in

France Attaques au couteau: Macron dit que la France est «  attaquée  »

Image composite de la France suite à de multiples incidents de couteau
Le président français s’est engagé à renforcer la sécurité autour des églises et des écoles du pays

Le président français Emmanuel Macron a déclaré le pays «  attaqué  » et a déclaré que des soldats seraient postés dans les églises pour les «  protéger  ».

Le pays est ébranlé par une série d’incidents que l’on craint d’être liés au terrorisme, à commencer par une attaque au couteau à Nice qui a fait trois morts et plusieurs blessés.

M. Macron a interrompu un débat parlementaire sur le verrouillage des coronavirus pour visiter les lieux de la tragédie dans la ville du sud.

Il a déclaré aux journalistes à Nice: «Si nous sommes attaqués, c’est à cause de nos valeurs, nos valeurs de liberté et notre désir de ne pas céder au terrorisme.

‘Un déploiement de soldats [is] être renforcée sur le territoire français, en renforçant la protection des lieux de culte, y compris les églises.

Les meurtres ont eu lieu à moins d’un demi-mile du site en 2016, où un autre attaquant a conduit un camion dans une foule du 14 juillet, tuant des dizaines de personnes.

Après avoir promis un «soutien» et une «unité» aux citoyens français et à la communauté catholique, M. Macron a annoncé qu’il allait plus que doubler le nombre de soldats déployés pour se protéger contre les attaques terroristes.

Pour visionner cette vidéo, veuillez activer JavaScript et envisager de passer à un navigateur Web prenant en charge la vidéo HTML5

Le président français Emmanuel Macron (C) s'adresse à la presse devant la basilique Notre-Dame de l'Assomption à Nice le 29 octobre 2020 après qu'un homme armé d'un couteau ait tué trois personnes à l'église, tranchant la gorge d'au moins un des eux, dans ce que les officiels considèrent comme la dernière attaque jihadiste pour secouer le pays.  (Photo par ERIC GAILLARD / POOL / AFP) (Photo par ERIC GAILLARD / POOL / AFP via Getty Images)
Le président français Emmanuel Macron s’adresse à la presse devant la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice (Photo: .)

Il a déclaré qu’il augmenterait le nombre de soldats actuellement en patrouille de 3 000 à 7 000, ajoutant qu’il y aurait une protection supplémentaire dans les écoles.

La déclaration du président fait suite à des informations selon lesquelles une quatrième attaque au couteau a été déjouée près d’une église dans la banlieue nord-ouest de Paris cet après-midi.

L’homme a été arrêté près de l’église Saint-Martin de Sartrouville vers midi après avoir prétendument quitté son domicile armé d’un couteau en disant qu’il voulait «  copier  » l’attaque de Nice.

L’homme avait dit à son père qu’il «  voulait faire comme à Nice  » avant de quitter la maison, selon Le Parisien.

Le site d’information français a déclaré que le père avait averti la police qui s’était précipitée sur les lieux et avait arrêté le suspect alors qu’il conduisait près de l’église.

Auparavant, la France avait été frappée par trois attaques au couteau dévastatrices en l’espace de deux heures.

Le premier a vu trois personnes tuées par un couteau à l’intérieur de la basilique Notre-Dame de Nice, alors qu’un service commençait peu avant 10h, heure locale.

Au moins deux des victimes, un homme et une femme de 70 ans, ont été décapités.

Un agent de sécurité sécurise la zone après une attaque au couteau à l'église Notre-Dame de Nice, France
Un agent de sécurité sécurise la zone après une attaque au couteau à l’église Notre-Dame de Nice, France (Photo: .)

Des policiers montent la garde sur les lieux d'une attaque au couteau signalée à l'église Notre-Dame de Nice
Trois personnes ont été tuées après l’attaque de l’église Notre-Dame de Nice (Photo: .)

Église de Sartrouville
Un homme a été arrêté près d’une église de Sartrouville après avoir prétendument dit qu’il voulait «  se comporter comme à Nice  »

L’homme tué dans l’attaque était le sacristain de l’église.

Une troisième victime, une femme âgée de 40 ans, a réussi à échapper à l’attaque mais est décédée peu après des suites de ses blessures.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a déclaré que «tout sur l’incident» suggérait une attaque terroriste.

Il a dit que l’attaquant avait répété «Allah Akbar! maintes et maintes fois alors qu’il gisait blessé et que «la signification de son geste ne laissait aucun doute».

Les autorités françaises ont ouvert une enquête sur le terrorisme. On pense que le suspect agit seul et la police ne recherche pas d’autres agresseurs.

Un peu plus d’une heure après l’attaque de Nice, vers 11 h 15, un autre couteau a été abattu par la police française dans le quartier Montfavet d’Avignon, dans le sud-est.

À peu près au même moment, un homme a été arrêté à Djeddah, en Arabie saoudite, pour avoir attaqué un garde devant l’ambassade de France.

Pour visionner cette vidéo, veuillez activer JavaScript et envisager de passer à un navigateur Web prenant en charge la vidéo HTML5

Avignon, France - 30 septembre 2019: Ancienne porte et mur de la ville et les gens qui marchent sur le boulevard Saint-Roch près de la gare d'Avignon, France le 30 septembre 2019;  Shutterstock ID 1781674139;  Bon de commande: -
Un couteau a également été abattu dans le quartier Montfavet d’Avignon (Photo: Shutterstock)

Une photo prise de loin montre le consulat français dans le port saoudien de Djeddah en mer Rouge
Un autre homme a été arrêté après avoir attaqué un garde devant l’ambassade de France à Djeddah (Photo: .)

Les responsables doivent encore confirmer si les attaques sont liées ou les motifs exacts des attaques de Montfavet et de Djeddah.

Les tragédies surviennent moins de deux semaines après que le professeur d’histoire, Samuel Paty, 47 ans, ait été décapité dans une banlieue parisienne, après avoir montré aux élèves une caricature du prophète Mahomet.

Après sa mort, le président Emmanuel Macron a déclaré que la France ne «  renoncerait pas aux caricatures  » du prophète Mahomet.

Les caricatures du journal satirique français Charlie Hebdo ont été projetées sur des bâtiments gouvernementaux la semaine dernière, suscitant la colère dans le monde islamique avec des milliers de musulmans appelant au boycott des produits français.

Un représentant du Conseil français pour la foi musulmane a fermement condamné l’attentat de Nice aujourd’hui, disant: «  En signe de deuil et de solidarité avec les victimes et leurs proches, j’appelle tous les musulmans de France à annuler toutes les célébrations de la fête de Mawlid.

Contactez notre équipe de nouvelles en nous envoyant un e-mail à [email protected]

Pour plus d’histoires comme celle-ci, consultez notre page d’actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.