in

Kirk Hammett a joué son chemin pour sortir du moment de blues «  haletant  »

Kirk Hammett a rappelé l’expérience «effrayante» d’essayer de prouver qu’il pouvait jouer du blues dans une salle pleine de légendes alors qu’il se préparait à prendre part au concert hommage à Peter Green plus tôt cette année.

Le guitariste de Metallica était conscient qu’il était considéré comme le «gars du heavy metal» parmi les joueurs tels que Billy Gibbons, Dave Gilmour et John Mayall, et savait qu’il devait démontrer qu’il comprenait le genre blues lorsqu’il répétait avec le groupe house pour le spectacle.

« Je suis assis là avec des gens comme Billy Gibbons et Dave Gilmour », a déclaré Hammett à la publication du fan club de Metallica So What! Dans une nouvelle interview. « Puis tout à coup John Mayall entre dans la pièce. Bill Wyman est là, puis Steven Tyler entre… tous ces gens vont me regarder répéter «The Green Manalishi» avec le groupe principal. Vous parlez de pression et de sensation de globes oculaires sur vous? C’était probablement l’une des expériences les plus effrayantes que j’ai jamais vécues, mais au en même temps, incroyablement inspirant aussi.

Hammett a noté qu’il était « le gars du heavy metal. … Je me présente et les gars qui ne me connaissaient vraiment pas étaient un peu hésitants, et vous savez ce que j’ai commencé à faire? J’ai commencé à jouer un tas de coups de langue blues . J’ai commencé à jouer des trucs de Stevie Ray Vaughan. J’ai commencé à jouer un tas de chansons de l’album Blues Breakers de John Mayall.… Deux ou trois minutes après avoir vu que je connaissais le blues, tout d’un coup c’était comme si j’étais une belle femme ou quelque chose comme ça! Ils sont tous venus vers moi, ils ont commencé à me parler, à me poser des questions, et c’était un brise-glace totalement inattendu. joue le blues, il sait ce qu’il fait. C’était incroyable. Je n’arrivais pas à y croire.

Le guitariste a décrit le moment comme «la validation d’un groupe de musiciens qui ont été la première partie de mon inspiration … Au cours de ces deux ou trois premières années de mon jeu de guitare, j’étais totalement dans le hard rock basé sur le blues britannique. Et j’ai appris à jouer du blues; le blues a toujours fait partie de ma technique. J’ai joué des chansons de blues et de heavy metal. Le solo de guitare sur « Hardwired » n’est que l’aboutissement des licks de Robert Johnson joués rapidement et avec distorsion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.