in

Maynard James Keenan de Tool révèle qu’il avait COVID-19

Le leader de l’outil Maynard James Keenan a révélé qu’il avait contracté le COVID-19 en février.

«C’était moche», a avoué le chanteur lors d’une conversation avec AZ Central. «J’y ai survécu, mais ce n’était pas joli.

Plusieurs mois plus tard, Keenan a admis qu’il «souffrait toujours des effets secondaires résiduels» de la maladie.

« C’est vrai. Et il y a des séquelles », a affirmé le rockeur. «J’ai dû passer par certains médicaments importants pour annuler les effets résiduels. Je tousse toujours. Il y a toujours des lésions pulmonaires.

Il a poursuivi: «J’ai toujours la toux. Tous les deux jours, j’ai ces quintes de toux parce que mes poumons sont encore endommagés aux extrémités. Et je viens de me remettre de l’inflammation qui se passait avec mon poignet et mes mains. J’ai eu une attaque auto-immune sur mon système sous la forme, comme, d’une polyarthrite rhumatoïde. En gros, d’après ce que je comprends, ça attaque des endroits bizarres et c’est aléatoire. C’est donc ce que j’ai. C’était mon prix.

Malgré ses problèmes de santé, le chanteur prépare un nouvel album avec son projet parallèle, Puscifer. Le LP, intitulé Existential Reckoning, doit sortir le 30 octobre. Dans un monde parfait, Keenan se préparerait à tourner derrière la sortie. Mais dans le climat actuel, c’est une impossibilité.

«J’adorerais partir en tournée», a-t-il admis. «Mais je ne voudrais pas faire subir ça à ma famille si quelque chose de terrible arrivait à des amis ou à ma famille à cause de cela.

Keenan a également eu des mots pointus pour ceux qui refusent de porter un masque.

« C’est ridicule. C’est juste une absurdité », a proclamé le chanteur d’un ton neutre. «Nous portons des ceintures de sécurité. Nous ne fumons plus dans les trains, les avions ou les taxis, ni même les restaurants. Il y a des raisons à ces choses. … J’ai l’impression qu’il y a cette torsion sur l’idée de la liberté personnelle où la liberté est en quelque sorte le fait de pouvoir entrer dans la maison de n’importe qui et prendre une décharge sur son repas ou crier des choses laides à sa grand-mère. Ce n’est pas ça la liberté. La liberté est la capacité de poursuivre votre style de vie, de poursuivre ce que vous voulez faire pour votre famille, pour votre avenir, quelle éducation vous voulez obtenir. Et avec cette liberté vient la responsabilité de veiller sur vous-même, sur votre voisin, sur votre famille, sur tout le monde. Il y a donc des compromis qui accompagnent la liberté. Je ne sais pas pourquoi c’est si difficile à comprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.