - Livre
    Football - Occasion - Bon Etat - Poche Larousse - Poche - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.