in

Mahathir Mohamad: les musulmans ont le droit de tuer des millions de Français

Le Premier ministre malaisien, Tun Dr. Mahathir Mohamad s'adresse aux membres des médias lors d'une conférence de presse à l'hôtel Sheraton de Petaling Jaya, Selangor, le 10 mai 2018 (Photo de Muhammad Shahrizal / NurPhoto via Getty Images)
L’ancien Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad a déclenché la fureur avec ses commentaires à la suite de trois attaques (Photo: Muhammad Shahrizal / NurPhoto / .)

L’ancien Premier ministre de Malaisie a déclenché la fureur après avoir déclaré que les musulmans «  ont le droit de tuer des millions de Français  » à la suite de trois attaques au couteau.

Dans un fil Twitter publié à quelques minutes des attentats meurtriers, Mahathir Mohamad, 95 ans, a critiqué le président français Emmanuel Macron et «  l’histoire des massacres  » de la France.

Mahathir, qui était le plus ancien chef de gouvernement du monde jusqu’à ce qu’il démissionne en février, a déclenché une tempête d’indignation, beaucoup accusant l’ancien dirigeant mondial d’avoir «  incité à des massacres  » à ses 1,3 million d’adeptes.

«Macron ne montre pas qu’il est civilisé», a-t-il écrit. «Il est très primitif en blâmant la religion de l’Islam et des musulmans pour le meurtre du professeur insultant. Cela n’est pas conforme aux enseignements de l’islam.

Des musulmans du monde entier ont protesté contre Emmanuel Macron après avoir critiqué les islamistes et juré de ne pas «  abandonner les dessins animés  » représentant le prophète Mohammed (Photo: . / .)

TOPSHOT - Un jeune musulman utilise une sandale pour frapper une affiche avec une photo d'un chien avec la tête du président français Emmanuel Macron lors d'une manifestation contre les commentaires de Macron sur les caricatures du prophète Mohammed, à Lahore le 28 octobre 2020. - Le Premier ministre pakistanais Imran Khan on Le 28 octobre a écrit aux dirigeants des pays musulmans pour leur demander d'agir ensemble contre l'islamophobie, alors que la colère grandit face à la défense française du droit de se moquer de la religion.  (Photo par Arif ALI / AFP) (Photo par ARIF ALI / AFP via Getty Images) *** BESTPIX ***
Des manifestants musulmans au Pakistan brandissent des affiches anti-Macron (Photo: ARIF ALI / . / .)

«Mais quelle que soit la religion professée, les gens en colère tuent. Les Français au cours de leur histoire ont tué des millions de personnes. Beaucoup étaient musulmans.

« Les musulmans ont le droit d’être en colère et de tuer des millions de Français pour les massacres du passé. »

Il a ajouté: « Puisque vous avez blâmé tous les musulmans et la religion des musulmans pour ce qui a été fait par une personne en colère, les musulmans ont le droit de punir les Français. »

Les trois attaques au couteau ont eu lieu dans les deux heures ce matin, faisant trois morts et plusieurs autres blessés.

Les autorités n’ont pas encore confirmé si les attaques sont liées, mais le premier meurtre à Nice aurait un motif terroriste.

Le premier a vu trois personnes tuées par un couteau à l’intérieur de la basilique Notre-Dame, alors qu’un service commençait peu avant 10 heures, heure locale.

Deux des victimes, un homme et une femme âgée de 70 ans, ont été décapités. Une troisième femme, 40 ans, a réussi à s’enfuir vers un café voisin, mais est décédée plus tard après avoir été poignardée à plusieurs reprises.

Le maire de Nice a décrit l’attaquant comme un «islamo-fasciste» qui a crié à plusieurs reprises «Allahu Akbar» (Dieu est le plus grand) pendant les attaques et même après avoir été détenu.

Il a été abattu par la police sur les lieux, avant d’être arrêté et conduit à l’hôpital.

La police a déclaré que l’assaillant était resté conscient après avoir été abattu et avait revendiqué la responsabilité de son acte.

La police a pris ses empreintes digitales pour vérifier s’il est sur une liste de surveillance de sécurité ou de terrorisme.

Le président Emmanuel Macron est en route pour Nice et le parquet français antiterroriste a été invité à ouvrir une enquête.

Le pays a maintenant élevé son statut d’alerte au niveau le plus élevé possible d ‘«urgence d’attaque terroriste», a annoncé le Premier ministre français Jean Castex.

Un peu plus d’une heure après l’attaque de Nice, vers 11 h 15, un autre couteau a été abattu par la police française dans le quartier Montfavet d’Avignon, dans le sud-est.

L’agresseur criait également «Allahu Akbar» alors qu’il menaçait les passants et la police avec une lame, selon les rapports.

À peu près au même moment, un homme a été arrêté à Djeddah, en Arabie saoudite, pour avoir attaqué un garde devant l’ambassade de France. Il aurait transporté un «  outil pointu  », a rapporté la télévision d’État saoudienne, et le garde a été transporté d’urgence à l’hôpital.

On ne pense pas que son état met sa vie en danger. Les autorités n’ont pas encore confirmé le motif exact des attentats de Montfavet et de Djeddah.

La série d’attaques survient moins de deux semaines après que le professeur d’histoire, Samuel Paty, 47 ans, ait été décapité dans une banlieue parisienne, après avoir montré aux élèves une caricature du prophète Mahomet.

Contactez notre équipe de nouvelles en nous écrivant à [email protected].

Pour plus d’histoires comme celle-ci, consultez notre page d’actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.