in

Deuxième attaque au couteau en France alors que le suspect crie «  Allahu Akbar  »

Avignon, France
L’attaquant a été abattu par la police vers 11 h 15 (Photo: Shutterstock)

Un couteau a été abattu par la police française, quelques heures après un attentat terroriste à Nice.

L’attaquant a été abattu dans le quartier Montfavet d’Avignon vers 11 h 15 après avoir menacé les passants et la police en criant «Allahu Akbar», selon des informations locales.

Plus tôt ce matin, un agresseur a crié la même expression, signifiant «  Dieu est le plus grand  » en arabe, avant de décapiter deux personnes et de tuer au moins une autre personne à l’intérieur de la basilique Notre-Dame de Nice, juste au début d’un service.

Le maire de la ville, Christian Estrosi, a déclaré que «l’islamo-fasciste» avait été abattu par la police sur les lieux et transporté à l’hôpital.

Condamnant fermement l’attaque, un représentant du Conseil français pour la foi musulmane a déclaré: «  En signe de deuil et de solidarité avec les victimes et leurs proches, j’appelle tous les musulmans de France à annuler toutes les célébrations de la fête de Mawlid. ».

Les autorités n’ont pas encore confirmé le mobile exact des deux attaques ou si elles étaient toutes deux liées.

Carte montrant Avignon et Nice, France, après deux attaques au couteau le 29 octobre 2020
Il n’a pas été confirmé si les deux attentats de ce matin étaient liés

Désolé, cette vidéo n’est plus disponible.

Un homme a également été arrêté pour avoir attaqué un garde avec un «  outil pointu  » devant l’ambassade de France à Djeddah, en Arabie saoudite.

La France est toujours en train de se réconcilier avec la décapitation du professeur d’histoire de 47 ans Samuel Paty dans une banlieue parisienne le 16 octobre.

On pense que l’attaquant l’a puni pour avoir montré à des élèves des caricatures controversées du prophète de l’islam Mahomet dans le cadre d’une discussion sur la liberté d’expression.

Le lendemain, le président français Emmanuel Macron a déclaré aux journalistes: «  Un de nos concitoyens a été assassiné aujourd’hui parce qu’il enseignait, il enseignait aux élèves la liberté d’expression, la liberté de croire ou de ne pas croire. Notre compatriote a été lâchement attaqué, a été victime d’une attaque terroriste islamiste.

Macron a ajouté plus tard que la France ne «  renoncerait pas aux caricatures  » du prophète Mahomet et que les caricatures du journal satirique français Charlie Hebdo ont été projetées sur les bâtiments gouvernementaux la semaine dernière.

Pour visionner cette vidéo, veuillez activer JavaScript et envisager de passer à un navigateur Web prenant en charge la vidéo HTML5

Pont d'Avignon avec Palais des Papes, Pont Saint-Bénézet, Provence, France;  Shutterstock ID 119161561;  Bon de commande: -
Le couteau d’Avignon aurait crié «  Allahu Akbar  » (Photo: Shutterstock / Bertl123)

L’acte a déclenché la colère dans le monde islamique, des milliers de musulmans appelant au boycott des produits français.

Fin septembre, un agresseur muni d’un couperet à viande a blessé deux journalistes en train de faire une pause-fumée devant les anciens bureaux parisiens de Charlie Hebdo.

Le suspect aurait déclaré à la police qu’il visait délibérément le magazine, victime d’une attaque terroriste en 2015 au cours de laquelle 12 personnes ont été tuées à la suite de la publication de caricatures du prophète Mahomet.

Cependant, les journalistes travaillaient pour une agence de presse distincte et Charlie Hebdo opérait depuis un lieu secret depuis le massacre.

Le magazine a récemment réimprimé le dessin animé pour marquer le début du procès des présumés terroristes.

Contactez notre équipe de nouvelles en nous envoyant un e-mail à [email protected]

Pour plus d’histoires comme celle-ci, consultez notre page d’actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.