in

Un garde attaqué avec un «  outil pointu  » devant l’ambassade de France en Arabie saoudite

https://twitter.com/A3Haber/status/1321766654771122176 Djeddah
Un garde de l’ambassade de France à Djeddah a été attaqué avec un couteau (Photo: A3Haber)

Un homme a été arrêté pour avoir agressé un agent de sécurité devant l’ambassade de France à Djeddah, en Arabie saoudite.

L’attaquant porterait un «  outil pointu  » pendant l’incident et a été arrêté immédiatement après l’attaque, rapporte la télévision d’État saoudienne. Le garde a été transporté à l’hôpital et son état ne semble pas mettre sa vie en danger.

Dans un communiqué, l’ambassade a déclaré avoir «fermement condamné» l’attaque «injustifiée» et exprimé son plein soutien à la victime. Ils ont appelé les autorités saoudiennes à enquêter sur l’attaque et à garantir la «sécurité des droits français» dans le pays.

Cela survient quelques heures seulement après que deux attentats terroristes présumés ont secoué la France aujourd’hui. A Nice, trois personnes ont été tuées par un couteau à la basilique Notre-Dame vers 10h (heure locale) ce matin.

Deux personnes, un homme et une femme, ont été décapitées lors des coups de couteau. Deux des victimes ont été tuées à l’intérieur de l’église, tandis que la troisième est décédée des suites de leurs blessures après s’être échappée.

L’agresseur a été arrêté et a été transporté à l’hôpital après avoir été abattu par la police. Le maire de Nice, Christian Estrosi, a déclaré aux journalistes que «l’islamo-fasciste» avait crié à plusieurs reprises «Allahu Akbar» même après avoir été arrêté par la police.

Djeddah, Arabie Saoudite 03 septembre 2014 - Rue Kornish à Djeddah;  Shutterstock ID 712313050;  Bon de commande: -
Le garde a été transporté à l’hôpital et ses blessures ne sont pas censées mettre sa vie en danger (Photo: Shutterstock)

Quelques heures plus tard, à Avignon, un couteau a été abattu par la police française pour avoir menacé des personnes avec une lame et crié «Allahu Akbar», ont rapporté les médias locaux.

Les attentats sont les deuxième et troisième incidents terroristes en France en moins de deux semaines. Le 16 octobre, l’instituteur Samuel Paty a été décapité à Conflans-Sainte-Honorine, une banlieue de Paris, pour avoir montré ses dessins de classe du prophète Mahomet.

Le couteau, identifié plus tard comme Abdullakh Anzorov, 18 ans, a ensuite été abattu par la police.

Le président français Emmanuel Macron a dénoncé l’attaque, déclarant le lendemain aux journalistes: «  Un de nos concitoyens a été assassiné aujourd’hui parce qu’il enseignait, il enseignait aux élèves la liberté d’expression, la liberté de croire ou de ne pas croire. Notre compatriote a été lâchement attaqué, a été victime d’une attaque terroriste islamiste.

Macron a déclaré que la France ne «renoncerait pas aux caricatures» du prophète Mahomet, et les caricatures du journal satirique français Charlie Hebdo ont été projetées sur les bâtiments gouvernementaux la semaine dernière.

Cette décision a déclenché la colère dans le monde islamique, des milliers de musulmans appelant au boycott des produits français.

Ceci est une nouvelle de dernière heure, plus à suivre bientôt…

Contactez notre équipe de nouvelles en nous écrivant à [email protected].

Pour plus d’histoires comme celle-ci, consultez notre page d’actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.