in

La dernière sensation d’horreur de Twitch, la phasmophobie, fait hurler des banderoles (les uns aux autres)

Il n’est pas rare que les jeux d’horreur prennent leur envol sur Twitch. Habituellement, ce sont des éclairs dans la casserole: le janky PT-du jour attrape les globes oculaires pendant quelques jours, puis redescend rapidement dans les fosses mal éclairées de l’obscurité. La phasmophobie est différente. Bien sûr, il est inspiré par PT, et oui, c’est janky comme tout le monde sort, mais c’est un acteur majeur sur Twitch pendant près d’un mois, et au cours du week-end, il est devenu l’un des cinq jeux les plus joués de tous. de Steam.

Dans Phasmophobia, les joueurs ne sont pas des chasseurs de fantômes. Au lieu de cela, ils fonctionnent essentiellement comme une équipe de reconnaissance fantôme envoyée pour collecter des informations pour une éventuelle équipe de chasseurs de fantômes. Vous et jusqu’à trois amis entrez dans l’une des nombreuses maisons effrayantes et, à l’aide d’outils tels que des caméras, des croix, des livres, des thermomètres, des lecteurs EMF et des tableaux Ouija, essayez de détecter une activité paranormale et de déterminer exactement à quel type de fantôme vous avez affaire. . Oh, et bien sûr, vous essayez de ne pas mourir. Contrairement aux jeux d’horreur plus linéaires, Phasmophobia est un bac à sable effrayant, où différentes combinaisons de joueurs, de maisons, de fantômes et d’outils garantissent un résultat différent à chaque fois. Même en accès anticipé, il a un attrait durable pour les joueurs et les téléspectateurs, ce qui explique probablement pourquoi il continue de gagner en popularité près d’un mois après sa sortie.

Le jeu tire une grande partie de son attrait de l’incertitude. Les fantômes ne sont pas si hostiles lorsque les jeux commencent, ce qui oblige les joueurs à les rechercher. On ne sait pas où ils se trouvent ni même ce qu’ils sont; les joueurs peuvent mesurer la température de la pièce ou poser des capteurs sonores et retourner dans la camionnette pour les surveiller. Les joueurs doivent ensuite collecter des preuves sur le type d’entité avec lequel ils ont affaire. Cela peut impliquer n’importe quoi, de poser délicatement un livre pour voir si un fantôme y écrit à la photographie agressive du fantôme lui-même lorsqu’il apparaît. Cependant, avec le temps, la probabilité que le fantôme commence à chasser les joueurs augmente. Les lumières scintillent, les communications des joueurs deviennent statiques et le fantôme commence à suivre et à tuer tous ceux sur qui il peut mettre la main. Donc, fondamentalement, vous passez une grande partie du jeu à vous rapprocher le plus possible de la gueule du lion proverbiale, mais pas si près qu’il peut vous mordre la tête.

Comment vous faites cela dépend de vous. Un groupe de joueurs pourrait se précipiter dans la maison ensemble, les mains tremblantes pratiquement entrecroisées, brandissant un assortiment d’outils aléatoires, tandis qu’un autre pourrait diviser le groupe de manière calculée, l’un restant dans le fourgon d’équipement à l’extérieur et dirigeant les autres à l’intérieur de la maison. (dont l’un porte une caméra) via un flux vidéo. La phasmophobie utilise également un logiciel de reconnaissance vocale, j’ai donc vu certains joueurs crier le nom d’un fantôme (ils ont tous des noms) jusqu’à … eh bien, généralement jusqu’à ce que de mauvaises choses leur arrivent.

Dans ce ragoût d’approches variées, c’est là que les choses deviennent intéressantes. Un bon flux de phasmophobie, c’est comme regarder un film d’horreur se dérouler de manière organique. La boîte à outils particulière du jeu guide doucement les joueurs dans la recréation de scènes incroyablement tendues où vous savez juste que quelqu’un est sur le point de mourir. Peut-être que les joueurs ont installé une caméra dans une zone où ils sont à peu près certains que le fantôme apparaîtra, mais ensuite, en s’enfuyant vers la camionnette, ils se rendent compte que personne ne l’a allumé. Un joueur se porte volontaire pour se faufiler dans l’obscurité presque noire et s’en occuper seul. Imaginez être dans un théâtre avec 4 000 autres personnes qui réalisent toutes ce qui va se passer, qui crient toutes «N’y allez pas» même si elles savent que c’est futile. C’est le chat Twitch pendant les meilleurs moments de Phasmophobia. Mais la phasmophobie n’est pas scriptée, alors peut-être que ce streamer regardera le chat et reviendra à ses sens. Cela aussi fait partie du plaisir.

G / O Media peut obtenir une commission

D’une manière ou d’une autre, la phasmophobie parvient à offrir à la fois une tension dramatique aux articulations blanches et un humour burlesque de premier ordre. Une partie de cela vient de la sarcasme du jeu; Il y a une sorte de comédie incroyable dans un jeu où les lumières scintillantes font sauter les joueurs de leur siège, mais ils ne bronchent même pas lorsqu’un personnage se clipse dans un autre, créant ce qui semble être une mâchoire humaine flottante désincarnée. Cela rappelle l’article récent du directeur créatif de SB Nation, Jon Bois, sur le jeu de survie Rust: «Il y a une comédie sans paroles et dérangée dans les jeux vidéo», a-t-il écrit. «Ils produisent des images qui sont si maladroites, irréfléchies et bizarres que personne vivant ne pourrait jamais raconter une blague aussi drôle.» La phasmophobie a également un mode VR avec tous les mouvements et gestes hyper-naturels que cela implique, de sorte que l’étrange vallée d’horreur-comédie est vraiment profonde.

Mais la comédie vient aussi d’un autre lieu, beaucoup plus humain: une mauvaise communication. Bien que la phasmophobie n’en ait pas l’air, elle a beaucoup en commun avec la saveur la plus importante de Twitch des deux derniers mois, parmi nous. Les deux sont des ensembles infiniment reconfigurables de tempêtes parfaites pour les arguments. Les deux se concentrent sur les tueurs invisibles et la paranoïa que ces scénarios génèrent. Les deux sont des jeux de pandémie idéaux, du genre qui mènent à des rires si bruyants que, pendant un moment, vous pourriez même oublier que vous n’êtes pas tous dans la même pièce (ou dans une maison de meurtre terrifiante, pour ainsi dire). Contrairement à la croyance populaire, la nouvelle méta Twitch n’est pas exactement des «jeux de société». Au lieu de cela, ce sont des jeux accessibles qui facilitent des disputes bruyantes et comiques entre de grandes personnalités. Alors que Twitch passe d’une plate-forme ancrée dans l’esport et les compétences à quelque chose qui est avant tout axé sur la personnalité (même si cela signifie que certains streamers ne sont pas également des joueurs de jeux vidéo de classe mondiale), cela se traduit par une évolution naturelle.

La phasmophobie amène les joueurs à se crier dessus tout autant qu’à ce qui se passe à l’écran en leur donnant plusieurs sources d’informations peu fiables. Un joueur avec un thermomètre pourrait détecter une pièce exceptionnellement froide, ce qui suggère qu’un fantôme est à proximité, mais un autre pourrait trouver un évier crachant de l’eau sale – un autre indice différent. Avant longtemps, ils se disputent, seulement pour que quelque chose d’un autre monde commence à remuer dans l’obscurité. Ensuite, ils se disputent plus fort en courant pour sauver leur vie. Le flux de Hasan Piker et Esfand de vendredi dernier est essentiellement un exemple étendu de cette dynamique:

Ensuite, il y a ce que je considère être l’idéal platonique d’un clip de Phasmophobie: Lord Kebun a réussi à prendre une très bonne photo d’un fantôme pendant que son ami court, flambe, hurle et meurt. D’une manière ou d’une autre, il combine tension, drame, structure en plusieurs actes, trahison, jankiness et d’innombrables punchlines, le tout en l’espace de 38 secondes. C’est un chef d’oeuvre.

La phasmophobie n’est pas toujours comme ça. J’irais même jusqu’à dire que ce n’est pas comme ça la plupart du temps. Comme tout bon travail des médias d’horreur, il sait que l’accumulation est la partie la plus importante – que vous devez amorcer l’esprit avant de pouvoir effrayer la merde hors du corps. Parfois, il se trompe trop dans cette direction, ce qui entraîne de longues périodes de rien, ou tout simplement des problèmes. Mais lorsque le jeu démarre, il ressort vraiment. C’est un aperçu vraiment impressionnant de l’avenir de l’horreur que je ne jouerai jamais plus que ce qui est absolument nécessaire parce que je suis un bébé géant.

Histoires recommandées

Illustration de l'article intitulé Twitchs Latest Horror Sensation, iPhasmophobia / i, Has Streamers Screaming (at each other)Illustration de l'article intitulé Twitchs Latest Horror Sensation, iPhasmophobia / i, Has Streamers Screaming (at each other)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.