in

Stevie Nicks est allé à l’USI après son intronisation au Rock Hall

Stevie Nicks a révélé qu’elle s’était retrouvée dans une unité de soins intensifs après son intronisation au Rock & Roll Hall of Fame en 2019, affirmant qu’elle savait que «quelque chose n’allait pas» avant le début de sa soirée de gala.

Il s’est avéré que la chanteuse de Fleetwood Mac souffrait des premiers symptômes de la pneumonie et que la maladie a eu un effet permanent sur sa santé.

«J’ai des poumons compromis», a déclaré Nicks à Variety dans une nouvelle interview. «La nuit du Rock & Roll Hall of Fame, je savais avant de monter sur scène que quelque chose n’allait pas avec moi, donc j’ai dû vraiment faire le nécessaire. Le lendemain, je suis tombé vraiment malade et j’ai fini par aller à l’hôpital de Philadelphie pendant une semaine en unité de soins intensifs avec une double pneumonie et un métapneumovirus humain et de l’asthme. Parlez de la baisse de votre taux d’oxygène; mes niveaux d’oxygène existaient à peine.

Elle a dit « vous pouvez vous en remettre et simplement dire: » Super, super. Je vais bien. C’est parti.  » Il n’est pas parti. Il revient de petites manières pour vous attaquer pour toujours. Vous ne vous en débarrasserez jamais. Donc vous ne voulez pas l’obtenir. Je suis comme, j’ai construit comme un fin bouclier de papier magique du plastique autour de moi, tu sais? Parce que je ne veux pas que ma carrière soit terminée.

Néanmoins, Nicks a rappelé sa cérémonie d’intronisation – la première fois qu’une femme a été intronisée à deux reprises – comme «fantastique» et «mémorable». «J’ai prononcé le plus long discours sans doute jamais prononcé, et personne ne m’a rien jeté ou crié dessus », a-t-elle noté. « Alors … j’ai parlé trop longtemps. »

L’expérience était si spéciale, a-t-elle déclaré, qu’elle pense que la cérémonie à venir, qui se tiendra sous les restrictions des coronavirus, devrait être reportée jusqu’à ce qu’elle puisse être organisée correctement. «Je veux dire, c’est la plus grosse affaire au monde», dit-elle. «Les seules personnes qui pensent que ce n’est pas un gros problème sont les gens qui ne rentrent pas. À la seconde où votre nom monte, vous vous dites: ‘Oh, mon Dieu, c’est vraiment un gros problème.’ Et donc je suis vraiment désolé que ça va être fait dans une sorte de bizarre [virtual] réalité, parce que c’est comme ne pas aller au bal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.