in

Deux tués et plus blessés lors des manifestations au Pérou après la destitution du président

Manifestations au Pérou.
Le pays sud-américain a été témoin de certaines de ses plus grandes manifestations de l’histoire au cours de la semaine dernière (Photo: EPA / AP)

Deux jeunes hommes ont été tués lors de manifestations en faveur de la démocratie qui ont balayé la capitale du Pérou, à la suite de la destitution controversée du président Martín Vizcarra.

Plus de 112 ont été blessés, au moins 41 étaient toujours portés disparus aujourd’hui après que la police a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur la foule à Lima samedi, alors que des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues du pays pour certaines de ses plus grandes manifestations de l’histoire.

Le gouvernement péruvien est au bord de l’effondrement alors que la pression monte sur le président par intérim, Manuel Merino, pour qu’il démissionne suite à l’éviction soudaine de son prédécesseur. Des pourparlers de crise ont lieu après la démission de plus de la moitié de son nouveau gouvernement au milieu de cinq jours de troubles.

Deux manifestants, Jack Bryan Pintado Sánchez, 22 ans, et Jordan Inti Sotelo Camargo, 24 ans, sont morts des suites de blessures par balle. M. Sánchez a été touché à plusieurs reprises au visage et au cou à bout portant par une arme à feu de la police, a confirmé le directeur de l’hôpital Guillermo Almenara de Lima, Jorge Amoros.

La police tente de disperser les manifestants participant à une marche de protestation massive contre le nouveau gouvernement du président Manuel Merino, sur la place San Martin de Lima, à Lima, Pérou, le 14 novembre 2020.
La police disperse les manifestants participant à une marche de protestation massive contre le nouveau gouvernement sur la place San Martin de Lima (Photo: EPA)

Pour visionner cette vidéo, veuillez activer JavaScript et envisager de passer à un navigateur Web prenant en charge la vidéo HTML5

Un manifestant est blessé au sol alors qu'il est aidé par d'autres manifestants lors d'un affrontement avec la police lors d'une manifestation contre la décision du Congrès de destituer l'ancien président Martin Vizcarra, à Lima, au Pérou, le 14 novembre 2020.
Un manifestant est blessé au sol alors qu’il est aidé par d’autres manifestants lors d’un affrontement avec la police (Photo: .)

M. Camargo est décédé des suites d’une blessure par balle au thorax, juste au-dessus de son cœur, a confirmé l’hôpital d’urgence Grau de la capitale.

Des manifestations ont eu lieu dans tout le pays sud-américain depuis que le Congrès a voté lundi la destitution de M. Vizcarra à la présidence en raison d’allégations selon lesquelles il aurait accepté des pots-de-vin alors qu’il était gouverneur il y a des années. Il a nié toutes les allégations.

M. Merino, politicien peu connu et ancien président du Congrès, est arrivé au pouvoir mardi après que des politiciens aient destitué l’ancien président en utilisant une clause du XIXe siècle d ‘«incapacité morale permanente».

La décision du Congrès a été largement considérée comme un coup d’État parlementaire, qui survient à l’un des pires moments possibles pour la nation. Le Pérou est aux prises avec certains des cas les plus élevés de Covid-19 au monde, alors qu’il fait face à sa pire contraction économique depuis un siècle.

Hier, les tensions ont atteint leur paroxysme lorsque plus de 5 000 manifestants ont rempli les places du centre-ville de Lima, portant des masques et portant des pancartes indiquant «Merino n’est pas mon président» et «démissionner maintenant».

Un manifestant brandit une affiche ornée d'argent fictif avec le mot espagnol pour corruption et une image représentant le président péruvien nouvellement assermenté, Manuel Merino, sur la Plaza San Martin, où des personnes qui refusent de reconnaître le nouveau gouvernement sont rassemblées, à Lima, samedi. , 14 novembre 2020.
Un manifestant brandit une affiche sur la «  corruption  » avec une image représentant le président péruvien nouvellement assermenté, Manuel Merino (Photo: AP)

Une personne blessée réagit lors d'une manifestation contre le nouveau gouvernement du président Manuel Merino, place San Martin de Lima, à Lima, Pérou, le 14 novembre 2020.
Plus de 100 personnes ont été blessées lors des manifestations de samedi (Photo: EPA)

Les manifestants participent à une marche de protestation massive contre le nouveau gouvernement du président Manuel Merino, sur la place San Martin de Lima, à Lima, Pérou, le 14 novembre 2020.
Environ 5000 personnes ont manifesté dans le centre-ville de Lima samedi (Photo: EPA)

Le chef du Congrès péruvien, Manuel Merino, fait signe après avoir prêté serment en tant que président par intérim à Lima le 10 novembre 2020, jour après que le Congrès a voté pour destituer et évincer le président Martin Vizcarra pour des allégations de corruption.  - Merino, 59 ans, a prêté serment lors d'une session extraordinaire du Congrès mardi, devenant le troisième président du Pérou depuis 2016, reflétant la fragilité institutionnelle qui a caractérisé le pays sud-américain.  En vertu de la constitution, il assumera les fonctions présidentielles jusqu'à la fin du mandat actuel en juillet 2021. (Photo par Luka GONZALES / AFP) (Photo par LUKA GONZALES / AFP via Getty Images)
Beaucoup ont vu la montée au pouvoir du nouveau président Manuel Merino comme une sorte de coup d’État (Photo: .)

Des centaines de policiers anti-émeute et de chars ont été déployés dans les rues, tandis que des hélicoptères ont pu être vus survoler la capitale alors que la foule de jeunes manifestants, en majorité, a dévoilé un immense drapeau péruvien et a chanté l’hymne national sur la place centrale de San Martín.

Le ministère de la Santé a déclaré que 63 personnes avaient été hospitalisées après avoir subi des blessures – au moins neuf avaient été blessées par balle – ou inhalé des gaz lacrymogènes.

La police a signalé deux décès, tandis que le Coordonnateur national des droits de l’homme a indiqué qu’elle enquêtait pour savoir s’il y en avait quatre.

L’Ombudsman des droits humains des Nations Unies, d’Amnesty International et du Pérou a condamné la force excessive utilisée par la police contre les manifestations largement pacifiques.

La police et les manifestants s'affrontent lors d'une manifestation contre le nouveau gouvernement du président Manuel Merino, place San Martin de Lima, à Lima, Pérou, le 14 novembre 2020. Merino a pris ses fonctions le 10 novembre au milieu d'un processus constitutionnel controversé après le limogeage de l'ancien président Martin Vizcarra pour «incapacité morale» par le Congrès péruvien.
Des gaz lacrymogènes et des pastilles de caoutchouc ont été tirés sur des manifestants par la police (Photo: EPA)

Des gens portent un manifestant blessé lors d'une manifestation contre le nouveau gouvernement du président Manuel Merino, sur la place San Martin de Lima, à Lima, Pérou, le 14 novembre 2020.
Les gens portent un manifestant blessé (Photo: EPA)

La police et les manifestants s'affrontent lors d'une manifestation contre le nouveau gouvernement du président Manuel Merino, sur la place San Martin de Lima, à Lima, Pérou, le 14 novembre 2020.
La police et les manifestants s’affrontent lors d’une manifestation contre le nouveau gouvernement sur la place San Martin de Lima (Photo: EPA)

La police anti-émeute affronte les partisans du président déchu péruvien Martin Vizcarra à la suite d'une manifestation contre le gouvernement du président par intérim Manuel Merino à Lima le 14 novembre 2020.
Affrontement entre la police anti-émeute et les manifestants (Photo: .)

Walter Gutiérrez, du Médiateur, a déclaré: «Il y a eu un usage irrationnel et abusif de la force à Lima. J’exige que le président de la république montre son visage et donne des explications au pays.

À la suite des violences, 13 des 18 ministres du Cabinet – qui avaient prêté serment il y a à peine trois jours – ont annoncé leur démission.

Le Congrès péruvien a ouvert aujourd’hui une session de crise à la suite des décès après que le nouveau président de l’instance, Luis Valdez, ait déclaré que la situation au Pérou était devenue «  intenable  » après la répression policière.

Valdez, qui a remplacé Merino à la présidence, a également appelé à la «démission immédiate» du président, avec le maire de Lima, Jorge Muñoz.

Le président péruvien Martin Vizcarra inaugure officiellement les Jeux panaméricains de Lima 2019 à l'Estadio Nacional le 26 juillet 2019 à Lima, au Pérou.
Martin Vizcarra a été mis en accusation par le Congrès au milieu d’allégations de corruption (Photo: .)

Deux hommes, 22 et 25 ans, morts et davantage blessés lors de manifestations au Pérou après la destitution du président
Le Congrès a tenu des pourparlers de crise dimanche après les meurtres (Photo: EPA / AP)

Des manifestants participent à une marche de protestation massive contre le nouveau gouvernement du président Manuel Merino, sur la place San Martin de Lima, à Lima au Pérou, le 14 novembre 2020.
Les manifestants ont dévoilé un immense drapeau du Pérou alors qu’ils protestaient (Photo: EPA)

Merino, membre du parti d’action populaire de centre-droit, a appelé au calme et a promis de s’en tenir à un plan pour de nouvelles élections présidentielles en avril.

L’assemblée nationale des gouvernements régionaux du Pérou a également publié une déclaration exigeant la démission de Merino, affirmant qu’il était «politiquement responsable des actes de violence».

La députée Mirtha Vasquez du parti Frente Amplio, l’un des 19 législateurs qui ont voté contre la destitution de M. Vizcarra, a déclaré: «Le Congrès doit présenter des excuses au pays pour une décision aussi irresponsable.

Contactez notre équipe de nouvelles en nous écrivant à [email protected].

Pour plus d’histoires comme celle-ci, consultez notre page d’actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings