in

Facebook interdit enfin le contenu de négation de l’Holocauste

C’est le dernier effort de Facebook pour éradiquer l’antisémitisme. La société a récemment interdit «les stéréotypes sur le pouvoir collectif des Juifs qui les dépeignent souvent à la tête du monde ou de ses principales institutions», comme l’a souligné Bickert.

Facebook travaille depuis plusieurs années avec des groupes mondiaux et locaux tels que le Congrès juif mondial et le Comité juif américain pour mieux comprendre comment la haine est véhiculée en ligne. L’entreprise a également collaboré avec des organisations qui luttent contre l’antisémitisme, notamment le Centre Simon Wiesenthal.

Il faudra un certain temps avant que Facebook puisse effectivement faire respecter cette interdiction, a écrit Bickert. La société devra former ses réviseurs de contenu et ses systèmes sur la manière de traiter ce type de contenu, car il existe un large éventail de documents qui enfreindraient les règles. Plus tard cette année, Facebook commencera à diriger les personnes qui recherchent des termes liés à la négation de l’Holocauste ou à l’atrocité en général vers des «informations crédibles» provenant de sources tierces.

Facebook, qui a interdit la théorie du complot QAnon de sa plate-forme la semaine dernière, a récemment promulgué davantage de mesures pour réduire la propagation du discours de haine et d’autres contenus préjudiciables. Plus tôt cette année, plusieurs grands annonceurs ont retenu des publicités ou ont au moins menacé de le faire afin de faire pression sur Facebook pour qu’il agisse davantage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.