in

10 pires chansons de baiser

Les pires chansons de Kiss sont généralement faites quand elles essaient de ressembler à quelqu’un d’autre.

Apparemment non content d’être simplement l’un des plus grands groupes de rock de la planète, Kiss a atteint un public encore plus large ou tenté de ressusciter leur fortune commerciale en déclin en incorporant toutes les tendances musicales les plus populaires à l’époque – que ce soit le disco, la pop, métal ou grunge.

Cette adaptabilité admirable les a maintenus en affaires pendant des décennies, produisant des singles à succès inattendus tels que « A World Without Heroes », « Lick It Up » et « Forever », ainsi que des moments créatifs moins connus comme « Sure Know Something », « All Hell’s Breakin ‘Loose »et« In My Head ».

Mais comme ils seront les premiers à vous le dire, Kiss peut aussi aller trop loin.

Gene Simmons et Paul Stanley, les piliers du groupe, se réfèrent respectivement à des albums antérieurs tels que Unmasked, Music from ‘The Elder’ et Carnival of Souls. Masque. Mais quelles chansons individuelles étaient les pires?

En sautant des morceaux des quatre albums solo du groupe en 1978, voici 10 fois que Kiss a vraiment raté la cible.

10. « Kissin ‘Time »
De: Kiss (1974)

Celui-ci n’était pas vraiment la faute de Kiss. Lorsque leur premier album n’a pas réussi à faire une grande brèche dans les charts, le patron de Casablanca Records, Neil Bogart, a insisté pour que le groupe enregistre une reprise du single « Kissin ‘Time » de Bobby Rydell en 1959. Bogart l’a ensuite sorti en single et l’a ajouté aux pressages ultérieurs de l’album contre la volonté du groupe. « S’il pouvait vous faire un succès aujourd’hui et ruiner votre carrière, cela en valait la peine car vous auriez eu un succès », a déclaré Stanley dans Kiss: Behind the Mask. Ils avaient raison d’être mécontents de cet ajout, car la chanson gimmicky sortait comme un pouce endolori aux côtés de futurs classiques tels que « Black Diamond » et « Cold Gin ».

9. « Rien ne peut m’empêcher de vous »
De: Bande originale de Detroit Rock City (1999)

Un an après qu’Aerosmith ait marqué un grand succès avec la ballade écrite par Diane Warren «Je ne veux pas manquer une chose» de la bande originale d’Armageddon, Stanley a recruté l’auteur-compositeur pour sa propre tentative d’une ballade cinématographique soutenue par un orchestre. Malheureusement, le style et le charisme individuels qu’il a montrés sur les précédents slow-burners comme « I Still Love You », « A Million to One » et « Forever » ne peuvent tout simplement pas couper la piste d’accompagnement.

8. « (Vous me rendez) dur comme du roc »
De: Smashes, Thrashes & Hits (1988)

Les deux nouvelles chansons de la compilation des hits de Kiss en 1988 illustrent parfaitement la théorie de Spinal Tap sur la ligne fine entre intelligent et stupide. Vous n’appelleriez certainement pas « Let’s Put the X in Sex » une œuvre d’art majeure, mais au moins la chanson porte son absurdité avec une performance confiante et un travail de guitare très accrocheur. En comparaison, « (You Make Me) Rock Hard » est une poignée de main molle, avec un riff totalement indigne de l’ouverture de Stanley « Turn it up! » exhortation.

7. «La rue donne et la rue emporte»
De: Hot in the Shade (1989)

Se rendant compte qu’ils s’étaient trop éloignés du chemin avec les Crazy Nights de 1987, aux claviers lourds, Kiss tenta de faire un retour au rock’n’roll dépouillé deux ans plus tard avec Hot in the Shade. Ils ont marqué un grand succès avec « Forever », mais le disque dans son ensemble est trop long, flou et gonflé. « The Street Giveth and the Street Taketh Away » illustre ce qui ne va pas ici, alors que Simmons enterre un riff attrayant sous des paroles trop prêches et verbeuses et un singe distrayant du verset « hey man » de « Suffragette City » de David Bowie

6. «À ma façon»
De: Crazy Nights (1987)

Ce n’est pas vraiment juste que Paul Stanley ait plus de chansons sur cette liste des 10 pires chansons de Kiss que Gene Simmons. C’est Stanley qui a presque à lui seul ramené le groupe au statut de vendeur de platine au milieu des années 80, tandis que Simmons partageait son attention avec des carrières d’acteur extérieur et de patron de label. C’est également Stanley qui a prouvé sa volonté et sa capacité à mettre à jour avec succès la formule de Kiss pour les temps changeants, embrassant le disco avec « I Was Made for Lovin ‘You » de 1979, et le hair metal avec des tubes des années 80 tels que « Heaven’s on Fire » et « Tears sont en train de tomber. » Ses tentatives pour reproduire le pop-rock au clavier de style Bon Jovi sur Crazy Nights de 1987, cependant, étaient un peu inégales. La chanson titre a été un grand succès, et le contagieux « Turn on the Night » méritait probablement d’en être un. Mais les claviers écrasants et la voix d’une voix perçante de l’hymne d’entraide « My Way » étaient un pont trop loin.

5. « Ça ne part jamais »
De: Carnival of Souls: The Final Sessions (1997)

Kiss est sorti d’une série de défaites créatives de la fin des années 80 avec Revenge de 1992, pour voir l’album être largement ignoré par les fans de rock grand public obsédés par le grunge. Donc, pour au moins la troisième fois de leur carrière, Kiss a décidé de chasser les tendances. Ils ont embauché le producteur d’Alice in Chains Toby Wright et ont commencé à expérimenter avec des riffs lourds, des réglages en D drop et des sujets plus sérieux pour Carnival of Souls. C’était plutôt bien pour Simmons, et sur des chansons comme « Master & Slave » et « Jungle », Stanley a réussi à fusionner son flash naturel et son don pour les crochets avec cette nouvelle approche. Mais il semble misérable et perdu sur le chant turgescent de six minutes « It Never Goes Away ».

4. « Good Girl Gone Bad »
De: Crazy Nights (1987)

Alors que Simmons a surtout évité l’excès de clavier de Crazy Nights sur des chansons rock admirablement droites telles que « Thief in the Night » et « No No No », il succombe sur ce rocker à mi-tempo trop générique. «Nous sommes juste devenus ce à quoi nous ressemblions dans les vidéos», a déclaré Simmons à propos de la chanson de Kiss: Behind the Mask. « Idiot. Pas aussi bon que Bon Jovi, pas aussi bon que Poison. »

3. « Juste un garçon »
De: Musique de ‘The Elder’ (1981)

C’est après le quatrième strum de guitare acoustique d’ouverture et le triangle « ding! » que vous vous rendez compte à quel point Kiss est allé loin des rails avec leur album concept médiéval. Après avoir aliéné leur public d’origine hard-rock avec une série de singles aux influences pop et disco, Kiss avait l’intention de revenir au rock direct, mais a été convaincu par le producteur de Pink Floyd’s The Wall, Bob Erzin, de viser quelque chose de beaucoup plus ambitieux à la place. Étonnamment, plus de la moitié de la musique de «The Elder» fonctionne toujours assez bien, tant que vous n’essayez pas de comprendre de quoi ils parlent. Mais il n’y a pas de tel salut pour le mélange extrêmement étrange de fausset et de bombast d’opéra que Stanley est invité à livrer sur cette piste.

2. «Odyssée»
De: Musique de ‘The Elder’ (1981)

« Odyssey » pousse la musique de l’album ‘The Elder’ encore plus loin dans le territoire mal ajusté de Broadway, et c’est deux fois plus long, donc il arrive plus haut sur notre liste des 10 pires chansons de Kiss. « C’était une bonne chanson quand j’ai entendu Tony Powers, le gars qui l’a écrite, la chanter parce qu’elle était unique. Et ça lui convenait beaucoup », se souvient Stanley dans Kiss: Behind the Mask. « Moi chanter c’était juste tragique. »

1. « J’ai enfin trouvé mon chemin »
De: Psycho Circus (1998)

La camaraderie temporaire générée par la programmation originale de Kiss avec leur tournée de retrouvailles en 1996 avait pratiquement disparu au moment où ils tentèrent d’enregistrer ensemble un disque en studio. Selon la personne que vous écoutez, les co-fondateurs de retour Peter Criss et Ace Frehley n’étaient pas en mesure ou n’étaient pas autorisés à jouer de leurs instruments sur la plupart de Psycho Circus. Pourtant, ils se sont apparemment sentis obligés d’essayer de reproduire le succès passé de « Beth » et « Hard Luck Woman », alors le groupe a confié à Criss des fonctions vocales principales sur cette ballade pour piano édentée et trop sucrée.

Quelle rock star Ace Frehley ressusciterait-il d’entre les morts?