Accueil International Le Soudan devient cette année le troisième État arabe à mettre de...

Le Soudan devient cette année le troisième État arabe à mettre de côté les hostilités avec Israël

Israël et le Soudan ont convenu de prendre des mesures pour normaliser leurs relations dans un accord négocié avec l’aide des États-Unis, faisant de Khartoum le troisième gouvernement arabe à mettre de côté les hostilités avec Israël au cours des deux derniers mois.

Points clés:

Israël et le Soudan prévoient de commencer par ouvrir des liens économiques et commerciaux Ces dernières semaines, les Émirats arabes unis et Bahreïn ont convenu de liens formels avec Israël Donald Trump a déclaré qu’il retirerait le Soudan de la liste du terrorisme une fois qu’il aurait versé une indemnisation promise pour les victimes d’attaques terroristes

Le président américain Donald Trump, candidat à sa réélection le 3 novembre, a scellé l’accord lors d’un appel téléphonique avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok et le chef du Conseil de transition Abdel Fattah al-Burhan, ont déclaré de hauts responsables américains.

La décision de M. Trump cette semaine de retirer le Soudan de la liste américaine des États sponsors du terrorisme a ouvert la voie à l’accord avec Israël, marquant une réalisation de politique étrangère pour le président républicain alors qu’il cherche un deuxième mandat à la traîne dans les sondages d’opinion derrière son rival démocrate Joe Biden .

M. Netanyahu a salué cela comme une « nouvelle ère » pour la région, mais les dirigeants palestiniens, observant un plus grand nombre de leurs frères arabes semblent donner à leur quête d’un État une priorité moindre, l’ont qualifié de « nouveau coup de poignard dans le dos ».

Israël et le Soudan prévoient de commencer par ouvrir des liens économiques et commerciaux, avec un accent initial sur l’agriculture, indique le communiqué conjoint.

Un haut responsable américain, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a déclaré que des questions telles que l’établissement formel de relations diplomatiques seraient résolues plus tard.

Ces dernières semaines, les Émirats arabes unis et Bahreïn sont devenus les premiers États arabes en un quart de siècle à accepter des liens formels avec Israël, forgés en grande partie par les craintes communes de l’Iran.

Retirer le Soudan de la liste du terrorisme

Trois hommes en tenue de camouflage militaire et bérets rouges tenant des armes devant une foule d'hommes vêtus de blancTrois hommes en tenue de camouflage militaire et bérets rouges tenant des armes devant une foule d'hommes vêtus de blancLe Soudan cherche à sortir de décennies de troubles et d’isolement (AP: Mahmoud Hjaj)

M. Trump a annoncé lundi qu’il retirerait le Soudan de la liste du terrorisme une fois qu’il aurait déposé 335 $ US (469 millions de dollars) qu’il s’était engagé à payer en compensation aux victimes des attaques d’Al-Qaïda contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en 1998.

La Maison Blanche a qualifié l’intention de M. Trump de retirer le Soudan de la liste du terrorisme de « tournant décisif » pour Khartoum, qui cherche à sortir de décennies d’isolement.

Les dirigeants militaires et civils du gouvernement de transition du Soudan ont été divisés sur la rapidité et la distance à parcourir pour établir des relations avec Israël.

Un point de friction dans les négociations a été l’insistance du Soudan pour que toute annonce de radiation de Khartoum de la désignation de terrorisme ne soit pas explicitement liée aux relations avec Israël.

Le Premier ministre soudanais veut l’approbation d’un parlement qui n’a pas encore été formé pour procéder à une normalisation formelle plus large, et cela peut ne pas être un processus rapide étant donné les sensibilités et les différences civilo-militaires.

On ne sait toujours pas quand l’assemblage sera créé.

La diaspora soudanaise pour la démocratie

Sept femmes vêtues de bleu posent avec un drapeau soudanais devant une fontaine et la cathédrale de Sydney,Sept femmes vêtues de bleu posent avec un drapeau soudanais devant une fontaine et la cathédrale de Sydney,

Le Soudanais Omar al-Bashir étant renversé et l’armée prenant sa place, les Soudanais d’Australie ne laissent pas la révolution se passer sans combat.

Lire la suite

« Un accord de normalisation avec Israël sera décidé après l’achèvement des institutions constitutionnelles par la formation du conseil législatif », a déclaré le ministre soudanais des Affaires étrangères Omar Gamareldin à la télévision publique peu après l’annonce de vendredi.

Le nouvel accord a été négocié du côté américain par une équipe qui comprenait le gendre et conseiller principal de M. Trump, Jared Kushner, qui a qualifié les accords de normalisation de début d’un «changement de paradigme» au Moyen-Orient.

Il a dit que la décision du Soudan était symboliquement significative parce que c’était à Khartoum en 1967 que la Ligue arabe avait décidé de ne pas reconnaître le droit d’Israël à exister.

Le président soudanais Omar el-Béchir regarde droit devant lui vêtu d'un costume et d'une cravate.Le président soudanais Omar el-Béchir regarde droit devant lui vêtu d'un costume et d'une cravate.Le Soudan a été inscrit sur la liste des États commanditaires du terrorisme sous le président désormais renversé, le président Omar al-Bashir (AP: Burhan Ozbilici)

La désignation du Soudan en tant qu’État sponsor du terrorisme remonte à son dirigeant renversé Omar el-Béchir et a rendu difficile pour son gouvernement de transition l’accès à l’allégement de la dette et au financement étranger dont il avait un besoin urgent.

Beaucoup au Soudan disent que la désignation, imposée en 1993 parce que Washington pensait que M. Bashir soutenait des groupes militants, est devenue obsolète depuis qu’il a été destitué l’année dernière.

Une législation du Congrès américain est nécessaire pour protéger Khartoum de futures réclamations juridiques sur les attaques passées afin d’assurer le flux des paiements aux victimes des attentats à la bombe de l’ambassade et à leurs familles.

.

  • Science illustrée n°10 (9e année) : Mettre les centrales à la retraite - Collectif - Livre
    Sciences - Occasion - Bon Etat - Science illustrée - Revue - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Cette année à Jérusalem - Jacques Potin - Livre
    Catholicisme - Occasion - Etat Correct - Un peu abîmé - Centurion GF - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Math CE1. Cycle des apprentissages troisième année - Bernard Séménadisse - Livre
    CE1 - Occasion - Etat Correct - Taché - Magnard Ecoles - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Articuler le travail sur la langue et les textes en troisième - Anne-Marie Hubat-Blanc - Livre
    Pédagogie - Occasion - Bon Etat - Couv marquée - La liaison troisième-seconde en français - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Soudain, cette année-là... - Jean Brashear - Livre
    Passion - Occasion - Bon Etat - Emotions - Poche - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Tout ce que Joseph écrivit cette année là - Patrick Cauvin - Livre
    Roman - Occasion - Bon Etat - Tranche un peu tachée - Albin Michel GF - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.